LE DIRECT
Yasmine Hamdan  « Al Jamilat » (Crammed Discs)

Yasmine Hamdan la superbe

4 min
À retrouver dans l'émission

La chanteuse libanaise produit un album composite puissant, fruit de voyages et de rencontres, avec au centre un poème de Mahmoud Darwich : Les magnifiques.

Yasmine Hamdan  « Al Jamilat » (Crammed Discs)
Yasmine Hamdan « Al Jamilat » (Crammed Discs)

La lecture s’ouvre sur Douss (qu’il faut l’écrire D.O.U.S.S) la voix c’est celle de Yasmine Hamdan, le propos lui est moins doux : « La guerre s'est abattue sur nos têtes, faisant de nous des ennemis que nous ne cherchions pas (…) le printemps des arabes est là, nous abreuvant de slogans, de mensonges et de déceptions ». Douss premier titre du nouvel album de Yasmine Hamdan, musicienne libanaise que certains ont connu au début des années 2000 avec le groupe Soap Kills, son duo avec Zeid Hamdan pour un trip-hop hyper élégant qu'on entendait d’ailleurs dans la bande-son du film Intervention Divine d'Elia Suleiman (Prix du jury à Cannes en 2002). Yasmine Hamdan s’est depuis plusieurs fois réinventée, en égérie électro-orientale sous le nom de YAS (avec le producteur Mirwais), puis en chanteuse pop avec Marc Collin (Nouvelle Vague) pour un album qui accordait les mélodies arabes modales avec les tonalités de la pop occidentale.

Elle a voulu cette fois-ci produire elle-même son album, faisant appel à différents producteurs : Luke Smith (Depeche Mode, Lily Allen) et Leo Abrahams (Brian Eno, Carl Barât), ainsi qu’à des musiciens new-yorkais, figures de la scène indépendante (Shahzad Ismaily guitariste qui travaillé avec Laurie Anderson, Lou Reed, John Zorn… et Steve Shelley, batteur du groupe Sonic Youth). Les parties de cordes sont assurées par la violoniste canadienne Magali Charron.

Le titre de l’album Al Jamilat est emprunté à un poème de Mahmoud Darwich : les Magnifiques, au féminin : un ode à la femme, qui « célèbre la beauté dans sa multiplicité et ses contradictions » selon la chanteuse.

« Al Jamilat Honna El Jamilat » (lecture du poème par l'auteur) (extraits traduits de la traduction anglaise) « un désespoir qui s'illumine mais ne se consume pas / Les magnifiques sont les pauvres, pareilles aux fleurs du champ de bataille »

La musique se nourrit ici de choses très différentes, des rythmes « du Golfe et d’Irak, des guitares de style quasi-touareg ou encore des sons de bouzouk, aux côtés de guitares plus rock, de batteries, de sons de synthés actuels (…) Les violons et les harmoniums apportent des couleurs à certaines chansons, parfois comme des traces fantômes de mélodies indiennes ou sahariennes » Et Yasmine Hamdane de synthétiser tout cela :

« J’appartiens à différents espaces, j’ai vécu dans des cultures et des langues différentes, et j’ai appris à m’approprier ce que je rencontre et à créer des hybrides »

Issue de la communauté Chiite, fille d'un ingénieur civil, Yasmine Hamdan a vécu à Abu Dhabi, en Grèce, puis au Koweït, avant de devenir une star de l’underground au Liban avec son groupe Soap Kills. Elle chante différentes langues et dialectes (anglais, libanais, koweïti, palestinien, égyptien, bédouin) « Etre pluriel, disposer —de par son histoire personnelle– d’identités multiples, c’est le cas de nombreuses personnes dans le monde d’aujourd’hui. Pour moi c’est un sentiment libérateur, je considère que c’est un atout pour la création, même un atout pour vivre et comprendre le monde »

Et voici ce qu’elle fait au final du disque d’une rythmique « koweïtienne trébuchante »

Ecoutez ce qu’elle fait au final du disque avec « Ta3ala » partant d’une rythmique « koweïtienne trébuchante », à tomber.

Extraits diffusés :

  • Douss
  • Al Jamilat
  • Ta3ala

Yasmine Hamdan « Al Jamilat » (Crammed Discs)

Concert le 27 avril 2017au Flow (Paris)

L'équipe
Production
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......