LE DIRECT

Dada es-tu là ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Quand les Dadaïstes s'approprient les Arts premiers pour leur mouvement frondeur

Exposition « Dada Africa, sources et influences extra-occidentales » au musée de l’Orangerie du 18 octobre 2017 au 19 février 2018. Partenariat France Culture

Affiche de l'exposition
Affiche de l'exposition Crédits : Musée de l'Orangerie

La révolte artistique Dada, qui naît à Zurich au cœur de la tourmente de la Grande Guerre en 1916, exprime un rejet des valeurs traditionnelles de la civilisation qui auraient conduit au désastre de cette période. Dans ce cadre, une réévaluation d’autres systèmes de pensée et de création s’opère et conduit de nombreux artistes d’avant-garde à se pencher et à s’approprier des types de productions artistiques radicalement autres. Pour la première fois, et en coopération avec le Musée Rietberg de Zurich et la Berlinische Galerie, une exposition est consacrée à la confrontation des dadaïstes avec l’art et la culture de pays extra-européens. Les mises en scène des « Soirées nègres » au Cabaret Voltaire, faisant appel à tous les sens, associant musique, poésie et danse, s’attaquent à la notion même de l’art et remettent en cause les valeurs artistiques ayant cours jusqu’alors. Dès 1917, la galerie Coray à Zurich expose côte à côte des objets africains avec des œuvres dadaïstes. La même année, Tzara écrit sa « Note sur l’art nègre », publiée dans la revue SIC où il affirmait « du noir puisons la lumière ». Les masques de Marcel Janco, les costumes de Sophie Taeuber-Arp, les collages de Hannah Höch ou encore les œuvres collectives refusant la notion d’auteur témoignent de ces recherches pour un nouveau langage formel... Musée de l'Orangerie

En contrepoint de l’exposition, seront présentées des œuvres de deux artistes contemporains : - trois œuvres d’Otobong Nkanga : In Pursuit of Bling : the Transformation, In Pursuit of Bling : The Discovery et Shaping Memory - une photographie de l’artiste Athi-Patra. Avec le concours de Fabienne Leclerc - galerie In Situ.

Invités : Cécile Girardeau, conservateur au musée de l’Orangerie et commissaire de l’exposition avec Cécile Debray et Henri Béhar, depuis 2003 professeur émérite de l’Université Paris III, qu’il a dirigée de 1982 à 1986 et spécialiste de la poésie dadaïste.

Couverture du catalogue de l'exposition
Couverture du catalogue de l'exposition Crédits : Musées d'Orsay et de l'Orangerie / Hazan (2017)

Cécile Girardeau, conservateur du patrimoine, exerce ses fonctions au Musée de l’Orangerie

Cécile Girardeau
Cécile Girardeau Crédits : Musée d’Orsay / Sophie Boegly

Elle a notamment été co-commissaire des expositions « Apollinaire, le regard du poète » en 2016,  «Tokyo – Paris. Chefs-d’œuvre du Bridgestone Museum of Art de Tokyo. Collection Ishibashi Foundation» au Musée de l’Orangerie en 2017 (05 avril-21 août). Elle est également co-commissaire de l’exposition « Dada Africa, sources et influences extra-occidentales » du 18 octobre 2017 - 19 février 2018.

Henri Béhar, professeur émérite de littérature à la Sorbonne, spécialiste de Tristan Tzara et plus généralement de la production littéraire d'avant-garde, éditeur des Oeuvres complètes de Tristan Tzara.

Les textes sont lus par Gabriel Dufay

George Grosz à Berlin (1930)
George Grosz à Berlin (1930) Crédits : Wikimedia Commons

Textes (extraits) : George Grosz (1923) sur les début du mouvement Dada - Tristan Tzara, Note 6 sur l’art nègre (septembre 1917) - La sculpture nègre et l’art moderne (1926) de Paul Guillaume - La fuite hors du temps (1993) de Hugo Ball - Karawane (enregistrement de Michel Giroud, à Beaubourg, 2006). A l'origine, un texte qui a été lu au Cabaret Voltaire lors de la 1ère soirée Dada par Hugo Ball - Manifeste du Crocodarium Dada (1920) de Jean Arp.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Musique (extrait) : Lasse Marhaug ‎pour Void (label Be Coq ‎– BECOQ 31. 2017) - Johannes Bauer, Annick Nozati, Fred Van Hove ‎pour Organo Pleno (label FMP ‎– FMP CD 56. 1993) - Fred Van Hove ‎pour Piano Solo (label : FMP ‎– FMP CD 143. 2011) - Boogie mania de Marcel Bergmann dans l'album Minimal Piano Collection Volume X-XX (label Brilliant Classics ‎– 9171. 2010).

Il a aussi été question de : Cabaret Voltaire - Jean Arp - Marcel Janco - Masques de Janco - Mary Wigman - La danse de la sorcière - Surréalisme - André Breton - Art océanien - Tristan Tzara - Sophie Taeuber-Arp - Poupées Hopi Kanicha - Raoul Hausmann surnommé "Der Dadasophe" - 

Outre l'exposition, il y a 2 dates à retenir :

1) La conférence, de notre invité Henri Béhar, Tristan Tzara et la poésie nègre, le mercredi 13 décembre à 19h à l'Auditorium du musée de l'Orangerie

On sait l'influence que l'ouvrage de Carl Einstein, Neger plastik (1920) - qu'il convient de traduire par "La Sculpture nègre" et non l'art nègre - a pu avoir dans l'histoire de l'art européen. Or, on ignore le plus souvent, tant les notes sur l'art nègre de Tristan Tzara, publiées à Zurich dès 1916, que ses travaux sur ce qu'il nommait "la poésie nègre". Son expression, désormais lexicalisée, permet de montrer comment (et pourquoi) il a eu l'idée de recueillir scrupuleusement, scientifiquement peut-on dire, les chants de guerre ou les hymnes des travaux et les jours des peuples africains et océaniens. Comment il s'en est servi pour dynamiter la poésie française contemporaine d'une part ; leur donner accès à l'anthologie de la poésie mondiale d'autre part. Pour finir, un pont sera dressé entre cette curiosité poétique et l'extraordinaire collection d'art africain qu'il sut constituer.

2) Il y a également une journée d’étude, Dada. Hybridation et sources extra-occidentales, le mardi 23 janvier de 10h à 18h. 

10h-13h : auditorium du musée de l’Orangerie - 15h-18h à l’auditorium du Centre allemand d’histoire de l’art

Engagés dans une logique expérimentale et combinatoire, les artistes dada ont créé une nouvelle catégorie de formes. Ils ont contribué à faire émerger des relations inédites entre le langage, l’image et le son. Cet acte libérateur et transgressif qu’est le processus d’hybridation a permis au champ de l’art de sortir de ses propres limites. Cette journée d’étude, organisée en deux lieux, se propose donc d’analyser la notion d’hybride à travers le chaos fertile que représente l’ouverture aux sources et aux influences extra-occidentales.

L'équipe de production : Cédric Chatelus ( prise de son)  - Franck Lilin (réalisation) - Sixtine de Thé (recherche des textes et conducteur) - Sylvia Favre (attachée de production et site internet).

Tristan Tzara en 1915
Tristan Tzara en 1915 Crédits : Wikimedia commons

Page en cours

Intervenants
  • Conservatrice du patrimoine au Musée de l'Orangerie
  • Historien de la littérature française, spécialiste de la poésie dadaïste
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......