LE DIRECT
Thundercat "Drunk" (Brainfeeder)

Thundercat, ivre virgule

5 min
À retrouver dans l'émission

Avec Drunk, le bassiste et chanteur de Los Angeles réussit un album aussi fou que rondement mené. Funk, jazz, hip-hop se croisent dans un jeu aussi souple que la voix de Stephen Burner.

Thundercat "Drunk" (Brainfeeder)
Thundercat "Drunk" (Brainfeeder)

« Tout le monde veut être un chat » et Stephen Bruner alias Thundercat de miauler au premier degré puisque ce titre est dédié à Tron, le félin qui partage son appartement. Vous écoutez donc un extrait de DRUNK ou ivre, virgule, un album de Thundercat où tout peut arriver, il suffit de se fier à la couverture où l’on voit en gros plan Stephen Bruner (alias Thundercat) les yeux injectés de sang, le visage à demi immergé dans l'eau « symbole selon lui d'une sorte de tempérance dans la folie » (à lire dans l'entretien réalisé par Katia Touré pour le nouveau numéro de Magic qui sort aujourd'hui en kiosque)

Présentation : derrière Thundercat un musicien de Los Angeles, bassiste et chanteur, dont on parle beaucoup depuis ses collaborations avec Erykah Badu ou encore le rappeur Kendrick Lamar qui l'a mené jusqu'aux Grammy Awards la saison passée.

Ni jazz, ni hip-hop, Stephen Bruner est issu d'une famille de musiciens : son père Ronald Bruner était batteur pour les Temptations, Diana Ross, son frère ainé Ronald Bruner Jr. est un batteur reconnu lui aussi (il lui est arrivé de jouer avec Prince), et son cadet Jameel Bruner est pianiste pas maladroit d’après ce qu’on a entendu.

DRUNK apparaît comme album un peu fou fou, très riche qui change de direction presque à chaque morceau. 23 pistes différentes, parfois très courtes pour un album entrelardé d'interludes sexy et de futurisme, on pense à Prince ou Outkast, au Japon aussi. Pas seulement parce qu’il y a des samouraï dans ce dernier clip, ou parce que Stephen Bruner a choisi le pseudonyme de Thundercat en référence à une série animée du même nom (animée par un studio japonais : les Cosmocats en français pour ceux qui ont grandi à la fin des années 80) japonais aussi pour une certaine excentricité aboutie, un goût pour la création et l'innovation technique.

Et le respect des anciens comme des modernes : on croise ici donc quelque idoles d'enfance ou d'adolescence de Thundercat (Pharrell Williams mais surtout Michael McDonald une des voix des Doobie Brothers et de Steely Dan) mais aussi ses amis de longue date comme le rappeur Wiz Khalifa. Des chats, des amis, comment croire qu’un disque pourrait vous faire oublier tout le reste ?

Thundercat "Drunk" (Brainfeeder)
Thundercat "Drunk" (Brainfeeder)

Extraits diffusés :

  • A Fan’s Mail (Tron Suite II)
  • Cat Them Changes
  • Friend Zone

Thundercat "Drunk" (Brainfeeder)

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......