LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Bernaerts Nicasius (1620-1678)Une tortue de la merParis, musée du Louvre

Origines du monde

58 min
À retrouver dans l'émission

L'invention de la nature au XIXe siècle

Bernaerts Nicasius (1620-1678)Une tortue de la merParis, musée du Louvre
Bernaerts Nicasius (1620-1678)Une tortue de la merParis, musée du Louvre Crédits : ©RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

Nous autres humains, habitants précaires et passagers d’un monde fragile ne devinons que depuis peu où nous sommes et ce que nous sommes. Si à cette question les religions, les mythes, les grands curieux, les grands savants ont cherché depuis l’antiquité des réponses parfois fulgurantes, c’est au XIXe siècle que notre compréhension se transforme et que nous avons dû tout réviser de ce que nous croyions acquis.

Une exposition au musée d’Orsay dont l’ouverture est imminente relate ces bouleversements dus au développement sans précédent des sciences naturelles et à l’effet des grandes explorations et leur effet sur la stupeur passionnée que les artistes, premiers témoins et premiers curieux des conséquences de ces révélations  exprimèrent alors dans leurs oeuvres.

Henry De La Beche (1796-1855)Duria Antiquior, a more ancient Dorset1832Aquarellesur papier23 × 32 cmCardiff, Amgueddfa Cymru –National Museum Wales 84.20G D368
Henry De La Beche (1796-1855)Duria Antiquior, a more ancient Dorset1832Aquarellesur papier23 × 32 cmCardiff, Amgueddfa Cymru –National Museum Wales 84.20G D368 Crédits : ©Amgueddfa Cymru –National Museum Wales

La diversité de la nature, la découverte de nouvelles espèces, le temps long de la formation de la terre, l’ancienneté de l’homme, les formes gigantesques des monstres de la préhistoire et la révolution que le travail de Darwin qui publia en 1859 l’origine des espèces par la sélection naturelle provoqua dans notre compréhension des mécanismes de l’évolution et donc de  notre propre ascendance un ébranlement psychologique total. C’est à ce voyage spectaculaire dans l’apparition d’un monde nouveau et les conséquences sur la psyché collective que nous invite l’exposition « Les origines du monde et l’invention de la nature au XIXé siècle". Mais Comme notre vision du monde continue de se transformer le musée a ajouté a son exposition une commande à l’artiste Laurent Grasso dont l’œuvre très inspirante installée dans la  perspective de la grande nef du musée souligne la poursuite des mutations du visible.

Gabriel von Max(1840 -1915)     Gruss [Greeting (Monkey with Bouquet)]1901-1915, huile sur bois24 x 16 cmThe Jack Daulton Collection
Gabriel von Max(1840 -1915) Gruss [Greeting (Monkey with Bouquet)]1901-1915, huile sur bois24 x 16 cmThe Jack Daulton Collection Crédits : © The Jack Daulton Collection

Avant de donner la parole à mes invités, il me faut insister sur l’effet de cette exposition sur le musée. Laurence Descars en programmant ce sujet voici près de trois ans fait d’Orsay autre choses que le spectacle superbe de l’histoire esthétique d’une époque. Cette exposition qui concerne au plus près les interrogations anxieuses d’aujourd’hui sur notre relation à la nature et à ce qu’est notre situation au cœur de celle-ci fait résonner tout le musée et le rend infiniment contemporain soulignant ainsi la puissance et l’urgence de la culture dans la conduite de la société en un temps de crise.

Léon Frédéric (1856-1940)Nature ou Abondance [Nature or Abundance],1897Huile sur toile, 165 × 90,1 cmDallas, Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts
Léon Frédéric (1856-1940)Nature ou Abondance [Nature or Abundance],1897Huile sur toile, 165 × 90,1 cmDallas, Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts Crédits : Collection, Mrs. John B. O’Hara Fund Image courtesy Dallas Museum of Art

Le musée d'Orsay consacre pour la première fois une exposition à la croisée des sciences et des arts, en partenariat avec le Muséum national d'Histoire naturelle, qui retrace les thèmes de ce questionnement et confronte les principaux jalons des découvertes scientifiques avec leur parallèle dans l'imaginaire.

Installations Laurent Grasso 

Laurent Grasso, ARTIFICIALIS, 2020 film HR, circa 20min (in progress) © Laurent Grasso / ADAGP, Paris 2020
Laurent Grasso, ARTIFICIALIS, 2020 film HR, circa 20min (in progress) © Laurent Grasso / ADAGP, Paris 2020 Crédits : Photo © Studio Laurent Grasso, Courtesy Perrotin
Laurent Grasso, ARTIFICIALIS, 2020 film HR, circa 20min (in progress) © Laurent Grasso / ADAGP, Paris 2020Photo
Laurent Grasso, ARTIFICIALIS, 2020 film HR, circa 20min (in progress) © Laurent Grasso / ADAGP, Paris 2020Photo Crédits : Photo © Studio Laurent Grasso, Courtesy Perrotin
Laurent Grasso, ARTIFICIALIS, 2020 film HR, circa 20min (in progress) © Laurent Grasso / ADAGP, Paris 2020
Laurent Grasso, ARTIFICIALIS, 2020 film HR, circa 20min (in progress) © Laurent Grasso / ADAGP, Paris 2020 Crédits : Photo © Studio Laurent Grasso, Courtesy Perrotin

Lecture des textes par Emmanuel Lemire

Musiques diffusées : 

  • The Launching par Michel Redolfi ( sur extrait de ​La Peau de Chagrin​, dans la Comédie humaine, Honoré de Balzac)
  • Weightless Remix par Machinefabriek (sur extrait de ​A rebours,​ Joris-Karl Huysmans, 1884).
Intervenants
  • Plasticien
  • neurologue et historienne des sciences, commissaire générale de l’exposition « Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXème siècle ».
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......