LE DIRECT
Stevie Wonder - Songs in The Key of Life (Motown)

Stevie Wonder et les clés de la chanson

5 min
À retrouver dans l'émission

40 ans jour pour jour après la parution de l’album « Songs in The Key of Life » le geste opulent de Stevie Wonder s’impose comme un de ses derniers sommets.

Stevie Wonder - Songs in The Key of Life (Motown)
Stevie Wonder - Songs in The Key of Life (Motown)

« Bonjour ou bonsoir mes amis, j’ai de graves nouvelles à faire passer, pour chacun d’entre vous. Ce dont je veux parler pourrait conduire à la catastrophe, pourrait changer votre joie, vos rires en larmes et en douleur : L’amour a besoin d’amour aujourd’hui, ne tardez pas »

Il y a quarante ans tout juste, le 28 septembre 1976 paraissait « Songs in The Key of Life » le 18ème album studio de Stevie Wonder. A 26 ans, après avoir frôlé la mort dans un accident de voiture, changé une partie de son entourage musical et renégocié le contrat qui le liait avec le label Motown, Stevie Wonder acquiert une indépendance inédite. Et place d’emblée ces « chansons pour la clé de la vie » (Songs in the Key of Life vous apprécierez le jeu de mot avec la clé musicale) aux côtés de ses autres grandes réalisations (Music of My Mind, Talking Book, Innervisions…) certains s’accordent à dire que c’est son dernier chef d’œuvre. Œuvre morale ou du moins spirituelle en tout cas à en juger par ces propos : « Ils passent l’essentiel de leur vie dans un paradis de passe-temps »

Consolation, ségrégation, exploitation, mutilation… le prêche de Stevie Wonder. Et comme « Pastime Paradise » ravivé en 1995 par le rappeur Coolio, plusieurs chansons de cet album paru en 1976 « Song in the Key of Life » vont connaître plusieurs vies et plusieurs interprétations, comme si l’album irradiait sur plus de vingt ans : George Michael refait un hit avec « As » en 1998, puis Salomé de Bahia transforme « Another Star en tube brésilien, en 1999 encore Will Smith reprend « I Wish » et fait un tube avec Wild Wild West… et enfin « Love's In Need of Love Today » la première chanson de l’album, sera celle que Stevie Wonder choisit de jouer au lendemain des attentats du 11 septembre 2001

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

interprétation où Stevie Wonder ajoute quelques mots d’introduction : pour dire le mensonge de ceux qui se réclament de Dieu ou d’Allah pour commettre des crimes. Et de suggérer dans le titre suivant…« Have a talk with God » ou Dieu comme psychiatre.

Il faut réécouter – et peut-être réévaluer en partie – Song in the Key of Life, un album où le compositeur chante à la fois son amour pour sa fille Aisha qui vient de naitre (Isn't she lovely), mélange la douceur kitch des violons joués au clavier, avec un texte très fort sur les portes fermées, le racisme (Village Ghetto Land) il parle aussi de fierté (Black Man), compose même un morceau entièrement à la harpe (If it's magic) et rend surtout hommage à ses maitres dans une joie communicative ici pour Duke Ellington…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Love's In Need of Love Today
  • Pastime Paradise
  • Have a talk with God début
  • Sir Duke

Stevie Wonder - Songs in The Key of Life (Motown)

A paraître : le livre « Motown » par Adam White édité chez Textuel (octobre 2016)

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......