LE DIRECT
Chuck Berry en plein "Duck walk" à un concert au Palladium à Los Angeles en 1980

Le geste de Chuck Berry 1926- 2017

5 min
À retrouver dans l'émission

L'un des pères fondateurs du rock s'est éteint samedi dernier à son domicile de St Louis, Missouri. L'auteur de Johnny B Goode aura non seulement imposé un style de guitare, mais aussi une danse (le geste du Duck Walk) et une écriture qui marquera aussi bien les Beatles que les Stones.

Chuck Berry en plein "Duck walk" à un concert au Palladium à Los Angeles en 1980
Chuck Berry en plein "Duck walk" à un concert au Palladium à Los Angeles en 1980 Crédits : George Rose - Getty

« Hey ! What Can I Say ? … Mr Chuck Berry ! »

« Reelin and rockin’ » assurément Chuck Berry sur la scène du Wiltern Theatre à Los Angeles en 1977. A l’époque cela fait déjà 20 ans que Chuck Berry a contribué à inventer le rock’n roll. Chuck Berry est mort samedi dernier à l'âge de 90 ans, et si tout le monde depuis ce week-end a réentendu « Johnny B. Goode » ou « Roll Over Beethoven » il n’est peut-être pas superflu de rappeler ses paroles « Retourne-toi dans ta tombe Beethoven, passe le message à Tchaïkovski, J'ai une pneumonie qui m'agite, besoin d'une injection de rythm'n blues ».

Chuck Berry a débuté à St Louis dans le Missouri, hasard au passage : sachez que l'auteur de Louie Louie c'est un certain Richard Berry, à ne pas confondre avec Charles Edward Anderson Berry dit Chuck, né en 1926 d’une mère institutrice et d’un père menuisier, aussi diacre au temple baptiste local, ce dont se souviendra Berry dans le frénétique « Downbound train »

The Down Bound Train où Chuck Berry se souvient des prêches de son père à propos de l'enfer… Et peut-être de la maison de correction où il fera un séjour. A sa sortie Chuck Berry fait différents petits boulots, suit une formation de coiffeur (on ne dira jamais assez l'importance des cheveux dans la musique, pensez à la pompadour de Little Richards ou celle de Karajan). A St Louis (Missouri) Berry organisait déjà sa propre concurrence avec deux groupes opposés : d'abord en trio au Cosmo, il forme ensuite le Chuck Berry Combo au Crank Club. Après un voyage à Chicago il obtient une audience auprès de Muddy Waters qui le remarque et lui permet de décrocher un contrat chez Chess Records. En 1955 « Maybellene » devient le deuxième tube de l'histoire officielle du rock'n roll. Un titre qui préfigure l’obsession de Chuck Berry pour les voitures (Maybelline met en scène une course entre celui qui conduit une Ford V8 et sa petite amie infidèle qui elle roule en Cadillac Coupe DeVille) suivront sur le même thème « No Money Down », « Riding Along In My Automobile » ou encore « Jaguar and Thunderbird »

Chuck Berry a sans doute contribué au mythe de l’adolescence de la jeunesse américaine (alors qu’il avait 30 ans au début de son succès), il reste un modèle pour des générations de guitaristes, dont Keith Richards et Jimi Hendrix, et les Beach Boys sans doute se seront inspiré de son « Sweet little sixteen » au moment d’écrire « Surfin’ USA ».

« Sweet little sixteen » un extrait du Festival Jazz de Newport en 1958, à écouter et à voir puisqu’un film avait capté cette prestation, ne manquez pas les images magnifiques de « Jazz On A Summer’s Day » de Bert Stern, où l’on voit d’abord Thelonious Monk, Chico Hamilton, Louis Armstrong, Mahalia Jackson… (Film complet ICI) : Et Chuck Berry hyper élégant, à la fois souriant décontracté et dans une maitrise totale, dansant comme toujours son célèbre jeu de jambes, un « duck walk » dont il avait fait sa marque. Rares sont ceux qui s’y sont essayés sans ridicule. Comble de l'élégance du geste de Chuck Berry : être à la fois drôle mais juste, et même profond puisque, au fond (comme le suggérait Yves Bigot dans Le Dictionnaire du Rock Ed.Robert Laffont) le pas de canard fait la nique au triste pas de l'oie, le sourire en plus.

Difficile en affaire et souvent hors la loi Chuck Berry incarne pourtant une forme d'esprit d'entreprise et une persévérance toute américaine : il était encore sur scène à 80 ans passés, et l'année dernière le 18 octobre 2016 - jour de ses 90 ans - il annonçait avoir enregistré un nouvel album « Chuck » qui devrait sortir de façon posthume désormais chez Dualtone. On se quitte avec le plus francophile des titres de Chuck Berry : « C’est la vie »

extraits diffusés :

  • « Reelin and rockin / Roll over Beethoven » Wiltern Theatre, Los Angeles, 1977
  • « The Downbound Train » version studio 1955
  • « Sweet little sixteen » Newport Jazz Festival, 5 Juillet 1958

Coffret CHUCK BERRY - Rock And Roll Music - Any Old Way You Choose It - The Complete Studio Recordings ... Plus (BEAR FAMILY RECORDS)

  • « You Never Can Tell » live 1972, Beat Club, Bremen, Allemagne
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......