LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Album : Serrana (Les Disques du festival permanent)

Serrana : le chant profond d’Inés Bacán

7 min
À retrouver dans l'émission

Pedro Soler et Gaspar Claus, guitare flamenca et violoncelle vagabond avaient déjà enregistré ensemble. Dans Serrana, père et fils invitent la chanteuse andalouse Inés Bacán pour un dialogue qui frôle le vertige.

Album : Serrana (Les Disques du festival permanent)
Album : Serrana (Les Disques du festival permanent)

Luz de Luna (Clair de Lune) ou le dialogue (en tout cas au départ) entre la guitare flamenca de Pedro Soler et le violoncelle vagabond de Gaspar Claus, un père et un fils qui tout deux empruntent des chemins singuliers et qui se sont rencontrés, en tout cas au disque, il y a cinq ou six ans seulement (le très beau Barlande chez In Finé).

Rappel des faits : le premier, Pedro Soler est catalan, né en 1938 il a côtoyé très jeune plusieurs maitres du flamenco tels Pepe de la Matrona, El niño de Almaden (flamenco archaïque selon ses mots) et même s’il s’est parfois aventuré sur d’autres terres, du côté du jazz notamment, c’est tout de même dans ce registre andalou qu’on le connait surtout. Le second, qui se trouve être son fils, a mené lui son violoncelle un peu partout, si récemment Gaspar Claus travaillait un répertoire de chansons anciennes des Baléares (avec la chanteuse Marion Cousin) il joue aussi avec le guitariste de Noir Désir (Serge Teyssot-Gay) et une musicienne traditionnelle japonaise au crâne tatoué (Kakushin Nishihara, joueuse de Biwa extraordinaire (Satsuma Biwa). Bref tous deux grands curieux, passionnés de rencontres, et pas étranger à la poésie, puisqu’ils participèrent notamment à des récitals en musique avec André Velter, collaborations qui ont fait naître plusieurs textes « Tant de soleils et tant de sang » et Jusqu’au bout de la route » (éditions Gallimard).

Leur nouvel enregistrement ensemble a une saveur toute particulière puisque cette fois-ci le dialogue se fait à trois avec la chanteuse Inés Bacán qui définit ainsi son chant : « une longue conversation avec moi-même, que parfois d’autres peuvent comprendre ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation encore. Inés Bacán chanteuse andalouse au parcours singulier : née en 1952 à Lebrija (au sud de Séville) elle grandit dans une famille vouée au flamenco (arrière-petite-fille d’El Pinini -chanteur légendaire né au XIXème siècle- et sœur du guitariste Pedro Bacán) elle grandit entourée de maîtres de chant, mais n’a commencé à chanter publiquement qu’à l’âge de 38 ans où elle surprend tout le monde avec une voix d'une intensité rare.

« Dans ma famille, si tu ne chantais pas bien ou si tu n’étais pas drôle, personne ne te prêtait la moindre attention. Et moi je n’étais pas drôle ».

Dans un duel plus qu’étonnant avec le violoncelle (qui n’apparaît que dans quatre des morceaux du répertoire) Inés Bacán se risque ici dans des styles qu'elle enregistre pour la première fois, la « Serrana » ou la « Granaïna » et le chant « por tiento ». La Cantaora chante ici un cavalier, des yeux noirs, une mer vide, la mort comme souvent dans le flamenco mais aussi un texte écrit par son fils José Bacan : « Aquellos trenes » (ces trains) qui évoque la déportation des gitans. Démonstration de ce que peut-être le cante jondo, le chant profond « Serrana » s’écoute, s’éprouve mais ne se décrit pas facilement…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits diffusés :

  • Luz de Luna
  • Ojitos Negros

Album : Serrana (les Disques du festival permanent) ECOUTER / ACHETER : ICI lien Bandcamp.

A RETROUVER aussi dans l'émission Continent Musiques du samedi 25 février 2017

Concert : mardi 28 février 2017 à La Marbrerie à Montreuil

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......