LE DIRECT
"Hamilton" récompensé aux Grammy Awards

Quand un algorithme révèle la puissance de la rime

5 min
À retrouver dans l'émission

Une histoire de rap et de Pères fondateurs

"Hamilton" récompensé aux Grammy Awards
"Hamilton" récompensé aux Grammy Awards Crédits : Theo Wargo / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

Depuis longtemps, on rêve de fabriquer des tubes avec des programmes informatiques. Ainsi, par exemple, du Sony Computer Science Laboratory qui, à Paris, utilise une intelligence artificielle du nom de Flow Machines pour produire des mélodies pouvant être utilisées par des artistes. Néanmoins, on peut inverser la proposition et utiliser l’informatique pour comprendre le génie propre à un musicien ou à un morceau. C’est ce à quoi s’est essayé le Wall street Journal avec “Hamilton”. Vous avez forcément entendu parler d’”Hamilton” (Zoé nous en avait dit quelques mots ici-même), comédie musicale racontant la vie d’un des Pères fondateurs de l’Amérique, Alexander Hamilton, mais sur des airs de hip hop. Ecrite par Lin-Manuel Miranda, “Hamilton” connaît depuis deux ans et demi un succès faramineux à Broadway, a reçu maintes récompenses. Ok, s’est dit le Wall Street journal, mais est-ce qu’on pourrait essayer de comprendre comment ça marche ? Pourquoi ça nous fait ça ? Comment Miranda a transformé en flow des textes sur la guerre ou les débats constitutionnels ?

Pour ça, le quotidien américain a fabriqué un programme informatique qui se concentre la rime. Conçue dans son sens le plus large (c’est-à-dire pas seulement la rime en fin de phrase, mais la rime interne, les assonnances et consonnances), la rime est centrale dans la composition du hip hop. Il s’est donc agit de fabriquer un algorithme capable d’identifier des similitudes entre des sons (ce qui n’est facile parce que les rappeurs tordent souvent les sons pour forcer les rimes) et qui soit capable ensuite de donner une représentation visuelle des différents systèmes de rimes. L’idée étant d’observer la variété de ces systèmes rimiques et de les comparer avec d’autres systèmes puisés ailleurs.

Alors, qu’est-ce que ça donne ? Je n’entre pas dans les détails parce que je n’ai pas tout compris, mais disons que cela permet de montrer la variété de systèmes rimiques. Ecoutez par exemple comment dans cet extrait de “Hamilton” vont se mêler des rimes riches en fin de phrases, avec des rimes internes parfaites et imparfaites, mais aussi tout un système complexe de consonnances et d’assonnances.

J'invite les lecteurs de cette chronique à aller écouter les extraits directement sur le site du Wall Street Journal, c'est beaucoup plus simple, et plus révélateur.

Extrait n°1

Ca, c’est la base historique du hip hop. Mais ce qui est étonnant, c’est que Lin-Manuel Miranda est allé puiser ailleurs. Ainsi, écoutez cet extrait des “Pirates de Penzance”, opéra comique britannique de Gilbert et Sullivan, donné pour la première fois en 1879 à New York.

Extrait n°3

Voici maintenant ce que Miranda en fait dans “Hamilton” :

Extrait n°4

Les lignes rimiques se ressemblent énormément. C’est frappant, non ? Mais Miranda mêle ces références classiques à des références internes à l’Histoire du rap. Et notamment en utilisant le phrasé - et le système rimique - si reconnaissable du rap de la côte ouest des Etats-Unis.

Voici ce qu’on peut entendre dans “Hamilton” :

Extrait n°5

Et voici un rappeur représentatif du rap californien, Kendrick Lamar

Extrait n°6

Deux choses me passionnent là-dedans. D’abord on comprend que le talent de Miranda est politique, bien sûr, mais aussi musical, puisque “Hamilton” est à la fois une histoire de l’Amérique et une histoire du rap, injectée l’air de rien par des systèmes de rythme et de rime puisés dans les grandes références de cette histoire. Bref, les Pères fondateurs ne sont pas seulement Alexander Hamilton, Benjamin Franklin ou Thomas Jefferson, mais c’est aussi Kendrick Lamar, Nas ou Laureen Hill.

Ensuite, cela montre qu’en musique, comme dans d’autres champs de l’art, on est au début d’une collaboration entre l’homme et la machine à des fins critiques qui se révèle de plus en plus prometteuse. Que la machine puisse nous aider à comprendre ce que nous ressentons, voici un horizon joyeux - pour une fois - de notre rapport aux technologies.

Chroniques

8H45
4 min

Le Journal de la culture

Le Journal de la culture : Mercredi 21 juin 2017
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......