LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
FRUSTRATION “Empires of Shame” (Born Bad Records)

Frustration : droits et devoirs du rock

4 min
À retrouver dans l'émission

Le groupe français signe un troisième album plein d’énergie et de rage contenue, évoquant aussi bien les rêves que les lois qui nous animent.

FRUSTRATION “Empires of Shame” (Born Bad Records)
FRUSTRATION “Empires of Shame” (Born Bad Records)

« Seulement envie de me cacher » chante Fabrice Gilbert, le chanteur habité du groupe FRUSTRATION. Excès, flèches d’arrogance, besoin de fuir (ce sont les titres et les sujets des chansons) on ne se tape pas les cuisses en écoutant Frustration mais on peut trouver du réconfort et même des qualités morales indéniables dans ce troisième album : « Empires of Shame » (les empires de la honte) qui s’ouvre par une réflexion sur ces nécessités contradictoires « Dreams, Laws, Rights and duties » (entendez les rêves, les lois, les droits et les devoirs). Ce qui explique sans doute la peinture choisie en couverture, qui représente un tribunal. Reste à chacun de savoir où il trouve sa juste sa place : dans le box, chez les juges, ou en lieu et place du procureur.

Mother Earth in rags (la Terre en lambeaux) FRUSTRATION serait aussi un groupe écologique ? Manifestement, ou en tout cas très critique quant au consumérisme, ce qui n’est pas incompatible avec la passion pour les vieilles voitures ou des flamants roses comme on en trouve au verso du disque. Mais l’on s’égare un peu, retour à Frustration qui chante les amours contrariées, ou plus précisément l’obstination de certaines ou certains à fixer leur affection sur celles et ceux qui, immanquablement les feront souffrir « Cause You Ran Away »

Voilà près de quinze ans que FRUSTRATION trace un sillon aussi simple que rigoureux en France : à la fois frontal (ce qui ne veut pas dire froid) et intègre. Non seulement dans leur engagement sur scène mais à la ville : 3 albums seulement en quinze ans, pas de dispersion ni de distorsion entre un discours qui salue les classes laborieuses d’un côté et la démarche d’un groupe où chacun conserve un métier annexe (chez un disquaire, pour une société d’administration ou dans une entreprise de location) ce qui leur a permis pendant des années de ne faire que ce qu’ils souhaitaient faire, et de ne donner des concerts que lorsque les conditions leur semblaient réunies. Soignant leur entrées comme leur sortie (voir l’imparable « No Place » en clôture) y a–t-il de meilleur endroit ou aller ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits diffusés :

  • Just Wanna Hide
  • Mother Earth In Rag
  • Cause You Ran Away
  • No Place

FRUSTRATION “Empires of Shame” (Born Bad Records)

Seront les invités de CONTINENT MUSIQUES samedi à 21h pour une spéciale Born Bad avec J-B Guillot de Born Bad Records et les activistes de Rosa Vertov pour une histoire du post-punk au féminin.

Concerts : 4 novembre à la Nef à Angoulême, 27 janvier à la Poudrière de Belfort, 4 février à Orléans, 25 février à Lille (Aéronef) le 24 mars à Biarritz (l'Atabal)

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......