LE DIRECT
Couverture de l'ouvrage avec une oeuvre du peintre français Martin Barré (1924-1993)

La peinture est-elle encore possible ?

59 min
À retrouver dans l'émission

La question s'est posée très sérieusement. Quand, où, par qui... tels sont quelques uns des éléments de réponse

Couverture de l'ouvrage avec une oeuvre du peintre français Martin Barré (1924-1993)
Couverture de l'ouvrage avec une oeuvre du peintre français Martin Barré (1924-1993) Crédits : Éditions Klincksieck (12.2017)

Pendant les années 1960 et jusqu'à la fin des années 1970, de nombreux artistes à travers le monde s’interrogent sur une problématique devenue centrale : la peinture est-elle encore possible ? Cette interrogation se  développe dans le contexte idéologique particulier de l’époque, celui  de la fin supposée du modernisme, où le statut d’artiste est lui-même  remis en question, souvent en termes d’engagement politique. Au fil des  chapitres, cet ouvrage expose les différentes réponses données par les  artistes : changement de medium, arrêt de toute pratique artistique  pendant quelques années, voire de façon définitive. Mais la plupart de  ceux qui avaient abandonné la peinture y sont revenus, comme le montrent  les parcours retracés ici – dont ceux d’artistes encore vivants. Si  aujourd’hui le contexte idéologique a changé, notamment avec le triomphe  du marché, il est essentiel, pour qui veut sortir d’une vision  simpliste de l’histoire de l’art contemporain, de comprendre cette mise  en suspension de la peinture pendant près de vingt ans. Sur le site des éditions Klincksieck

Invité : Eric de Chassey, directeur général de l’Institut  national d’histoire de l’art (INHA)  depuis 2016 et professeur d’histoire de l’art à l’École Normale Supérieure de Lyon depuis 2012.

Éric de Chassey
Éric de Chassey Crédits : ® Isabelle Waternaux

A l’occasion de la parution de son ouvrage, Après la fin. Suspensions et reprises de la peinture dans les années 1960 et 1970, éditions Klincksieck (01.12.2017).

Éric de Chassey est directeur général de l’Institut  national d’histoire de l’art (INHA) depuis 2016 et professeur d’histoire  de l’art à l’École normale supérieure de Lyon depuis 2012. Il a été le  directeur de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis pendant six ans  (2009-2015) et y a organisé un programme de résidence d’artistes de  tous les champs de la création, des expositions, des concerts, un  programme cinématographique et littéraire, des conférences en histoire  de l’art et philosophie. De 2004 à 2009, il a été membre de l’Institut  Universitaire de France... Sur le site de l'INHA

Affiche de l'exposition
Affiche de l'exposition Crédits : Musée des Beaux-Arts de Lyon (2008 - 2009)

Quelques unes de ses expositions passées : "1945-1949. Repartir à zéro, comme si la peinture n'avait jamais existé" au musée des Beaux-Arts de Lyon (24 octobre 2008 - 2 février 2009)- "Europunk" à la Cité de la Musique (15 octobre 2013 au 19 janvier 2014).

Affiche de l'exposition
Affiche de l'exposition Crédits : Cité de la Musique (2013 - 1024)

Expositions à venir : "Images en lutte (1968 - 1977). La culture visuelle de l'extrême gauche" (21.02 - 20.05.2018) aux Palais des Beaux-Arts de Paris (6ème arrondissement) - "Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet" (13.04 - 20.08.2018) au musée de l'Orangerie (Paris 1er).

Lecture des textes : Emmanuel Lemire

Rodtchenko et son épouse, l'artiste Varvara Stepanova, dans les années 1920
Rodtchenko et son épouse, l'artiste Varvara Stepanova, dans les années 1920 Crédits : Wikimedia Commons

Textes (extraits. Sous réserve de diffusion) : Alexandre Rodtchenko, «Travailler avec Maïakovski », 1939 - Theodor W. Adorno "Critique de la culture et société", 1949 - Barnett Newman, interview avec Emile de Antonio, 1970 - Allan Kaprow, "L’héritage de Pollock", 1958 - Moravia, "L’Ennui", 1960 - Otto Muehl, "Die Materialaktion", 1964.

Alberto Moravia. Photo par Paolo Monti (Fondo Paolo Monti, BEIC)
Alberto Moravia. Photo par Paolo Monti (Fondo Paolo Monti, BEIC) Crédits : Wikimedia Commons

Il a été question de : Henri Matisse - Barnett Newman - Musée de l'Ermitage - Malevich - Giotto -  Fauvisme - Pointillisme - Albert Camus - "La bibliothèque verte" - ...

Theodor Adorno (1964)
Theodor Adorno (1964) Crédits : Wikimedia Commons - Jeremy J. Shapiro

Musique (extraits) :  Quentin Conrate pour Sekametelisoppa (Label Creative Sources, 2015) - Mathieu Ruhlmann Celer ‎pour Mesoscaphe (Label : Spekk, 2008) - Burkhard Schlothauer ‎pour More Chamber Events (Label : Edition Wandelweiser Records, 2017) -  Merzbow | Z'EV ‎dans Spiral Right / Spiral Left (Label : Cold Spring , 2010) -  Otomo Yoshihide ‎pour Modulation with 2 electric guitars and 2 amplifiers (Label : Doubtmusic, 2007) -  Lasse Marhaug ‎dans  The shape of rock to come (Label : Smalltown Supersound, 2004) -  Devin Disanto / Nick Hoffman pour Three exercises (Label : ErstAEU, 2015).

Henri et Amélie Matisse en 1898 au moment de leur mariage
Henri et Amélie Matisse en 1898 au moment de leur mariage Crédits : Wikimedia Commons

L'équipe de production : Benjamin Vignal et Pascal Besnard (prise de son) - Franck Lilin (réalisation) - Sixtine de Thé (recherche des textes et conducteur) -Sylvia Favre (attachée de production et site internet)

Intervenants
  • Directeur de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), ancien directeur de la Villa Médicis
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......