LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
The Original Sound Of Mali ( label : Mr Bongo)

Voyage au coeur du Mali

5 min
À retrouver dans l'émission

Le label anglais Mr. Bongo édite une nouvelle compilation dédiée aux musiques du Mali. Malgré un filon pourtant déjà très exploité, la magie des grands orchestres et leur sonorité opère toujours.

The Original Sound Of Mali ( label : Mr Bongo)
The Original Sound Of Mali ( label : Mr Bongo) Crédits : Photo : Malick Sidibé

Nissodia « Joie de l’optimisme » selon Idrissa Soumaoro et L’Eclipse De L’Ija. Vous écoutez la première piste de cette compilation qui vient de paraître « The original Sound of Mali » (édité par le label anglais Mr. Bongo). A l’heure où paraît l’embarrassant « hommage » de -M- Mathieu Chédid dédié aux musiques du Mali, il n’est peut-être pas inutile de retourner aux originaux. (Pour une critique construite de Lalomali de -M- lire l'article de Jacques Denis dans Libération :M au Mali en survol piqué)*

Ici derrière la belle photo de Malick Sidibé (grand photographe et portraitiste malien disparu en 2016) une compilation impeccable où en plus de la musique vous trouverez les notes de Florent Mazzoleni qui racontent le contexte politique, social et culturel qui a conduit le Mali à devenir une des premières terres musicales de toute l'Afrique entre les années 60 jusqu’à nos jours. Sa tradition de griots, Modibo Keita qui avait promu une politique « d'authenticité », Moussa Traoré qui le renverse en novembre 1968 et crée d'un côté la Biennale Artistique et Culturelle avant d'installer un régime policier, le rôle de la radio, des grands orchestres ou encore celui de l'ingénieur du son Boubacar Traoré, au crédit de nombreux albums majeurs des années 70 dont ceux du Super Djata Band de Zani Diabate.

Le Tioko : Idrissa Soumaoro et l'Eclipse de l'I.J.A.(Ampsa)
Le Tioko : Idrissa Soumaoro et l'Eclipse de l'I.J.A.(Ampsa)

Il faut revenir sur Idrissa Soumaoro (présent deux fois dans cette compilation au début et en clôture) : formé auprès des Ambassadeurs du Motel de Bamako, il sera un passeur important pour beaucoup de musiciens maliens, si l’on sait aujourd’hui qu’il est bien l’auteur original d’« Ancien combattant » dont Zao fit un tube sans le créditer) et même s’il n’apparait que sur quelques disques, Idrissa Soumaoro aura joué un rôle important en tant que professeur, on l’entend dans le très bel album réalisé avec l’Eclipse de l’IJA en 1978 (IJA pour l’Institut des Jeunes Aveugles) un disque où l’on entend pour la première fois une certaine Mariam Doumbia (Amadou et Mariam).

L'orchestre Kanaga de Mopti (1977)
L'orchestre Kanaga de Mopti (1977)

L’Eclipse De L’Ija une des formidables formations à entendre dans cette compilation de musiques du Mali qui vous fait traverser tout le pays : Super Biton de Ségou, Kanaga de Mopti (et les masques Dogons) et bien sûr le Rail Band du Buffet Hotel de la Gare de Bamako, dirigé par Tidiani Koné qui aura l'oreille et l'instinct de donner sa chance en 1969 à un jeune chanteur albinos, Salif Keita.

Extraits diffusés :

  • Nissodia (Joie de l’optimisme) - Idrissa Soumaoro, L’Eclipse De L’Ija
  • Fadingna Kouma - Zani Diabate & The Super Djata Band
  • Fama Allah - Idrissa Soumaoro, L’Eclipse De L’Ija
  • Mouodilo -Rail Band

The Original Sound Of Mali ( label : Mr Bongo)

Livret intégral à lire ICI

* : album gênant tant par sa production clinquante que son propos lénifiant (voire condescendant) Jacques Denis dans Libération résume exactement le sentiment de gêne qui s’installe à l’écoute : « et il est à parier que certains y décèleront des relents post-coloniaux, qu’on ne peut se résoudre à attribuer à ce projet. Parions plutôt que tout cela révèle une cruelle naïveté. Simplement, M en version malienne, ça ressemble aux visions vues du ciel de Yann Arthus-Bertrand. C’est tout plein de bons sentiments, mais ça ne raconte rien, rien de la vérité d’en bas, et ça ne fait même pas planer. Ce sont juste des mots qui masquent mal le vide, un vertigineux creux qui interroge : faut-il forcément faire des recueils gravés dans la cire de ses impressions de voyage ? » Jacques Denis

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......