LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Archive du film « La Perfecta et les Vikings de la Guadeloupe : Une Histoire musicale Française » de David Commeillas.

Une certaine histoire de la musique française, Kadans Kreyol

5 min
À retrouver dans l'émission

Cadence, contretemps et histoire politique au centre du récit du film de David Commeillas, consacré à deux groupes phares de Martinique et de Guadeloupe parfois injustement déconsidérés. Une Histoire musicale Française faite de danse, et de luttes.

Archive du film « La Perfecta et les Vikings de la Guadeloupe : Une Histoire musicale Française » de David Commeillas.
Archive du film « La Perfecta et les Vikings de la Guadeloupe : Une Histoire musicale Française » de David Commeillas.

Pourquoi en France rêve-t-on en considérant des formations telles que Earth Wind & Fire ou la Fania alors que des générations de musiciens apparus aux Antilles dans les années 60-70 proposaient des musiques à danser à la fois inventives chargées de propos ? « Les oubliés de la culture Antillaise » dit d’emblée un des acteurs de l’époque. Réparation ou dumoins explications avec le documentaire réalisé par David Commeillas qui sera diffusé dimanche sur France Ô : vous entendiez ici les témoignages de Daniel Ravaud du groupe La Perfecta et celui de Guy Jacquet des Vikings de la Guadeloupe, deux formations phares des Antilles formées entre les années 60 et 70 et qui après bien des disques et de nombreux concerts sont encore mal connus comme le rappelle ce documentaire sous-titré « Une Histoire musicale Française ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pas forcément une histoire de ressentiment sinon de regrets : Hippomène Léauvéa, Viking toujours actif, la barbe grisonnante mais le propos toujours tranchant constate qu'il est impossible, ou très difficile de se documenter sur l'histoire de ces groupes qui firent danser des milliers de Français d'Outre-mer et de Métropole. « Comme si vous demandiez des infos sur Gilbert Bécaud à France Inter et que vous ne trouviez rien ».

Il y eut pourtant plusieurs signes d'un engouement populaire, par exemple lorsqu'à Paris en 1970 les Vikings réunissent 18 000 personnes pour deux concerts au Pavillon des Halles. Engouement dû à la musique évidemment, mais aussi à une politique. Le Bumidom, le Bureau pour le Développement des Migrations dans les Départements d’Outre-mer fait venir en métropole des forces de travail (près de 160 000 migrations entre 1963 et 1981 qui viendront nourrir les entreprises du bâtiment, les postes, les hôpitaux, l’administration, entre autres). Quand on y pense indirectement c’est fou l’impact qu’aura eu Michel Debré sur la musique, lui qui fera interdire le Maloya à La Réunion.

Mais la reconnaissance et l’absence de celle-ci viennent aussi bien d’un état d’esprit local. Quand La Perfecta jouait un morceau de musique latine, le public applaudit plus que lorsqu’il jouait une composition propre, une variante. Comme le rappelle Michel Godzom de La Perfecta : « Je ne sais pas si c’est propre aux peuples colonisés mais il faut être exactement la copie de la chose (…) On nous a toujours appris à ne pas aimer ce qui est nous. Ce qui est à nous n’est pas bon. J’ai grandit en apprenant Nos ancêtres le gaulois. A partir de ca…».

Une des belles idées du film de David Commeillas a été de filmer certains musiciens jouant seuls, dans leur maison (on voit Daniel Ravaud jouer du trombone face à la mer) avant de confronter ces images d’aujourd’hui aux archives, permettant par exemple d’entendre une mazurka signée du clarinettiste Michel Godzom. Toute la force des musiciens comme ceux de la Perfecta ou des Vikings a été de développer une identité musicale propre au travers de réappropriation : avec un esprit rock-funk ils jouent de la biguine, du gwo ka, empruntent à la Salsa et préfigurent le zouk. S’il s’agit de faire danser évidemment il y a toujours aussi un propos : un des titres phares des Vikings « Ka Nou Pé Fé » évoque la galère des jeunes qui cherchent du travail

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Quand on ne concentre l'attention que sur les chansons légères de la Compagnie Créole ou que Carlos reprend « Rosalie », c'est toute la dimension sociale et politique de cette musique qui est évacuée, sans parler de sa langue, ceci au profit d'un certain « Doudouisme » comme l'analyse Hippomène Léauvéa.

Peut-être est-il temps de saisir ce qui, même de façon très critique, fait aussi la richesse de de cette Histoire musicale française.

« La Perfecta et les Vikings de la Guadeloupe : Une Histoire musicale Française »le film de David Commeillas sera diffusé dimanche 27 novembre sur France Ô

Extraits diffusés :

  • La Perfecta : A Youskous pa fè fou
  • La Perfecta : Makandia
  • Les Vikings de la Guadeloupe : Zagalakatéléman

FILM : « La Perfecta et les Vikings de la Guadeloupe : Une Histoire musicale Française » de David Commeillas diffusé dimanche 27 novembre 2017 sur France Ô

Disque : Anthologie des Vikings de la Guadeloupe : Enkor On Ti Tou 1966-2016 (Heavenly Sweetness)

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......