LE DIRECT
Mathieu Boogaerts – Promeneur (Tôt ou tard)

Qu’en est-il de Mathieu Boogaerts ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Le chanteur souvent décrit comme lunaire, ondulé sympathique, signe un septième album limpide sous le signe du promeneur. Philosophique donc et pas forcément si simple qu’il n’y paraît.

Mathieu Boogaerts – Promeneur (Tôt ou tard)
Mathieu Boogaerts – Promeneur (Tôt ou tard) Crédits : Pochette : M/M (Paris)

« Qu’en est-il de nos résolutions ? » nous demande d’entrée de jeu Mathieu Boogaerts dans son nouveau recueil de chansons Promeneur. : « Qu'en est-il de l'envol ? Qu'en est-il de la conquête ? Et ta parole qu'est-ce que t'en a faite ? » (Licence d’auteur) Cette chansons on a envie de l’adresser bien sûr à ceux qui endossent des responsabilités, politiques ou sociales mais évidemment c’est à tous (et donc à chacun) qu’elle s’adresse. A la manière de Boris Vian qui écrivait « Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le bonheur de tous les hommes, c'est celui de chacun » (L' écume des jours -1962 éd. La Pléiade Œuvres complètes T1, XV., p. 382).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Il y a comme toujours chez Mathieu Boogaerts cette question du bonheur, intime, pas forcément partagé. Il faut écouter au calme la chanson « Une mélodie » peut-être une des plus belles de ce disque, où le bonheur revient par trois fois. Il est aussi question de la cruauté des rapports : « Bizarre » qui parle d'un portrait ou d'une peinture qui ne le satisfait pas ; mais quand même « ton dessin il me change » dit-il au refrain. Et puis il y a encore cette figure récurrente du personnage qui est tombé, qui s’est fait mal mais pour qui l’empathie est immense, parce qu’on ne sait pas vraiment s’il s’agit de nous ou d’un autre…Le Glorieux.

Voyant sinon lucide Boogaerts et surtout promeneur au sens littéral puisqu’auront nourri l'écriture de ce disque ses voyages en Ouzbékistan, Kazakhstan et Kirghiztan. En République Dominicaine où il a de la famille, à Essaouira, au Cameroun. Dire qu'il part bientôt s'installer vivre à Londres, Mathieu Boogaerts, toujours ondulé même un peu déplumé (si vous pensez à ce qui arrivait dans son premier clip).

Comme sur son premier album et à d'autres occasions Boogaerts a voulu ici travailler seul, tout enregistrer arranger et réaliser, s'entourant là quand même d'une violoniste, d'un alto et de choeurs pour ce « Glorieux » qui paraît-il a mis 7 ans à murir avant d'aboutir à cette version achevée. Une autre, « Petit vent » a du attendre 15 ans. L'organisation des bribes, la patience du temps (ou du contretemps) c'est peut-être tout l'art des chansons de Boogaerts, façonné par Marley et Dick Annegarn.

Boogaerts végétal, à l’image des photos-portraits d'arbres de Thibault Montamat qui illustrent ce Promeneur, et de ce clip où il apparait les deux pieds bien ancrés dans le sol, pris dans un sol mouvant, s'enfonçant dans le sol, pour un devenir arbre… Et pourquoi pas ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits diffusés :

  • Qu’en est-il
  • Le Glorieux
  • Pourquoi pas

Mathieu Boogaerts (site officiel très complet) Album : Promeneur (Tôt ou tard)

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......