LE DIRECT
seven song for NELLY by Dear Criminals (Dear Criminals)

Nelly Arcan, jusqu’au silence

5 min
À retrouver dans l'émission

Le groupe Dear Criminals, où l’on croise Frannie Holder de Random Recipe, signe « NELLY » sept chansons inspirées de l’auteure québécoise suicidée en 2009. Caractère élégiaque et pièges du désir au menu.

seven song for NELLY by Dear Criminals (Dear Criminals)
seven song for NELLY by Dear Criminals (Dear Criminals)

« Le Temps des fleurs » et la version de Dalida interprétée comme au ralenti, dilatée et sans timbre presque, à retrouver dans ce disque paru en janvier dernier : Seven Songs for Nelly, sept chansons pour Nelly, Nelly Arcan l’écrivaine canadienne, l’auteure* de « Putain », disparue en 2009 qui faisait récemment l’objet d’un film « NELLY » ; et ces chansons sont en quelque sorte la bande son augmentée de la bande originale du film.

Pourquoi Dalida : parce que le biopic réalisé par Anne Émond commence par cette scène où la petite fille, Isabelle Fortier qui deviendra Nelly Arcan, chante Dalida sur scène pour le spectacle de fin d’année à l’école, elle est tellement investie dans la chanson qu’elle chante plus fort que le playback. Ceci jusqu’à ce que sa mère, dans le public, lui fasse signe de se taire.

Sur le quatrième de couverture de « Putain » Nelly Arcan concluait ainsi : « Ce dont je devais venir à bout n'a fait que prendre plus de force à mesure que j'écrivais, ce qui devait se dénouer s'est resserré toujours plus jusqu'à ce que le nœud prenne toute la place, nœud duquel a émergé la matière première de mon écriture, inépuisable et aliénée, ma lutte pour survivre, une mère qui ne répondait pas lorsque je l'appelais et qui ne m'appelait pas car elle avait trop à dormir, ma mère qui dans son sommeil a laissé mon père se charger de moi.»

En quelques livres et seulement 8 années de notoriété, Nelly Arcan aura suscité l’admiration, la colère, une foule de textes (parfois de très longs textes sur les blogs de lecteurs, à propos de littérature mais surtout de domination et de rapport des sexes) elle aura donc aussi suscité aussi ce disque élégiaque, forcément « lorsqu'on interpelle la vie du côté de la mort ».

« Nelly » par Dear Criminals : Frannie Holder, Charles Lavoie et Vincent Legault qui posent comme l’œuvre de Nelly Arcan la question du désir ou plutôt du piège du désir : celui qu'on se sent obligé de susciter. « Nelly Arcan fille du déluge » comme l’écrivit son ami Jean-Michel Devésa (dans un très beau texte publié dans l’Humanité à la disparition de l’écrivaine). On se quitte sur ce motif d’écriture de Nelly Arcan :

« J'avais alors décidé d'écrire ce que j'avais tu si fort, dire enfin ce qui se cachait derrière l'exigence de séduire qui ne voulait pas me lâcher et qui m'avait jetée dans l'excès de la prostitution, exigence d'être ce qui est attendu par l'autre, et si le besoin de plaire l'emporte toujours lorsque j'écris, c'est qu'il faut bien revêtir de mots ce qui se tient là derrière, et que quelques mots suffisent pour être lus par les autres, pour n'être pas les bons mots. »

Extraits diffusés :

  • Le Temps des fleurs (trad. tzignane / E. Marnay, G. Raskin pour la version française)
  • Stay Tonight (Frannie Holder, Charles Lavoie, Vincent Legault)
  • NELLY (Frannie Holder, Charles Lavoie, Vincent Legault)

NELLY par Dear Criminials disponible partout à commencer PAR ICI : (page Bandcamp)

* : conformément à l’usage québécois. Sur la question il est utile de lire Auteur, auteure ou autrice ? d’Audrey Alwett, commentaires et réponses inclus.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......