LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Slow Joe & The Ginger Accident : Let Me Be Gone (Musique Sauvage)

Slow Joe, dernière prière.

5 min
À retrouver dans l'émission

Le chanteur Indien qui connut une carrière inespérée en Europe, à plus de 60 ans passés, s’est éteint en mai 2016, alors qu’il finalisait son troisième album. « Let Me Be Gone » résonne comme une immense prière, celle d’un « beautiful loser ».

Slow Joe & The Ginger Accident : Let Me Be Gone (Musique Sauvage)
Slow Joe & The Ginger Accident : Let Me Be Gone (Musique Sauvage) Crédits : photo : Magali F. Fouquet

« Prenons la route, marchons sur une route encore jamais foulée, Parlons ensemble, parlons d'une langue encore jamais parlée... » vous n'écoutez pas une inspiration du mouvement En Marche mais les mots d'un chanteur qui a demandé à partir dans la nuit, discrètement.

Histoire de karma au départ : on est en 2007 à Calangute (près de Goa, sur la côte ouest de l'Inde) Joseph Rocha, alias Slow Joe, la soixantaine bien entamée et la démarche lente -d’où le surnom de Slow Joe- croise un musicien français, Cédric de la Chapelle qui a 30 ans de moins de lui. Ils sympathisent et le français enregistre la voix seule de Slow Joe qui chante dans la rue. Quand il revient chez lui à Lyon il compose et écrit toute la musique à partir des enregistrements, et va même former un groupe autour de ce projet « The Ginger Accident ». En décembre 2009, Slow Joe quitte l’Inde pour donner le premier concert de sa vie aux Transmusicales de Rennes, et le hasard fit que la première répétition se fit la veille dans les studios de France Culture.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sept ans plus tard, on est en mai 2016 et après des centaines de concerts à travers l’Europe et surtout la France, Slow Joe vit à Lyon, près de la place Sathonay, au pied des pentes de la Croix-Rousse, et prépare un troisième album lorsqu’il succombe après une rupture d’anévrisme, à l’âge de 73 ans.

L’album posthume qui vient de paraître, s’ouvre sur ce chant traditionnel en Konkani, la langue de Goa « Tambde Roza »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Let Me Be Gone » un disque marqué par la prière : tout de suite après (dans Temple, Mosque, Church) Slow Joe raconte avoir été au temple, à la mosquée puis à l’église et s’être toujours perdu, sauf quand il rencontre l’amour, et puis il y a cette dernière chanson « Silent Waves » où Slow Joe demande à la mort de le réduire au silence, doucement, au milieu de la nuit.

Slow Joe laisse apparaître intacte sa colère, le souvenir de la perte de tout, de sa vie dans la rue : « j'étais le larbin de promesses non tenues » (Stooge) il évoque aussi sa dépendance aux drogues, aux petits trafics « il a pris les meilleures années de ma vie, la crème de mon esprit, il m'a pris tous mes amis, il m'a pris tout mon temps, ne m'a laissé nulle part exister, maudit soient le petit revendeur... ». Enfin Slow Joe affirme avec force son statu de loser, et pour paraphraser Leonard Cohen disons un « Beautiful Loser » singulier, perdant magnifique.

  • So this is my song for all the losers
  • Those who have lost all they have loved
  • Suddenly they find no piece of mind
  • Just like me. We're left behind
  • For I belong to all the above
  • All those who have lost in love
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits diffusés :

  1. Swing Your Love
  2. Tambde Roza
  3. God Damn The Pusherman

Slow Joe & The Ginger Accident « Let Me Be Gone » (Musique Sauvage)

Concerts d'hommage : 4 mars 2017 au Moulin de Brainans, 28 mars 2017 au Café de la Danse à Paris et le 14 avril 2017 à Romans sur Isère.

Note : traductions approximatives, nos excuses d’avance si un contresens était fait.

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......