LE DIRECT
p.247 : Georges de La Tour - Madeleine repentante

Georges de La Tour, de l’ombre à la lumière

59 min
À retrouver dans l'émission

Le peintre du XVIIe Georges de La Tour invite les lumières sur ses toiles mondialement connues après avoir été longtemps oubliées.

p.247 : Georges de La Tour - Madeleine repentante
p.247 : Georges de La Tour - Madeleine repentante Crédits : Houston, Texas, collection particulière

Vous connaissez ces tableaux où des mains blanches s’allument de rouge en protégeant la flamme d’une bougie. Vous avez vu ces visages abimés par l’âge ou la misère, se tordre en jouant un air de vielle. Vous avez compris en voyant la tête d’une femme se courber au ras du haut de la toile que la vie pesait sur elle de toute sa tristesse. Vous avez aimé ces saintes roides comme des sculptures ou les gestes d’un ange sans ailes qui apparut dans une chambre nocturne et qui balance un bras élégant comme une étoffe souple soulevée par le vent. 

Ces lumières, ces tricheurs, ces misérables c’est Georges de La Tour qui les invite sur ses toiles mondialement connues après avoir été longtemps oubliées. Un livre récemment publié aux éditions Cohen&Cohen fait toute la lumière possible sur les belles ombres de sa vie et son auteur Robert Fohr est avec nous aujourd’hui pour en parler en compagnie de Philippe Dagen.

Georges de La Tour : le maître des nuits, Robert Fohr
Georges de La Tour : le maître des nuits, Robert Fohr Crédits : Cohen&Cohen

"Nous ne savons rien de ses maîtres, de ses sources d’inspirations, religieuses comme profanes, de son lien à la peinture italienne et à celle du Nord (...) Même son physique nous demeure inconnu, lui dont ne nous est pas parvenu un seul portrait, une seule effigie. » Robert Fohr

« Ses œuvres sont dispersées et attribuées à d'autres peintres : italiens, comme Guido Reni, hollandais comme Hendrick ter Brugghen ou Gerrit van Honthorst et parfois même espagnols comme Diego Vélasquez . Très peu de ses tableaux sont signés, et l'on a parfois volontairement effacé sa signature pour constituer une attribution plus prestigieuse pour l'époque. » Robert Fohr

« Il a fallu des siècles pour comprendre qu’il y a chez De la Tour quelque chose qui mérite d’être vu. » Philippe Dagen

« Georges de la Tour, comme beaucoup de de ses contemporains, rêvait d’être anobli. S’enrichir et avoir un statut était un des grands soucis de sa vie.  Mais il n’y est pas arrivé, pas plus qu’à être le peintre officiel du duc de Lorraine. » Robert Fohr

« Les personnages sont des hommes du réels qui vivent dans une métaphore qui est celle de la nuit. » Robert Fohr

"La nuit de De la Tour est la nuit lumineuse : c’est l’être à la révélation de lui-même. La présence de la flamme est la présence réconfortante de l’obscurité" Robert Fohr

« Georges de La tour nous fait revenir à cette expérience des ténèbres au sens inquiétant du terme, que nous n’avons avec la modernité plus l’habitude d’expérimenter. » Philippe Dagen

« La chair De La tour est opalescente, pénétrée sans être traversée par la lumière » Philippe Dagen

Textes lus par Hélène Lausseur

Références des musiques diffusées : 

Eva-Maria Houben - Carson Cooman ‎– Organ Sonatinas And Drones

Jozef Van Wissem ‎– It Is Time For You To Return

Marc-Antoine Charpentier - Ensemble Pierre Robert, Frédéric Desenclos ‎– Motets Pour Le Grand Dauphin

Bibliographie

Intervenants
  • Historien de l'art, journaliste au Monde
  • Historien et historien de l'art de formation. Depuis février 2006, il dirige la mission du mécénat du ministère de la Culture
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......