LE DIRECT
Mozart – Violin Concertos, Isabelle Faust, Il Giardino Armonico (Harmonia Mundi)

Isabelle Faust et le pacte Mozartien

6 min
À retrouver dans l'émission

La violoniste francophile signait cet automne un enregistrement aussi lumineux qu’évident avec l’ensemble Il Giardino Armonico. Mozart au sommet, une fois encore, puisque le magazine Billboard nous apprend qu’il est le plus gros vendeur de CD de l’année 2016.

Mozart – Violin Concertos, Isabelle Faust, Il Giardino Armonico (Harmonia Mundi)
Mozart – Violin Concertos, Isabelle Faust, Il Giardino Armonico (Harmonia Mundi)

La vive énergie du premier concerto pour violon et orchestre de Mozart servi par la violoniste Isabelle Faust et l’ensemble Il Giardino Armonico. Elle est allemande et les musiciens de l’ensemble essentiellement italiens, dirigés par le milanais Giovanni Antonini. La violoniste souhaitait expressément travailler avec cet orchestre pour ce répertoire, un répertoire de « jeunesse éternelle » si l’on considère que Mozart avait 19 ans en 1775 lorsqu’il termina son cycle de cinq concertos dédié au violon.

Un instrument dont Wolfgang Amadeus jouait fort bien mais avec une préférence pour le clavier à en croire cette lettre de son père (pédagogue inquiet) « Mais ton violon est toujours suspendu au clou, j’en suis persuadé ». Et c’est à partir de ce « clou » que le claveciniste et pianiste Andreas Staier attache sa réflexion pour composer les cadences et introductions de cet enregistrement. Nous vous avions passé il y a peu le même extrait du troisième concerto de Mozart par Renaud Capuçon, autre temps et autre son de ce rondeau sous l’archet d’Isabelle Faust…

Il est rare d’assister à une telle écoute mutuelle, une entende aussi évidente entre un soliste et l’orchestre, on ne sait pas qui dirige l’autre, la musique semble jaillir de partout. Isabelle Faust capable comme le relevait Marie-Aude Roux du Monde de « fourbir l'ascèse passionnée des Sonates et Partitas de Bach » comme « d'enfiévrer d'âpres accents le lyrisme anguleux de Bartok ». Légèreté et intensité intactes ici chez Mozart, qui vous le savez peut-être en 2016 est l’artiste qui a vendu le plus d’albums, loin devant Beyoncé : grâce à la sortie du coffret Mozart 225 et ses 200 CD (avec 1,25 million de disques vendus en cinq semaines, depuis sa sortie le 28 octobre selon le magazine Billboard)

à défaut des 240 heures d’enregistrement (et 459 euros pour le gros coffret édité par Decca et Deutsche Grammophon), commencez déjà par ce disque édité chez la plus sobre Harmonia Mundi, ces concertos et le violon d’Isabelle Faust, un Stradivarius qui, comme tous les instruments sortis de l’atelier d’Antonio Stradivari porte un surnom : « La Belle au bois dormant » de 1704 (c’est elle qui a convaincu la L-Bank de Baden-Württemberg de financer son violon) : « cela m'a pris des années pour le réveiller, trouver le bon réglage et une sonorité qui nous corresponde à tous les deux. Si le musicien imprime sa marque à l'instrument, celui-ci forme son jeu et son goût ».

Extraits diffusés :

  • Concerto pour Violon et orchestre n°1 K 207 si bémol majeur - Presto
  • Concerto pour Violon et orchestre n°3 K 216 sol majeur - Rondeau
  • Concerto pour Violon et orchestre n°5 K 219 la majeur – Allegro Aperto

Le disque Wolfgang Amadeus Mozart – Violin Concertos, Isabelle Faust – Il Giardino Armonico (Giovanni Antonini) est édité chez Harmonia Mundi

A signaler aussi le bel enregistrement de Telemann par l’ensemble Il Giardino Armonico et Giovanni Antonini édité chez Alpha

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......