LE DIRECT
« Touche Française » par Guillaume Fédou et Jean-François Tatin pour Arte Creative

Touche Française : la musique (ré)sonne mieux avec toi

6 min
À retrouver dans l'émission

Que furent les trois glorieuses de la musique électronique française ? Pourquoi même sans sa langue, s’impose-t-elle encore à l’étranger comme un aspect de notre esprit français ? Réponse par les acteurs de ce mouvement dans la web-série proposée sur Arte Creative.

« Touche Française » par Guillaume Fédou et Jean-François Tatin pour Arte Creative
« Touche Française » par Guillaume Fédou et Jean-François Tatin pour Arte Creative

« Touche Française » : série en 12 épisodes et réalisée par Guillaume Fédou et Jean-François Tatin (avec la voix de la musicienne Maud Geffray) sur Arte Creative. L’enjeu : raconter l’aventure de la musique électronique française par ses acteurs - d’hier et d’aujourd’hui- comprendre l’histoire et les sources d’une musique par les petits récits de chacun des protagonistes. Après Eden au cinéma, Le Chant de la machine en bande-dessinée, une web série pour revenir sur ces trente dernières années électroniques. Philippe Zdar rappelle par exemple comment rap et techno se croisent dans son studio en 1993 : au moment où il collabore à l’album « Prose Combat » de MC Solaar avec Jimmy Jay, Zdar travaille aussi sur son projet Motorbass.

Plutôt blancs comme le rappelle Ariel Wizman mais surtout combattifs ces premiers acteurs de la techno à l’image d’Eric Morand et Laurent Garnier, fondateurs du label F Com, souvent confrontés aux attaques régulières : « musique de pédé, de drogué, de voleurs »

« Touche Française » formellement réussie, archives rares et belles images se croisent dans une forme courte efficace qui répète les effets de bords cadres diffractés (comment le dire autrement ?) et offre toujours au final morceau revisité « en live » par d’autres musiciens, enfin série enregistrée en son binaural (qu’il faut écouter au casque, équivalent de la 3D pour le son). Ce qui a son intérêt pour revivre l'englobement sonore des fêtes. Les auteurs de Touche française rappellent l’importance des clubs et des soirées : « Wake Up » au Rex, « Respect » au Queen…

Un certain esprit français qui ne s’exprime pas forcément dans la langue souhaitée par les quotas de radio. Le hit planétaire « Music Sounds Better with you » marque aussi les « trois glorieuses » (1998, 1999, 2000) où la France exporte ses talents partout dans le monde, grâce notamment au service export de Virgin France mené par Emmanuel de Buretel. La perspective historique n’est pas oubliée enfin : cette musique électronique libre doit beaucoup à une tradition de l’expérimentation française, où dans l’immédiat après-guerre, Pierre Schaeffer, Pierre Henry, Pierre Boulez (que l’on voit à l’écran mais qui n’est pas cité) ou encore Jean-Jacques Perrey et l’Ondioline de Georges Jenny, imposent l’hexagone comme une terre d’avant-garde, qui inspire encore des musiciens comme M.Oizo, SebastiAn, ou Jackson, auteur de l’étrange « Utopia ». La présence inattendue du sociologue Michel Maffesoli et de ses chaussettes rouges dans un des derniers épisodes rappelle que l’aspect collectif de la « Touche française » aura frappé même ceux qui n’ont pas exulté en chantant « Never Be Alone ».

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......