LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ligeti – Les Siècles Live édité chez les Musicales Actes Sud

Ligeti & Les Siècles : élitaire-démocratique

5 min
À retrouver dans l'émission

Au fil d’un disque manifeste, le chef d’orchestre François-Xavier Roth et l’orchestre Les Siècles interprètent trois pièces majeures du compositeur György Ligeti, comme un concentré de geste contemporain.

Ligeti – Les Siècles Live édité chez les Musicales Actes Sud
Ligeti – Les Siècles Live édité chez les Musicales Actes Sud

Allegro con spirito (faut-il traduire « tempo vif avec esprit » ?) pour le premier mouvement des Six Bagatelles de Ligeti. L’esprit ici c’est celui du compositeur, György Ligeti (disparu en 2006) et qui fait l’objet d’un disque manifeste par l’orchestre Les Siècles, sous l’impulsion du chef François-Xavier Roth. Si Ligeti avait acquis la nationalité Autrichienne en 1967 il se définissait plutôt en Européen complexe : « Je suis né en Transylvanie et je suis ressortissant roumain. Cependant, je ne parlais pas roumain dans mon enfance et mes parents n’étaient pas transylvaniens. (…) Ma langue maternelle est le hongrois mais je ne suis pas un véritable Hongrois car je suis juif (…) un juif assimilé. Je ne suis pas cependant assimilé non plus, car je ne suis pas baptisé »*

Indépendance et ouverture culturelle concentrés ici par celui lui qui, à la fin de ses études voulu s’approprier et collecter les musiques populaires hongroises, roumaines, avant de partir à Cologne pour travailler auprès de Stockhausen.

Il disait n’avoir écrit à ses débuts qu’une « musique de l’exil », on entend ici surtout une influence de Stravinsky, de Bartók, et un attachement pour le souffle : extrait des Dix Pièces pour quintette à vent ; composition de 1968 et pourtant « on dirait que cette musique a été écrite hier » remarque François-Xavier Roth.

Si le chef d’orchestre n’a choisi que trois pièces et trois périodes différentes dans l’œuvre de Ligeti, c’est parce qu’elles « condensent finalement un geste fort de la musique contemporaine ». En opposition au XIXème siècle (où ce sont les cordes qui étaient privilégiées pour l’expression de la sensibilité) les compositeurs du XXème siècle s’intéressent aux timbres des bois, des cuivres, aux percussions ; et Ligeti de proposer l’idée de micropolyphonie.

Définition si l’on suit l’IRCAM : « une grande activité polyphonique visant à obtenir des « textures » globales, faciles à percevoir - juste avant que le compositeur n’abandonne ce radicalisme et ne se réintéresse à la mélodie. »

« Je veux un certain ordre, mais un ordre un peu désordonné » confiait Ligeti dans ses entretiens avec Pierre Michel. Comme le rappelle les notes du livret, Ligeti voulu une musique à l’image de sa vie « sans compromis » lui qui revendiquait une musique « élitaire-démocratique. C'est-à-dire que chacun doit pouvoir y pénétrer, avec un effort ». Plongez alors dans le Kammerkonzert.

* : propos extraits de ses entretiens avec Pierre Michel : György Ligeti, compositeur d’aujourd’hui Ed. Minerve (1985)

extraits diffusés :

  • Six Bagatelles (1953) : Allegro con spirito
  • Dix Pièces pour quintette à vent (1968) : Lo Stesso : Presto Staccatissimo e leggiero
  • Kammerkonzert (1970) : movimento preciso e meccanico, pour Friedrich Cerha

Ligeti – Les Siècles Live édité chez les Musicales Actes Sud

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......