LE DIRECT
Thrace - Sunday Morning Sessions (Harmonia Mundi)

Sur les Thraces de Jean-Guihen Queyras et des frères Chemirani

5 min
À retrouver dans l'émission

Aux côtés d’un joueur de lyre Grec, le violoncelliste invite ses amis d’enfance, percussionnistes renommés, à un programme d’échange virtuose.

Thrace - Sunday Morning Sessions (Harmonia Mundi)
Thrace - Sunday Morning Sessions (Harmonia Mundi) Crédits : Photo : Thomas Dorn pour Harmonia Mundi

Un violoncelle, une lyra, deux percussions et un rythme en cinq temps (khamsa), point de départ pour le transport sonore sur le chemin des Thraces. Les Thraces (avec un H donc) c’est ce peuple, cette civilisation qui s’étendait dans les Balkans, de la Grèce actuelle à la Bulgarie en passant par la Turquie, à son apogée au IIIème et IIème siècle avant J.-C. Les musiciens que vous entendez ont trouvé dans ces Thraces qu’ils présentent comme un peuple « curieux, ouvert sur l’interaction avec les autres cultures » une métaphore de leur démarche musicale.

Puisqu’en effet tous ne viennent pas du même chemin : au violoncelle un archet bien connu l’Ensemble Intercontemporain, Jean-Guihen Queyras. Les autres cordes (trois petites cordes) ce sont celle de la lyra, petit violon qui remonte à l’époque byzantine, ici posé sur les genoux de Sokratis Sinopoulos. De l’autre côté, deux percussion, celles des frères Bijan et Keyvan Chemirani, qui jouent respectivement du daf et du zarb, instruments iraniens qu’ils emmènent bien au delà de la tradition persane.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Thrace » sous titré « Sunday Morning Sessions »…

Oui des sessions du dimanche matin entre les frères Chemirani et Jean-Guihen Queyras, amis d’enfance puisqu’ils ont grandi en voisins dans les collines en Haute-Provence, près de Forcalquier, et si je n’oublie pas Sokratis Sinopoulos, il faut aussi entendre la virtuosité douce des frères Chemirani, notamment dans l’impressionnant « Dast é Kyan ».

Le violoncelliste Jean-Guihen Queyras lui aussi « pollinisé » par les percussions, il nous confiait utiliser « de plus en plus souvent » la caisse du violoncelle comme percussions lors des improvisations. Et il a même essayé la petite et difficile lyra : « La très grande souplesse de la mèche de l'archet donne une douceur et une suavité dans la production du son; Et le fait que les doigts de la main gauche soient au contact de la corde de manière latérale et avec les ongles donne une grande souplesse de vibrato et d'intonation. »

Les mots choisis ont aussi leur musique, et il faut entendre la liberté des improvisations, le choix d’un répertoire qui va dans ici de pièces très contemporaines (« Etude Digitale » de Jörg Widmann écrite en 2015 en hommage à Pierre Boulez) à des danses populaires comme cet air des Balkans « Hasapiko ».

Extraits diffusés :

  • Khamse
  • Nihavent Semai
  • Dast é Kyan
  • Hasapiko

Thrace - Sunday Morning Sessions (Harmonia Mundi)

Concerts : TRIO CHEMIRANI

  • 10 novembre 2016, Metz, Arsenal
  • 2 mars 2017, Toulouse, Salle Nougaro

JEAN-GUIHEN QUEYRAS

  • 8 novembre, Paris, Le Flow
  • 26 novembre, Paris, Cité de la Musique
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......