LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Franz Schubert - Ismaël Margain (B Records)

Schubert en direct

5 min
À retrouver dans l'émission

Le pianiste Ismaël Margain publie à 25 ans son premier enregistrement seul, dédié à Franz Schubert. Si les œuvres choisies, Sonate en si bémol, Drei Klavierstücke, sont celles des derniers mois de la vie du compositeur, la captation du concert laisse entendre toute la vitalité de l’interprète.

Franz Schubert - Ismaël Margain (B Records)
Franz Schubert - Ismaël Margain (B Records)

« Schubert m'accompagne depuis toujours, il est comme un ami, un confident » nous dit Ismaël Margain jeune pianiste (né en 1992, 25 ans tout juste) qui publie son premier enregistrement solo dédié à Schubert. Certains l’avaient peut-être déjà entendu et justement chez Schubert Ismaël Margain, mais dans un exercice de piano à quatre mains avec son ami Guillaume Bellom. Complicité et affinités fondamentales chez Margain quand il conjugue sa passion pour le jazz en jouant avec son ami Thomas Enhco. Amitié et urgence à l’œuvre aussi dans le label qui le publie : B Records, jeune label à l’étiquette jaune qui promet « du live et rien d’autre ». En l’occurrence des concerts captés au festival de Pâques de Deauville (ou bien Août Musical même endroit) avec de jeunes interprètes (Yann Levionnois, le Quatuor Hermès, L'Escadron Volant de la reine, Maïlys de Villoutreys)

Prise de son de concert et cela s’entend, avec les petits défauts d’une interprétation directe et la vie surtout, à commencer par le souffle des musiciens…

Un peu d’Histoire : le 31 octobre 1828 à Vienne, Schubert dine dans une auberge, Zum Roten Kreuz (à la Croix Rouge) en compagnie de ses frères, près de leur ancienne maison de famille lorsque, poursuivit par sa phobie du poison, il ressent un profond dégoût pour le plat qu'on vient de lui servir (un poisson). S’il n’a jamais été empoisonné (la phobie était visiblement courante à l’époque) le mois suivant, atteint de syphilis, il reste alité, et mourra probablement victime d’un typhus le 19 novembre. Voilà Schubert avait 31 ans et cette année 1828 qui fut la dernière pour lui fut peut-être un des plus riche de sa carrière de compositeur : il corrige encore le Voyage d’Hiver, achève sa 9ème Symphonie, les 14 lieder du chant du Cygne, les trois pièces pour piano et trois sonates dont celle-ci en si bémol majeur on se quitte avec le final du Scherzo, en suspensions… comme ce mot de Theodor Adorno à propos de Schubert

« Nous pleurons, sans savoir pourquoi ; parce que nous ne sommes pas encore tels que cette musique nous promet d’être, mais seulement dans le bonheur innommé de sentir qu’il suffit qu’elle soit ce qu’elle est pour nous assurer qu’un jour nous serons comme elle. »

extrait de la prestation d'Ismaël Margain aux Victoires de la Musique Classique en 2015 (Maison de la radio)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits diffusés

  • Drei Klavierstücke D. 946 – Allegro assai
  • Drei Klavierstücke D. 946 – Allegretto
  • Sonate pour piano n° 21 D. 960 - Scherzo

Franz Schubert - Ismaël Margain (B Records)

Ismaël Margain jouera Salle Gaveau à Paris les 18 et 19 mars 2017 (programme avec orchestre Verdi, Chopin et Tchaïkovski)

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......