LE DIRECT
 Les Cris de Paris et Geoffroy Jourdain : IT (NoMad Music)

Le chant politique des Cris de Paris

6 min
À retrouver dans l'émission

Au travers de quatre œuvres contemporaines signées Filidei, Stroppa, Francesconi et Lanza, les Cris de paris et Geoffroy Jourdain signent leur enregistrement le plus politique : les mots des graffitis et la mémoire de manifestants tués.

 Les Cris de Paris et Geoffroy Jourdain : IT (NoMad Music)
Les Cris de Paris et Geoffroy Jourdain : IT (NoMad Music)

"Dormo molto amore" vous écoutez les Cris de Paris dirigés par Geoffroy Jourdain qui après avoir chanté Vivaldi ou un programme autour du Memento Mori les vanités au XVIIème siècle signe leur enregistrement le plus politique (c’est de circonstance) Le titre IT comme Italie avec des œuvres de compositeurs italiens bien vivants et contemporains.

La pièce que vous entendez de Francesco Filidei est liée à un travail sur l’histoire de Franco Serantini, jeune anarchiste battu à mort par la police au début des années 70.

« L’œuvre explore les possibilités harmoniques de quelques échelles majeures, pentatoniques et chromatiques, ascendantes et descendantes, et essaye de trouver, dans les contrastes entre durées et longues progressions ; l‘équilibre nécessaire aux quelques mots du texte : « Je dors, tant d’heures d’amour, après n’avoir pas donné la mort » (et les mots ensuite d’être déplacés, recombinés donnant plusieurs sens au texte).

« Let me dwell, let me die, Laisse moi mourir, lasciatemi morire » comme le remarque le compositeur Luca Francesconi « l’acte de s’abandonner à la mort parcourt des siècles de musique vocale, du 13ème au 17ème siècle ». Let me Bleed est elle dédiée à Carlo Giuliani, mort en 2001 à Gène en marge du G8.

Let me Bleed de Luca Francesconi au programme (politique) des Cris de Paris et de Geoffroy Jourdain… que l’on voit en couverture tenir un porte-voix, debout au milieu d’un amphi et de gens qui s’interpellent avec des pancartes de manifestations, comme dans une Assemblée Générale. Vous n’entendrez pas seulement des voix dans ce double disque des Cris de Paris, l’électronique prend une part certaine dans l’œuvre de Mauro Lanza « Ludus de morte regis » le jeu de la mort du roi (fait référence au régicide de Umberto 1er en 1900) mais ce sont essentiellement des voix qui vous interpellent, « des cris et clameurs, individuels ou collectifs, de joie ou de révolte, d’amour ou de protestation » comme le précise Marco Stroppa. « Perché non riusciamo a vederla ? » Pourquoi nous n’arrivons pas à la voir (sous-entendu cette vérité). Le texte constitué à partir de graffitis italiens contemporains dont celui-ci : Ridi di più, Piangi di più (Ris d’avantage, pleure d’avantage).

Extraits diffusés :

  • Francesco Filidei (1973-) Dormo molto amore pour six voix
  • Luca Francesconi (1956-) Let me Bleed pour choeur mixte
  • Marco Stroppa (1959-) Perché non riusciamo a vederla ? Cris appels, clameurs pour chœur a cappella avec alto obbligato ad libidum

Album : IT : Les Cris de Paris – Geoffroy Jourdain (Filidei, Stroppa, Francesconi, Lanza (NoMad Music) Un enregistrement Radio France, réalisé au cours du festival Présences 2016.

  • A Day in The Life (Lennon/McCartney) Adaptation : Mario Colosio album : ENCORES 2009

Concerts : le 15 avril 2017 à la Philharmonie de Paris pour les Sept Dernières paroles du Christ de Haydn avec Douglas Boyd et l'Orchestre de Chambre de Paris / le 14 mai 2017 à Enghien les Bains, le 22 juin à l'Eglise saint Eustache à Paris, le 13 juillet 2017 à l'ancienne Abbatiale de Moyenmoutier (Festival des Abbayes en Lorraine)

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......