LE DIRECT
Doolin' (Doolin' / Compass)

Doolin’ ou l’Irlande à travers le monde

5 min
À retrouver dans l'émission

Le groupe toulousain, virtuose de la musique irlandaise, signe un disque composé autour du thème la Grande Famine où se croisent Dylan et John Doyle, fiddle accordéon et bodhran.

Doolin' (Doolin' / Compass)
Doolin' (Doolin' / Compass)

Un reel ou une danse irlandaise pour célébrer ce jour de la Saint Patrick. Le fondateur du christianisme irlandais et Saint patron de l'Irlande (et des ingénieurs ai-je pu lire) est en effet célébré chaque 17 mars (attention : la fête de la Saint Patrick n’est pas une fête nationale mais une fête religieuse). L'Irlande terre d'écrivains : Oscar Wilde, James Joyce, Samuel Beckett, George Bernard Shaw…Bram Stoker et Jonathan Swift si on remonte le temps ou plus récemment Edna O'Brien pour en vous en donner que quelques-uns ; mais c’est aussi un terre de musiciens : U2, Sinnead O'Connor, ShaneMacGowan des Pogues pour ne citer qu'eux.

Vous écoutez le groupe Doolin’ dont la musique évoque tout de suite le trèfle ou la harpe celtique même si vous n’avez jamais mis les pieds à Dublin. L’air traditionnel que vous entendez « The Old Maid » est ici arrangé et rebaptisé « Reel Africa » ou la danse Irlandaise pour évoquer un fléau commun, celui de la famine.

L’essentiel de l’album de Doolin’ est bâti autour du thème de la Grande Famine, celle qui frappa l’Irlande entre 1845–1849 qui fit plus d'un million de morts, et presque deux millions d'Irlandais conduits à l'exil ; et le groupe de souligner par ce titre Reel Africa que cette même famine frappe encore ailleurs, notamment en Afrique « dont les rythmes influencent la musique irlandaise moderne. Le virtuose de la flute Mike McGoldrick est un de ces pionniers qui ont imposés les rythmes de transe dans la musique celtique ».

Cette thématique de la famine on la retrouve dans un blues de Bob Dylan « Ballad of Hollis Brown » qui évoque un fermier pauvre du Dakota du Sud, Hollis Brown, qui désespéré de voir sa femme et ses cinq enfants affamés abat toute la famille avant de retourner l'arme contre lui...

Cela ne vous aura peut-être pas échappé à l‘écoute (l’accent du chanteur le trahit assez vite) : les Doolin’ est un groupe irlandais composé entièrement de musiciens français, toulousains même. Le groupe est constitué notamment de deux fratries : Nicolas et Wilfried Besse (guitares et accordéon) et puis Josselin et Jacob Fournel respectivement joueur de tambour (bodhrán) et tin wistle (petite flûte) ; ajoutez Guilhem Cavaillé (fiddle) et Sébastien Saunié (basse). Doolin’ a été salué par le Irish Times et remarqué par le compositeur et guitariste irlandais John Doyle (du groupe Solas) qui a produit leur album, enregistré à Nashville. Si la virtuosité des musiciens et la qualité de l’enregistrement ne font aucun doute, on est beaucoup moins convaincu par la reprise assez malheureuse d’Amsterdam de Jacques Brel (sans rapport aucun avec la famine) et surtout médusé par la dernière piste « Famine » qui adapte gauchement une chanson de Sinead O’Connor pour y ajouter un rap consensuel qui rebat tous les poncifs du crossover. On se quitte sur « The Road to Gleanntán » la route vers Gleanntán, un village du comté de Cork.

extrais diffusés :

  1. Reel Africa
  2. Ballad of Hollis Brown
  3. The Road to Gleanntán

Doolin (Compass Records)

Concerts : vendredi 24 mars au O’Sullivans de Montmartre, 26 avril Bikini Toulouse, 12 mai à la Cigale à Paris, Festival des Voix de Moissac le 23 juin et ce soir (Saint Patrick) au Corcoran’s à Paris porte des Lilas

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......