LE DIRECT
Adam Laloum / Schumann et Schubert : Oeuvres pour piano (MIRARE)

Schumann, Schubert, amitiés électives par Adam Laloum

5 min
À retrouver dans l'émission

Le jeune pianiste et directeur de festival réunit Schumann et Schubert, deux compositeurs au centre de ses préoccupations esthétiques dans un disque aux nuances fines. En attendant de retrouver Brahms.

Adam Laloum / Schumann et Schubert : Oeuvres pour piano (MIRARE)
Adam Laloum / Schumann et Schubert : Oeuvres pour piano (MIRARE) Crédits : Photo : Carole Bellaiche

Davidsbündlertänze ou les Danses des compagnons de David : ou comment par dix-huit danses (qui d’ailleurs n’en sont pas vraiment), définir à la fois un projet amoureux et un dessein esthétique. En 1837, pour les 18 ans de sa bien aimée Clara Wieck, Robert Schumann publie –en lui adressant indirectement – ces 18 pièces à caractère amoureux et combattif. En effet ces « compagnons de David » c’est la confrérie imaginaire de Schumann, celle qui va l’aider à combattre les Philistins réactionnaires, puisque Schumann est aussi bien musicien que critique et fondateur d’une revue musicale – la Neue Zeitschrift für Musik - la Nouvelle Revue pour la musique. Se confondent ici un espoir de modernité dans l’art et l’espoir dans un mariage que lui refuse le père de Clara.

Voilà pour l’histoire et le contexte. Ayez à l’esprit ce quatrain populaire que Schumann place en introduction, et vous verrez que la musique mêle d’une pièce à l’autre tous ces sentiments contraires :

« À chaque jour et dans toute terre, Joie et chagrin vont de pair ; Restez doux dans vos jours heureux, Et face au chagrin, soyez courageux. »

Schumann compositeur au cœur du répertoire de ce jeune pianiste toulousain (né en 1987), son enregistrement de la Grande Humoresque avait déjà recueilli de beaux éloges, certains comme notre confrère du journal Le Temps évoquant « un pianiste de l’intériorité » quand Alain Lompech saluait un pianiste « lyrique, fébrile mais clair, inspiré mais rigoureux. Il chante librement, colore ses phrases, nuance au-delà du quantifiable, sans aucune affectation. » Qui dire d’autre sinon qu’Adam Laloum s’avère tout aussi passionnant avec son trio Les Esprits ?

Ne manquez pas non plus l’enregistrement réalisé avec son complice de trio, le violoncelliste Victor Julien-Laferrière, disque consacré à Brahms, Franck et Debussy et salué d’un diapason d’Or ce mois-ci.

Brahms l’autre compositeur qu’Adam Laloum affectionne particulièrement, qui fera l’objet de son prochain disque (les deux Concertos pour piano de Brahms, sortie prévue à l’automne 2017 pour ses débuts avec Sony Classical).

En attendant ces Davidsbündlertänz de Schumann vous pourrez les entendre à la prochaine Folle Journée de Nantes (début février) où jouera Adam Laloum. Et pour le disque c’est un programme affectif que propose le pianiste puisque qu’aux danses de Schumann répond la sonate en si bémol majeur de Schubert qu’il admirait, lui qui pouvait « emprisonner l’instant dans une durée miraculeuse » comme l’écrivait André Boucourechliev.

extraits diffusés :

  • Robert Schumann : Davidsbündlertänze op 6 : Mit humor
  • Robert Schumann :Davidsbündlertänze op 6 : Einfach / Sehr rasch und in sich hinein
  • Franz Schubert : Sonate en si bémol maj d 960 : Scherzo

Adam Laloum / Schumann et Schubert : Oeuvres pour piano (MIRARE)

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......