LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

ACR - PlugIn Radio

1h

de Véronique Verstraete et Nathalie Salles, avec les compositions de Frédéric Khan

Commande du Centre national des arts plastiques et de France Culture pour l"Atelier de Création Radiophonique

Prise de son à l'Ecole de chimie
Prise de son à l'Ecole de chimie

La réalisation de PlugIn Radio , pièce radiophonique commandée par le Centre national des Arts Plastiques et France Culture dans le cadre des Ateliers de Création Radiophonique, est composé de matières sonores que Frédéric Kahn, Nathalie Salles réalisatrice, Bruno Mourland, ingénieur du son et moi-même avons sublimés. Sachant qu'en chimie la sublimation est le passage de l’état solide à l’état gazeux, nous avons transposé ce phénomène dans l’espace radiophonique, une sublimation du réel. J’ai demandé préalablement à Irène Omelianenko de sélectionner 5 émissions de France Culture et j’ai choisi 5 expérimentations de solides dont la carboglace. Les sublimations de ces 10 matières telles que les pas de Maitresse Cindy, un treuil, le premier son entendu de l’orage, le bruit de fond du centre commercial, le bruissement de la carboglace, le grincement de la maison de Gris-Gris, le verre frappé par la manipulation du chimiste ou bien encore l’émotion dans les voix des sans papières ont pris forme au travers de la composition de Frédéric Kahn et des formes sonores de Nathalie Salles. Ces sublimations d’émissions, des sons des matières, et des espaces composent l’ensemble de l’ACR que l’auditeur reçoit. La musique s’éloigne au plus profond d’une certaine abstraction, dans les strates ou les sillons pour revenir à chaque fois aux matières concrètes que sont les 5 petites sublimations réalisées par Nathalie Salles.

Prise de son à l'Ecole de chimie
Prise de son à l'Ecole de chimie Crédits : N.SALLES - Radio France
Bande sonore de l'ACR
Bande sonore de l'ACR

Frédéric Kahn , Véronique Verstraete et Nathalie Salles à propos de la composition sonore : Plug-In Radio est le résultat d’un mixage six canaux (5.1)* dont les matériaux sont directement issus de 5 expérimentations de solides, dont la carboglace, et de 5 émissions de France Culture sélectionnées par Irène Omelianenko, productrice à France Culture et Véronique Verstraete, artiste plasticienne, afin de révéler la plasticité et la matérialité des sons par leur sublimation -sachant qu’en chimie la sublimation est le passage de l’état solide à l’état gazeuxcomme autant de cellules d’écoute intime offrant de multiples directions pour saisir le public, pour saisir sa perception et l’immerger dans une véritable fresque sensorielle : tableaux musicaux constitués de matières minérales et de sons étranges - fragments ou motifs comme les détails d'une image- afin de favoriser la participation de l’imaginaire ainsi qu’une écoute active et sensible, depuis l'élaboration même de la partie sonore en 5.1 jusqu’à la restitution (écoute radiophonique) en faisant cette fois le chemin inverse (réduction stéréo). La couleur ou plutôt le ton des différents éléments constitutifs de Plug-In Radio se combinent en une mécanique émotionnelle tournoyante (éternité de la nature, éternité de l’esprit humain dans le spirituel…).

Les sublimations des 10 matières de Plug-In Radio tels que les pas de Maîtresse Cindy, un treuil, le premier son de l'orage, le bruit de fond du centre commercial, le bruissement de la carboglace, le grincement de la maison de gri gri, le verre frappé par la manipulation du chimiste ou bien encore l'émotion dans les voix des sans papières ont pris forme au travers de la composition finale. Les matières sonores s'éloignent au plus profond d'une certaine abstraction, dans les strates, les sillons, pour revenir à chaque fois aux matières originelles, les 5 petites sublimations réalisées par Nathalie salles. Des zones sonores sensibles, instants d’ambiguïté ou accidents offrant aux auditeurs un voyage au coeur même d’espaces suspendus et dilatés à l’extrême, fantaisie entre réel et imaginaire. Des lieux de vie existant comme autant de biotopes sensoriels imaginaires et de mondes autonomes agités de milliers de bruissements… Percevoir à chaque fois une toile tissée de nombreuses informations, confidences, points de vue, détails, grains, souffles…

Ainsi pour exemple, une dissection des sons en composantes élémentaires a été opérée, au moyen des techniques récentes d’analyse spectrale comme la concatenative sound synthesis** (synthèse concaténative par corpus) développée par l’ircam, puis un redéploiement de ces matériaux et de leurs multiples transmutations dans l’espace-temps musical. Chacun des dix éléments devenant un centre de focalisation et demeure magnifié à un degré tel qu’il donne lieu à l’évocation de mondes intérieurs à part entière. Les sons ainsi émis par les cinq haut-parleurs sont diffusés dans l’espace selon des « rythmes thématiques », de sorte que la spatialisation (5.1) s’intègre à la structure même de l’oeuvre et fasse partie du processus de transformation. Pour exemple, opulence timbrale anamorphosée, plénitude d’une matière vivante aux mutations harmoniques (des allusions à ce qui va suivre ou ce qui précède) allant de la distorsion la plus absolue vers la clarté.

Tout le reste est traitements, traitements de traitements… jusqu’aux plus improbables métamorphoses. Un voyage labyrinthique entre intérieur et extérieur.Univers en contrepoints // Recherche d’équilibre

Frédéric Kahn
Frédéric Kahn

∗Dans le format 5.1 , chaque voie est matérialisée par une ou plusieurs enceintes spécifiques. Le chiffre 5 de 5.1correspond aux cinq enceintes pleine bande qui sont souvent désignées par le terme « satellite » et, dans ce cas, sont généralement de petite taille. Seul le haut-parleur sub destiné à reproduire le canal LFE qui correspond au .1 de 5.1, à une taille plus importante.Le canal LFE (Low Frequency Effects) est un canal optionnel, destiné à renforcer ou reproduire les fréquences, en général, inférieures à 120 Hz.∗∗Synthèse concaténative par corpus La synthèse concaténative par corpus utilise une base de données de sons enregistrés, et un algorithme de sélection d'unités qui choisit les segments de la base de données qui conviennent le mieux pour la séquence musicale que l'on souhaite synthétiser par concaténation. La sélection est fondée sur les caractéristiques de l'enregistrement, qui sont obtenues par analyse du signal et correspond par exemple à la hauteur, à l'énergie ou au spectre.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......