LE DIRECT
.

L'Armée rouge frappée en plein choeur

6 min
À retrouver dans l'émission

Retour sur l’histoire d’une armée sonore au retentissement mondial, dont une bonne partie des membres étaient à bord du Tupolev 154 qui s’est écrasé dimanche matin dans le sud de la Russie.

.
. Crédits : Columbia

par Etienne Menu

“Un fils de la mère patrie”

On a appris la nouvelle avant-hier : un avion militaire russe s’est abîmé en mer Noire, près de Sotchi. Les 92 personnes à bord ont toutes péri et on comptait parmi elles 64 membres de l’Ensemble Alexandrov, soit l’une des deux branches officielles des Chœurs de l’armée rouge. Ces chanteurs, mais aussi ces instrumentistes et danseurs, allaient jouer au Nouvel an pour les soldats russes combattant sur le front syrien. Un jour de deuil national a été décrété par Vladimir Poutine et le Premier ministre Dimitri Medvedev a déclaré qu’il était, je cite, “impossible d’accepter cette perte”. Autant dire que les Chœurs de l’armée rouge n’ont pour les Russes à peu près rien de commun avec un autre orchestre ou un autre groupe de musique traditionnelle, quelle que soit sa popularité ou sa réputation. Les chœurs forment à eux seuls comme une partie du corps de la Russie et cette disparition tragique s’apparente ni plus ni moins à une amputation.

“La Guerre Sacrée”

Le thème de la Guerre Sacrée, du nom donné en URSS aux quatre ans de participation du pays à la Deuxième Guerre Mondiale. Les historiens ne s’accordent pas tout à fait sur la nature des circonstances qui ont fait naître l’Ensemble Alexandrov sous l’égide du ministère de la défense en 1928. Une chose est sûre, c’est qu’Alexander Vasylievich Alexandrov, le musicien qui lui a donné son nom, a bien composé l’hymne national et dirigé ce bras musical des forces soviétiques jusqu’à sa mort en 1946. Troupe au sens tant artistique que militaire, l’ensemble est dès 1929 allé encourager les soldats de l’armée rouge affectés à la construction ferroviaire en Sibérie. À la fin des années 30, le ministère de l’intérieur de l’URSS crée l’Ensemble MVD qui devient l’autre branche principale des Chœurs. Pendant la Guerre sacrée, ces soldats musicaux, au nombre de plusieurs centaines, offrent plus de 1500 concerts à leurs camarades – soit presque une performance par jour.

Leningrad Cowboys & Choeurs de l’armée rouge : "Kalinka"

C’est Boris Alexandrov, fils de son père, qui reprendra les commandes des Chœurs de l’armée rouge jusqu’en 1987 et les emmènera se produire aux quatre coins du monde pour représenter l’âme et la culture russe. Depuis l’effondrement du bloc de l’est, on assiste à un détournement post-moderne du répertoire et de l’image des Chœurs. Les Leningrad Cowboys, un groupe finlandais lancé entre autres par le réalisateur Aki Kaurismaki, reprend avec eux leurs standards dans un esprit punk et provocateur, comme en témoigne l’extrait que nous venons d’entendre. On aussi récemment vu les chœurs reprendre eux-mêmes des standards, comme Happy de Pharrell Williams ou Get Lucky de Daft Punk. Mais parallèlement, le retour d’une Russie forte et autoritaire a donné une seconde vie à l’amour du peuple russe pour son armée et donc pour ses Chœurs. Et alors qu’ils allaient soutenir les combattants d’un conflit aussi complexe que terrifiant, les 64 membres de l’ensemble Alexandrov ont perdu la vie dans une mer dont l’eau noire se retrouve aujourd’hui rougie par leur sang.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......