LE DIRECT
Mustang « Karaboudjan » (A Rag)

Mustang se lâche : « Salauds de Pauvres »

3 min
À retrouver dans l'émission

Le mot de Jean Gabin dans la Traversée de Paris réapparait au cœur de l’EP publié par le trio auvergnat : « Karaboudjan ». D’un bateau de trafic d'opium dans Tintin à un Mustang toujours bien balancé.

Mustang « Karaboudjan » (A Rag)
Mustang « Karaboudjan » (A Rag)

« Dis-moi merde et partons fâchés » ou la chanson de rupture idéale, peut-être qu’il en va de la politique comme en amour : mieux vaut se quitter blessé que plein d’affection encor. Le chanteur de Mustang, et l’auteur des paroles, Jean Felzine préfère lui visiblement la séparation violente « séparons-nous dans un vacarme digne de ce que nous avons été » avouons que cela se tient.

La petite histoire qui lie le groupe Mustang, originaire de Clermont-Ferrand, avec le public français a maintenant dix ans (en ils 2006 publiaient leurs premiers morceaux sous forme d’un disque nommé Hamburger) et de jeune découverte ils sont passés au statut de groupe reconnu par leur pairs et leurs ainés dont Daniel Darc et Etienne Daho qui, à leur manière, ont accompagné avec bienveillance ces trois jeunes gens toujours bien habillés.

J’y fais référence parce qu’un de leur succès s’appelle « Le Pantalon ». En dehors des chansons d’amour et de rupture l’autre grand sujet des paroles de Mustang c’est l’antagonisme social, comme ici encore « Salaud de pauvres »

« Salaud de Pauvres » : c’était le mot de Grandgil (Jean Gabin) dans la Traversée de Paris, c’est le refrain de la nouvelle sortie du groupe Mustang. Plus que le refrain c’est l’anaphore (figure de style présidentielle depuis que "Moi président" refleurit ces derniers temps) « Salauds de pauvres / Ils boivent dès le matin / Du vin de pauvre / Ils n’y connaissent rien /Salauds de pauvres / Autant faire boire leur chien ». Tout le mépris de classe en quelques traits.

« La logique du révolté est […] de s'efforcer au langage clair pour ne pas épaissir le mensonge universel » écrivait Albert Camus*, sans doute Mustang poursuit-il cette idée que de « mal nommer un objet c’est ajouter au malheur du monde »

Il y a finalement un théâtre dans les chansons de Mustang, et l’on devine parfois un personnage en deux rimes, alors ce n’est pas Alceste et Philinte, ce serait plutôt Argan (le Malade imaginaire) dans la chanson qui suit, celui qui se plaint et souffre d'autant plus qu'il ignore la raison valable de ses souffrances : « Inconsolable »

extraits diffusés :

  • Dis-moi merde
  • Salauds de pauvres
  • Inconsolable

« Mustang » le court-album « Karaboudjan » paraît sort aujourd’hui chez (A Rag)

concert : en concert le 3 février 2017 à Montreuil

  • Paroles de Salauds de pauvre (Jean Felzine)
  • Salauds de pauvres
  • Ils boivent dès le matin
  • Du vin de pauvre
  • Ils n’y connaissent rien
  • Salauds de pauvres
  • Autant faire boire leur chien
  • Salauds de pauvres
  • Ils mangent n’importe quoi
  • Denrées de pauvre
  • Frites et Coca
  • Salauds de pauvres
  • Ils sont gras
  • Salauds de pauvres
  • Ils font bien trop d’enfants
  • Toujours plus pauvres qu’avant
  • Salauds de pauvres
  • Ils ne pensent qu’à l’argent
  • Ces salauds sont dégoûtants
  • Salauds de pauvres
  • Dans leur salon
  • Salon de pauvres
  • La télévision
  • Salauds de pauvres
  • Sans éducation
  • Salauds de pauvres affreux sales et méchants
  • Avec leurs métiers dégradants
  • Salauds de pauvres on ne vous veut pas chez nous
  • Salauds restez entre vous
  • Salauds de pauvres
  • Il virent tous facho
  • Dans leurs pays de de pauvres
  • Trop froids ou trop chauds
  • Le cerveau du pauvre
  • Craint ce qui est nouveau
  • Salauds de pauvres
  • Ils font bien trop d’enfants
  • Toujours plus pauvres qu’avant
  • Salauds de pauvres
  • Ils ne pensent qu’à l’argent
  • Ces salauds sont répugnants

* : Dans "L'homme révolté", "La logique du révolté est […] de s'efforcer au langage clair pour ne pas épaissir le mensonge universel." Dans "Sur une philosophie de l’expression", paru dans "Poésie 44" à propos du travail de Brice Parain sur le langage, autre formulation : "Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde. Et justement la grande misère humaine qui a longtemps poursuivi Parain et qui lui a inspiré des accents si émouvants, c'est le mensonge. Sans savoir ou sans dire encore comment cela est possible, il sait que la grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge." Albert Camus, Oeuvres complètes, tome I, La Pléiade, p.908

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......