LE DIRECT
Léon Spilliaert (1881-1946) Portrait de l'artiste par lui-même1903. Crayon graphite, encre noire et encre brune à la plume et au pinceau H. 27,4 ; L. 27,2 cm Paris, musée d'Orsay, conservé au département des Arts Graphiques du musée du Louvre

Nouvelle écoute : Léon Spilliaert, un grand mélancolique

58 min
À retrouver dans l'émission

Léon Spilliaert est l'inventeur belge d'un symbolisme de la nuit intérieure.

Léon Spilliaert (1881-1946) Portrait de l'artiste par lui-même1903. Crayon graphite, encre noire et encre brune à la plume et au pinceau H. 27,4 ; L. 27,2 cm Paris, musée d'Orsay, conservé au département des Arts Graphiques du musée du Louvre
Léon Spilliaert (1881-1946) Portrait de l'artiste par lui-même1903. Crayon graphite, encre noire et encre brune à la plume et au pinceau H. 27,4 ; L. 27,2 cm Paris, musée d'Orsay, conservé au département des Arts Graphiques du musée du Louvre Crédits : © RMN - Grand Palais (Musée d'Orsay) / Thierry Le Mage

Nouvelle écoute de cette émission diffusée le 27/09/2020

Au début du XXe siècle dans le crépuscule du symbolisme, en Belgique, un artiste dissout son visage dans l'encre de ses angoisses. le coeur griffé par les serres de la mélancolie Léon Spilliaert est un peintre hanté, visionnaire qui construit un rempart de papier et de lavis pour résister à l'emprise de sa ville - Ostende - sur son âme. L'inquiétude, les vertiges de la pensée, la précarité, le vide immense entre les choses, et l'ennui, ces tourments qui sculptent son corps anguleux deviennent les sujets fascinés de son oeuvre. Elle ne ressemble à aucune autre même si s'agitent dans les formes ou les atmosphères de ses peintures les contes d'Edgar Poe, le néant mallarméen, la lassitude de Maeterlinck. Quiconque est confronté à ses autoportraits retient pour toujours l'effet de l'ombre qui transforme un visage en spectre alors que le kaleidoscope des vitres, l'eau glacée des miroirs et les horloges dont les aiguilles s'agitent comme des faux vident la matière exsangue du réel. 

Léon Spilliaert (1881  - 1946). La Verrière 1909. Lavis d’encre de Chine, pinceau et crayon de couleur sur papier 64,5 × 50,5 cm
Léon Spilliaert (1881 - 1946). La Verrière 1909. Lavis d’encre de Chine, pinceau et crayon de couleur sur papier 64,5 × 50,5 cm Crédits : Collection particulière

Par un caprice prévisible du destin, ce très grand artiste en choisissant de s'abandonner à la contemplation fascinée de ses propres épouvantes a échappé à la célébrité. Voici que ces chefs-d'oeuvre anxieux apparaissent sur les cimaises du musée d'Orsay et pour mieux nous dévaster animent les plumes de deux écrivains qui lui consacre chacun un très beau livre.

Léon Spilliaert (1881  - 1946) Phare sur la digue 1908. Lavis d’encre de Chine,  pinceau, poudre d’argent  et crayon de couleur sur papier 64 x 48,6 cm
Léon Spilliaert (1881 - 1946) Phare sur la digue 1908. Lavis d’encre de Chine, pinceau, poudre d’argent et crayon de couleur sur papier 64 x 48,6 cm Crédits : Collection privée

A venir : Exposition au Musée d'Orsay : Léon Spilliaert (1881-1946). Lumière et solitude du 13 octobre 2020 - 10 janvier 2021

"Ces oeuvres sont des projections d'intériorité" Stéphane Lambert

"Ostende imprègne l'oeuvre de Spilliaert" Leila Jarbouai

"Le cadre influence sa peinture" Eva Bester

"Il y a une volupté dans le macabre" Eva Bester

"Sa psyché habite ce qu'il voit" Stéphane Lambert

"Spilliaert a inspiré Vertigo" Leila Jarbouai

"C'était un dandy, pas un mondain" Stéphane Lambert

Lecture des textes par Andréa Brusque

  • LECT 1 Extrait de Etre moi toujours plus fort : les paysages intérieurs de Léon Spilliaert, Stéphane Lambert, Editions Arléa

Musique : FRANCIS DHOMONT ''Mourir un peu, marine''

  • LECT 2 Extrait de  Léon Spilliaert, Eva Bester, Editions Autrement

Musique : MICHEL PASCAL ''Puzzle" INA 

  • LECT 3 Extrait de Etre moi toujours plus fort : les paysages intérieurs de Léon Spilliaert, Stéphane Lambert , Editions Arléa

Musique : OVAL ''Do while''

  • LECT 4 Extrait de  Léon Spilliaert, Eva Bester, Editions Autrement

Musique : Michel Redolfi ''Le saut Périlleux''

  • LECT 5 Extrait de  Léon Spilliaert, Eva Bester, Editions Autrement

Musique : FRANCOIS BAYLE ''Arpegiatto''

  • LECT 6 Maeterlinck, « Les Heures ternes », Les Serres chaudes, recueil illustré par Spilliaert en 1918

Musique RODEN Trainslation''

  • LECT 7 Extrait de Etre moi toujours plus fort : les paysages intérieurs de Léon Spilliaert, Stéphane Lambert , Editions Arléa

Musique : DAVID TOOP ''Duoon''

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......