LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un exemple du mème #tinyTrump

Trump le petit : et si la caricature renforçait le pouvoir

4 min
À retrouver dans l'émission

Un mème montre Donald Trump en nain. C'est drôle, mais est-ce productif politiquement ?

Un exemple du mème #tinyTrump
Un exemple du mème #tinyTrump Crédits : Reddity/Chop_Artista

Depuis quelques jours, un mème est en train d’envahir les réseaux. Pour mémoire, un mème est une phrase, une image, un procédé dont les internautes créent de multiples variations à des fins en général parodiques, le mème ne devenant mème que si ces variations sont suffisamment variées et nombreuses. Le mème dont je vous parle a été lancé jeudi soir sur le forum Reddit et consiste à utiliser le photomontage pour réduire la taille de Donald Trump et l’intégrer dans des photos déjà existantes. Depuis jeudi donc, des centaines d’images circulent dans les réseaux, mettant en scène un Donald Trump nain dans diverses situations. Un tout petit Donald Trump signe un décret dans le bureau oval de la Maison Blanche (perdu dans son fauteuil avec un énorme stylo à la main). Donald Trump lilliputien sur la tribune où il a prêté serment lors de son investiture. Donald Trump en enfant dans les bras de Barack Obama (de nombreuses photos de Barack Obama avec des enfants ont été prises pendant ses deux mandats). Un Trump minuscule à côté des autres dirigeants du monde: Vladimir Poutine ou Justin Trudeau. Etc. Etc. Un hashtag a été créé sur Twitter #tinyTrump (petit Trump) qui rassemble ces images. Il faut avouer que c’est assez drôle. Et pour tout dire, assez intéressant.

Diminuer la taille du grand homme est une vieille affaire. Souvenons-nous du pamphlet que Victor Hugo écrit au sujet de Louis-Napoléon Bonaparte au lendemain du coup d’Etat du 2 décembre 1851 et qu’il intitule “Napoléon le petit”. Bien sûr le futur Napoléon III est ici “petit” par rapport à son oncle, mais il l’est en lui-même - je cite Hugo : “Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelques surprises.” Sans vouloir dresser des parallèles historiques qui ne tiennent pas - mais je le fais quand même parce que je ne suis pas historien et qu’hier toute la journée, ont tourné les déclarations de John Mc Caine, ancien candidat républicain à la présidentielle, dénonçant les dérives dictatoriales de Trump - il est étonnant de lire dans le pamphlet de Victor Hugo des phrases comme : “Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation, jurer ses grands dieux, se déclarer honnête homme, puis au moment où l’on se rassure et où l’on rit de l’énormité en question, l’exécuter.”

Mais revenons à ces milliers d’images ridiculisant le président américain. Ici, ce qu’elles viennent souligner, c’est l’infantilisme supposé de Donald Trump, son ignorance et ses mensonges presque enfantins (comme l’invention d’un attentat en Suède, dont l’Internet s’est aussi beaucoup amusé hier). C’est aussi une manière de railler l’étroitesse de son vocabulaire, et le soupçon qu’il aurait du mal à lire. Ce mème le dit bien, dans une sorte de caricature démocratisée (il suffit de savoir utiliser un logiciel de retouche d’image, d’avoir un usage rudimentaire des réseaux sociaux, il n’est même pas nécessaire d’avoir un idée, il suffit de trouver une bonne variation, telle est la puissance du mème).

Mais voilà, une fois qu’on a bien rigolé, se pose une question : quelle est l’efficacité politique de cette mise en scène du ridicule du puissant ? Je repense à ce que disait Michel Foucault dans son cours du 8 janvier 1975 au Collège de France : « le détenteur de la majestas, de ce plus de pouvoir par rapport à tout pouvoir quel qu’il soit, est en même temps, dans sa personne, dans son personnage, dans sa réalité physique, dans son costume, dans son geste, dans son corps, dans sa sexualité, dans sa manière d’être, un personnage infâme, grotesque, ridicule […] Le grotesque, c'est l'un des procédés essentiels à la souveraineté arbitraire. » Si l’on en croit Foucault, le pouvoir supérieur est celui qui impose son grotesque. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, grotesque et ridicule n’affaiblissent pas, ils renforcent. Ainsi, je demande parfois si des campagnes comme celles-ci, loin d’affaiblir Trump, ne participent pas à le renforcer, car ce qu’on dit ainsi de lui en creux, c’est qu’il réussit à nous imposer ce ridicule (et que, dans un contexte démocratique, il le fait avec le soutien de ceux qui l’ont préféré au sérieux des adversaires). Et on se souvient de cette autre phrase de Hugo dans Napoléon le Petit : “Peu lui importe d’être méprisé, il se contente de la figure du respect.”

Chroniques
8H45
5 min
Le Journal de la culture
"Vermeer et les maîtres de la peinture de genre" au Louvre : l'expo qui veut changer le regard sur le génie hollandais
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......