LE DIRECT
Coloring book

Chance the Rapper, messie malgré lui du gospel-rap

6 min
À retrouver dans l'émission

Un génie de 23 ans offre un souffle hip-hop et électronique à la musique spirituelle noire-américaine. Alléluia.

Coloring book
Coloring book Crédits : Chance the rapper

par Etienne Menu

“All We Got”

“All We Got”, un morceau rappé puis chanté, qui ouvre l’un des albums les plus encensés de l’année 2016. Avec Coloring Book, livre à colorier en anglais, le jeune Chancelor Bennett, alias Chance the Rapper, a réussi cet été le disque parfait, capable de séduire les allergiques au hip-hop tout en obtenant le plébiscite des fanatiques. Ce garçon de Chicago a sorti ses premiers morceaux en 2011 avant de se faire adouber par Kanye West, lui-même originaire de la Windy City. Début 2016, il participait ainsi au dernier album de West, The Life of Pablo, en lui donnant une couleur très gospel. Un registre toujours bien affirmé sur Coloring Book, grâce à la présence constante de chœurs et d’orgues.

“How Great”

Le tour de force de Chance The Rapper sur Coloring Book, c’est de ne pas dissimuler l’ambivalence de sa personnalité derrière la spiritualité enveloppante du gospel. S’il explique à la presse avoir redécouvert sa foi chrétienne et être devenu père d’une petite fille après une phase d’autodestruction, il ne fait pas non plus de son histoire un modèle de rédemption. Et constate entre amertume et légèreté que son monde ne s’arrête pas à cela, ou qu’en tout cas il ne saurait être simplifié par une révélation. Chance se nourrit des contradictions de son existence comme il concilie dans sa musique des répertoires hétéroclites : au-delà du gospel parfois traité par l’effet Auto-Tune, il intègre à ses coloriages des rythmiques de la dance music contemporaine, notamment de la juke, un sous-genre endogène à Chicago, ainsi que des bouffées de jazz clinquant et de soul vaporeuse.

“Smoke Break”

“Smoke Break”, troisième extrait de ce brillant album de Chance The Rapper, en duo avec Future, une des figures principales de ce rap dur et matérialiste qu’on disait autrefois gangsta. On retrouve d’autres stars des ghettos américains sur Coloring Book : Young Thug, et 2Chainz qui comme Future viennent d’Atlanta, la capitale du rap depuis dix ans, mais aussi la légende néo-orléanaise Lil Wayne. Fils d’un ancien conseiller de Barack Obama lorsqu’il était sénateur de l’Illinois, Chance cultive une sorte de bipartisanisme culturel en refusant de se limiter, malgré ses convictions religieuses, à un rap dit conscient, manichéen et donneur de leçons. Il incarne en cela toute la complexité de son époque et de sa génération. Là où il y a encore une décennie, un rappeur pratiquant n’aurait jamais pu collaborer avec des artistes aussi moralement égarés que Future ou Young Thug, les antagonismes se sont aujourd’hui dissipés au sein de la vaste scène hip-hop. Alors oui, il peut parfois régner une certaine confusion des valeurs dans les textes de Chance The Rapper, mais au moins celle-ci naît-elle d’un profond désir de lucidité et d’innovation formelle. Et permet au passage de produire des œuvres aussi vivantes et chatoyantes que Coloring Book, ce livre à colorier pour jeunes adultes du 21e siècle.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......