LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Aida Garifullina, orchestre symphonique de la radio de Vienne, Cornelius Meister (DECCA)

Où va la soprane Aida Garifullina ?

6 min
À retrouver dans l'émission

La jeune chanteuse russe, attendue pour sa première apparition sur la scène de l’opéra de Paris samedi prochain (dans La Fille de Neige) livre un premier récital au disque inégal, à l’image de ses prestations sur YouTube.

Aida Garifullina, orchestre symphonique de la radio de Vienne, Cornelius Meister (DECCA)
Aida Garifullina, orchestre symphonique de la radio de Vienne, Cornelius Meister (DECCA)

« Où va la jeune Indoue ? » se demande Lakmé… évidemment c’est terrible de n’entendre qu’un court extrait de l’air des clochettes du célèbre opéra de Léo Delibes, d’autant qu’il est ici servi par la chanteuse que beaucoup attendent pour sa première à l’Opéra de Paris (samedi prochain) : Aida Garifullina.

La soprane dont on parle beaucoup a 29 ans, c’est une Tatare, née à Kazan, capitale de la République du Tatarstan dans la fédération de Russie ; sa mère, qui est chef de chœur, a été son premier professeur et elle a visiblement une influence importante sur le développement de sa carrière. Sa plastique n’y est peut-être pas non plus étrangère, vous l’avez peut-être vue au cinéma sous le regard admiratif de Merryl Strip dans le film sur Florence Foster Jenkins (de Stephen Frears) elle jouait Lily Pons et chantait justement cet air de Lakmé…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Premier prix du Concours Operalia Plácido Domingo en 2013 Aida Garifullina est remarquée et soutenue par Valery Gergiev, le chef d'orchestre et directeur musical du Théâtre Mariinsky de Saint Pétersbourg, qui la programme régulièrement depuis. L'autre occasion de voir et d'entendre Aida Garifullina jusqu'ici (si vous n'êtes pas un habitué du Mariinky) était de vous trouver à Vienne, puisqu'elle a signé un contrat permanent avec le Wiener Staatsoper où elle joué Musetta dans La Bohème de Puccini, Adina (L’Élixir d’amour), Susanna (Les Noces de Figaro) et Zerlina (Don Giovanni)... on est loin de Mozart ou Donizetti avec le programme choisi ici : essentiellement russe, autour de Tchaïkovski, Rachmaninov, Rimski-Korsakov et même ceci… « Les Nuits de Moscou » un tube des chœurs de l'Armée rouge, composition du très soviétique Vassili Pavlovitch Soloviev-Sedoy…

C’est un euphémisme de dire qu’on se demande comment le programme du disque d’Aida Garifullina a été conçu : se croisent des partitions virtuoses de Rimski-Korsakov, Rachmaninov d’un côté et des pièces folkloriques jouées toutes en guimauve, comme la chanson Allüki. Un côté double face que l’on retrouve dans les apparitions d’Aida Garifullina sur internet, à la fois saluée sur les plus belles scène lyrique (avec le contexte acoustique exigeant que cela suppose) et investie tout aussi pleinement dans des mises en scènes kitsch à la télévision russe où elle peut chanter dans un costume type Eurovision une reprise d'un succès d'Andrea Bocelli.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Difficile par ailleurs en parcourant le livret du disque de ne pas confondre les photos avec celles d’un catalogue de grand bijoutier (voir Anna Netrebko et Chopard). Reste que dans le répertoire où on l’attend à l’opéra de Paris (pour une production presque 100% Russe : mise en scène Dmitri Tcherniakov, Mikhail Tatarnikov à la direction d'orchestre) Aida Garifullina brille indiscutablement, écoutez l’aria du prologue de la Fille de Neige, Snegourotchka. Mais où va la jeune Tatare ?

extraits diffusés :

  • Leo Delibes : Lakmé « Où va la jeune Indoue ? »
  • Vassili Pavlovitch Soloviev-Sedoy : « Les Nuits de Moscou »
  • Nikolaï Rimski-Korsakov : La Fille de Neige : aria du prologue

DISQUE : Aida Garifullina, orchestre symphonique de la radio de Vienne, Cornelius Meister (DECCA)

présentation de La Fille de Neige de Rimski-Korsakov par Judith Chaine (France Musique)

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......