LE DIRECT
Les « Époux Arnolfini » (1434)

Les Époux Arnolfini (1434)

58 min
À retrouver dans l'émission

Un tableau, très connu, et pourtant... "Les Regardeurs" vous emmènent traquer les secrets peut-être encore cachés ! (nouvelle écoute)

Les « Époux Arnolfini » (1434)
Les « Époux Arnolfini » (1434) Crédits : Jan van Eyck

Nouvelle écoute de cette émission diffusée le 18/09/2016.

Le portrait dit des « Époux Arnolfini » (1434. The National Gallery) de Jan Van Eyck (vers 1390 - 1441)

Il s'agit d'une peinture sur bois de 82,2 × 60 cm conservée à la National Gallery de Londres.

Avec Jean-Philippe Postel : Médecin (1979 à 2014), il est l’auteur de L'Affaire Arnolfini.Les secrets du tableau de Van Eyck édité par Actes Sud. Touche après touche, l’auteur décrypte les leurres et symboles semés par l’artiste sur sa toile, à l’image d’un roman policier à énigmes. Alors le tableau prend corps, son histoire se tisse de manière évidente et les personnages qui nous regardent dans cette scène immuable prennent vie devant nous…

Jean-Philippe Postel au studio 142 pour l'enregistrement des "Regardeurs"
Jean-Philippe Postel au studio 142 pour l'enregistrement des "Regardeurs" Crédits : Sylvia Favre

Fais en sorte de promettre. Quel dommage y a-t-il, en effet, à promettre ?

Riche de promesses, chacun peut l'être.

Les Époux Arnolfini (détail)
Les Époux Arnolfini (détail) Crédits : Jan Van Eyck

Ci-dessus : Deux vers de "L'Art d'aimer" d'Ovide (paru autour de l'an 1) peints sur le bois doré du cadre.

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l'ouvrage Crédits : Éditions Librio

Peu de choses sont connues du tableau avant qu'il ne rejoigne la National Gallery de Londres… Le tableau représenterait Giovanni Arnolfini, riche marchand toscan établi à Bruges et son épouse Giovanna Cenami, un petit chien aux pieds, car le sujet exact du tableau est un sujet de discussion pour les historiens de l'art. Selon Erwin Panofsky, il s'agirait du mariage des deux personnages, célébré en secret, et dont Van Eyck serait le témoin et le peintre. Cependant, cette théorie est aujourd'hui assez controversée. Il n'en reste pas moins que cette peinture est considérée comme une des œuvres majeures de l'artiste. Il s'agit de l'un des plus anciens portraits non hagiographiques conservés. En outre, par son réalisme, la peinture livre de nombreux détails sur les conditions de vie matérielle de l'époque. Le tableau représente le couple en pied dans la chambre, l'homme tenant la main de la femme. La pose est hiératique et solennelle, ce qui se comprenait lorsque l'hypothèse du mariage avait cours ; certaines critiques y ont plutôt vu une marque d'ironie de la part du peintre…

Détail au dessus du miroir.
Détail au dessus du miroir. Crédits : Jan van Eyck

Les textes sont lus par Lara Bruhl. Extraits de L'Affaire Arnolfini. Les secrets du tableau de Van Eyck de Jean-Philippe Postel (Actes Sud, mars 2016) - Les Primitifs flamands d'Erwin Panofsky (1953 pour la première édition. Collection Bibliothèque Hazan, nouvelle édition 2010) - Le portrait de Van Eyck, L'énigme du tableau de Londres de Pierre-Michel Bertrand (Hermann Éditeurs, 2006).

Couverture de l'ouvrage d'Erwin Panofsky
Couverture de l'ouvrage d'Erwin Panofsky Crédits : Éditions Hazan, Collection Bibliothèque Hazan

« Une peinture sur bois avec deux portes qui se ferment, un cadre en bois doré et des vers d'Ovide inscrits sur le cadre de la peinture, qui montre une femme allemande enceinte, vêtue de vert, serrant la main d'un jeune homme ; ils semblent se marier de nuit, et les vers déclarent qu'ils se trompent l'un l'autre et les portes sont peintes en faux marbre : prix, seize doublons. 1700, inventaire de la collection royale espagnole

Couverture de l'ouvrage de Jean-Philippe Postel
Couverture de l'ouvrage de Jean-Philippe Postel Crédits : Actes Sud (2016)

Ces pages, que je tournais à toute allure, me démontraient clairement que je n'avais pas vu ce que j'avais vu, que je n'avais rien vu de ce qu'il y avait à voir ! La passion que j'ai prise à la lecture de Jean-Philippe Postel tient moins à la description du tableau de Van Eyck (je croyais le connaître bien) qu'au décorticage implacable de toutes ces illusions d'optique que j'appelais mon "souvenir" de ce tableau. En achevant ma lecture je me suis promis de retourner au plus tôt à la National Gallery, pour y retrouver les époux Arnolfini, certes, mais surtout pour chercher sur le visage de l'homme au turban rouge le signe qu'il a, enfin, entendu ce qu'il voulait entendre sur ce tableau où il avait enclos tant de secrets". Daniel Pennac. Extrait de la préface de l'ouvrage de Jean-Philippe Postel

L'Homme au turban rouge (1433)
L'Homme au turban rouge (1433) Crédits : Jan van Eyck (vers 1390 - 1441)

L'Affaire Arnolfini… comme l'application à une oeuvre picturale des méthodes de l'observation clinique attentive". Jean-Philippe Postel

Quelques musiques diffusées : Le luth bien tempéré de Vincenzo Galilei par Žak Ozmo-Landscape V - pour solo et quatuor à cordes de Toshio Hosokawa par Arditti Quartet

Prise de son : Manuel Couturier

Regarder, regarder encore, regarder toujours, c'est ainsi seulement qu'on arrive à voir. Jean-Martin Charcot

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......