LE DIRECT
Portrait du compositeur francais Gilbert Amy en 2000.

Musique du langage, et langage des mains

5 min
À retrouver dans l'émission

Bernard Golse, pédopsychiatre mélomane, s'intéresse aux débuts du langage et à la musique du langage. Mais aussi au langage des mains, qu'il s'agisse de celui du bébé, ou de celui du chef d'orchestre.

Portrait du compositeur francais Gilbert Amy en 2000.
Portrait du compositeur francais Gilbert Amy en 2000. Crédits : coupannec/Leemage - AFP

Dans le cadre des Matins des psys, la chronique est tenue par le pédopsychiatre et psychanalyste Bernard Golse.

1ère pièce : Concerto pour violoncelle – Mouvement n°7 de Gilbert Amy / Soliste : Jean-Guilhen Queyras / Direction : Gilbert Amy / Orchestre de Paris / Harmonia Mundi

Il fallait bien choisir, je suis devenu médecin, mais la musique conserve une place essentielle dans ma vie. Mon équipe est mon orchestre, et en m’occupant surtout de psychiatrie du bébé, je m’intéresse ainsi aux débuts du langage et à la musique du langage. « Tout est langage », disait Françoise Dolto. Elle voulait dire par là qu’il n’y a pas que le langage des mots, mais aussi le langage du corps, le langage des actes et le langage des gestes. Le bébé n’entre pas dans le langage directement par la signification des mots mais par la musique du langage, et singulièrement par celle du langage de sa mère : son timbre, son intensité, son débit, son rythme, ses silences... bref, par la prosodie de son langage. Si le bébé n’est pas entouré par des personnes qui parlent et qui lui parlent avec une musique langagière particulière (le « baby-talk »), et si les personnes qui l’entourent et qui prennent soin de lui ne s’intéressent pas suffisamment à ses premières productions vocales qui sont pure musique avant même d’être des mots (son jasis, ses lallations, son babil, son pré-verbiage), alors à quoi bon parler ? On parle avec des mots, mais on parle aussi avec les mains.

Nous avons entendu une pièce d’Igor Stravinsky dirigée par Gilbert Amy, et je voudrais maintenant parler du langage des mains, des mains du bébé et des mains du chef d’orchestre. Gilbert Amy est un des grands compositeurs et chefs d’orchestre français actuels et j’ai le privilège de le fréquenter actuellement, car nous sommes en train de finaliser un livre fait des textes et de photos de mains (des mains de bébés, des mains de chef d’orchestre), un livre qui vise à faire un parallèle entre le langage des mains du bébé et le langage des mains du chef d’orchestre et qui sera publié aux éditions « Les alentours ». Avec ses mains, le bébé parle de lui à l’ adulte, à sa mère, mais il lui parle aussi d’elle-même, de ce qu’il reçoit d’elle. Avec ses mains, le chef d’orchestre parle de lui à ses musiciens, mais il leur parle aussi d’eux-mêmes et de ce qu’il reçoit d’eux. Le chef d’orchestre écoute ses musiciens, le bébé écoute sa mère, chacun renvoie quelque chose de son travail d’écoute – l’un à sa mère, l’autre aux musiciens. Le bébé est ainsi le chef d’orchestre de sa mère, et c’est là ce qui me passionne, un chef d’orchestre à mains nues, sans baguette. Georges Prêtre qui vient de disparaître récemment et qu’aimait tant Maria Callas, dirigeait avec une baguette.

2e pièce : Carmen – Prélude Acte I suivi du mouvement L’Amour est un oiseau rebelle / Soliste : Maria Callas / Direction : Georges Prêtre / Enregistré en 1964 à la salle Wagram / EMI

La baguette des chefs d’orchestre est progressivement devenue de plus en plus courte, et aujourd’hui, la direction d’orchestre se fait de plus en plus sans baguette (sauf en matière d’opéra où les chanteurs sont assez loin du chef d’orchestre qui a alors besoin de pouvoir les pointer et les désigner avec précision). Sans baguette, le chef dirige donc son orchestre comme le bébé dirige sa mère, à mains nues. André Breton avait défini « L’amour fou », par cette phrase devenue célèbre : « Je m’étais perdu à moi-même, et tu es venue me donner de mes nouvelles ». Ainsi en va-t-il du travail des mains du bébé et du chef d’orchestre. Le bébé donne de ses nouvelles à sa mère tout en lui parlant de lui. Le chef d’orchestre donne à ses musiciens de leurs nouvelles, tout en leur parlant de lui. Ainsi va la musique, vive la musique !

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......