LE DIRECT
Timber Timbre : Sincerely, Future Pollution (City Slang)

Timber Timbre et le zeitgest

6 min
À retrouver dans l'émission

Le groupe canadien mené par Taylor Kirk signe son album le plus synthétique et peut-être le plus politique à ce jour : Sincerely, Future Pollution.

Timber Timbre : Sincerely, Future Pollution (City Slang)
Timber Timbre : Sincerely, Future Pollution (City Slang) Crédits : photo prise depuis le Rockfeller Center, 1935

« Grifting » traduisez l’arnaque, ou dumoins ce que l’on extorque : n’y voyez aucun sous-texte ou commentaire après le débat d’hier soir, il s’agit d’un des titres du nouvel album de Timber Timbre qui sortira vendredi. Le groupe canadien mené par un certain Taylor Kirk publie son sixième disque « Sincerely, Future Pollution » peut-être son disque le plus politique, marqué par l’élection de Donald Trump. Il parle d’immigration de masse, de délocalisation, du fait de venir chauve et vieux d’un coup ; on pourrait traduire le titre par « bien à vous, pollution à venir » comme une lettre venue du futur, une dystopie sur l’éphémère et le gâchis, à lire dans la grande interview accordée au magazine Magic (N°203)

« Je n’aime pas le mot mais c’est un peu le zeitgest, l’esprit du temps : ce qui influence les gens, ce qui n’est pas cool et qui le devient, ce à quoi on prête attention »

L’album marque également une nouvelle décade visitée pour Timber Timbre : si celui qui les a fait connaître en 2009 (Timber Timbre) était selon Taylor Kirk plutôt marqué par les années 50, le suivant (Creep On Creepin’ On, 2011) était très 60’s et celui d’après (Hot Pants, 2014) emprunt des années 70… vous devinez où cela les a mené pour celui-ci : vers les synthétiseurs des années 80, et donc assez loin du « timbre du bois » qu’on imaginait au départ être leur marque de fabrique.

Reste des instants volontiers crooner (comme dans l’élégant Velvet Gloves & Spit)

et d’autres plus proches des machines de kraftwerk, à écouter avec cette couleur-titre à l’esprit : Bleu Nuit

On le sait depuis que Benoit Hamon a publié une playlist sur son site de campagne (à écouter ICI) : le candidat PS écoute du jazz : Ella Fitzgerald, Nina Simone, Lisa Ekdahl. Mais tout de même à bien regarder les murs de son bureau rue de Solférino on voyait un poster des Thugs (groupe d’Angers signé sur le label Sub Pop dans les années 80) et s’il avoue une passion pour le rap (Assassin et NTM) c’est surtout comme un fan de Cure et des Smiths qu’on le découvrait dans le magazine Rolling Stone (édition française) cette année, se souvenant qu’il y avait « un côté très Manchester à Brest ». Plus inattendu, Benoit Hamon avait même croisé Gang Of Four (deux des membres du groupe punk-funk de Leeds) dans un entretien croisé fin 2010 (organisé par VoxPop et Rue 89) pour parler d’engagement et de musique.

L’occasion de faire entendre aujourd'hui ces mots de Timber Timbre, dits avec chaleur et détachement presque : « Western Questions » questions occidentales, élections désespérées, campagne Halloween.

extraits diffusés :

  • Grifting
  • Bleu Nuit
  • Western Questions

Timber Timbre : Sincerely, Future Pollution (City Slang)

Concerts : jeudi 6 avril 2017 à Rennes (festival Mythos), lundi 17 au Grand Mix à Tourcoing, mercredi 19 avril à la Cigale à Paris puis le 20 avril 2017 au Printemps de Bourges

L'équipe
Production
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......