LE DIRECT
BACH : DYNASTIE - jean rondeau (Erato)

Jean Rondeau et la dynastie Bach

5 min
À retrouver dans l'émission

Après avoir fait sonner le métal chez Pancrace Royer, le jeune claveciniste revient à Bach (père et fils) pour un programme de concerto et sonate pour clavier passionnant, quasi métaphysique.

BACH : DYNASTIE - jean rondeau (Erato)
BACH : DYNASTIE - jean rondeau (Erato) Crédits : photo : Baghir

Le clavier de Jean Rondeau qui revient s’attaquer « au patron » Jean-Sébastien Bach, et même à la famille du patron puisque ce sont des concerto et sonates signées du père et de trois de ses fils que Jean Rondeau met à son programme dans ce disque « Dynastie ». Et le claveciniste de signer un beau texte en plus du disque, sorte de manifeste de l’interprète : « Je m’abandonne à cette JOIE qui nous dépasse, le seul langage qui puisse rendre compte de la musique, sans la sortir de sa matière, de son propos, sans la trahir »

Le concerto en fa mineur Johann-Christian Bach au programme de ce disque « Bach Dynastie » éclaire une fois encore toute l’étendue sonore du claveciniste Jean Rondeau. Il a 25 ans, un petit air christique, barbe et cheveux longs mais surtout - en plus d’une musicalité dont je n’ai pas besoin de parler puisque vous l’entendez - un sens du programme assez réjouissant qui met ici côte à côte les Bach père et fils (achevant logiquement sur Carl Philip Emanuel Bach) dans des concerto pour clavier ; influences italiennes pour l’un, audaces formelles pour l’autre, contrastes et rigueur au programme donc avec au centre du disque cette sonate de Wilhelm Friedemann, orchestrée par Jean Rondeau lui-même.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans un programme « Bach et ses fils » ou « Dynastie » il est forcément question d’héritage, de poids, d’influence, pour s’en expliquer Jean Rondeau prend la plume dans le livret avec quatre petits textes (détail formel amusant, les initiales des chapitres forment le mot BACH) et évoque lui plutôt une ombre, une ombre métaphysique : « On voudrait s’y réfugier, dans cette ombre, pour retrouver la fraîcheur des origines que n’effraie aucune invention. Y retrouver aussi cette émulation fraternelle qui doit être au cœur de la musique, cette envie de partager, de ne rien posséder, de n’être que l’instant d’humanité où s’incarne la musique, pour finalement tout donner ». Offrande et dépouillement tout luthérien donc, ce qui n’interdit pas comme il était dit plus haut, une joie immense.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits diffusés :

  1. Johann-Christian Bach (attribué à Wilhelm-Friedemann Bach) 1735-1782 Concerto en fa mineur – Allegro di molto
  2. Wilhelm Friedemann Bach 1710-1784 (Orchestration Jean Rondeau) Sonate FK 7 en sol majeur second mouvement – Lamento
  3. Johann Sebastian Bach 1685-1750 Concerto No.1 BWV 1052 en ré mineur - Allegro
  • Sophie Gent, Louis Creac'h violon
  • Fanny Paccoud alto
  • Antoine Touche violoncelle
  • Thomas de Pierrefeu contrebasse
  • Evolène Kiener basson
  • Jean Rondeau clavecin

BACH : DYNASTIE - jean rondeau (Erato)

concerts 21 mars 2017 au Le Théâtre Auditorium de Poitiers, 26 mars 2017 au Théâtre des Champs Elysées à Paris.

Jean Rondeau jouera aussi au Festival de Saint Denis le 24 juin 2017

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......