LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Dérive // Bilad El Cham // CorresponTrans

1h

Diffusion des œuvres des 3 lauréats du 10ème concours international d’art radiophonique Luc Ferrari. Les projets ont été sélectionnés par le jury le 4 septembre 2012, les lauréats ont été accueillis dans les studios de La Muse en Circuit, et ont obtenu une bourse de résidence pour réaliser le projet sur lequel ils ont été sélectionnés. Les oeuvres ainsi produites font l’objet d’une édition discographique, de diffusions sur l’ensemble des radios partenaires et ont été créées le 16 mars 2013 à l’occasion du festivalArchipel à Genèveavant d’être reprises au Festival de La Muse en Circuit, Extension 13, au mois de mai à Paris

10ème Concours International d’Art Radiophonique, LUC FERRARI
10ème Concours International d’Art Radiophonique, LUC FERRARI

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Sam Salem (Royaume Uni) :

Dérive

Durant ma résidence à La Muse en Circuit, j’ai sillonné la ville de Paris en quête de sons et d’environnements sonores. Mon itinéraire s’est construit à partir de promenades, ayant toutes comme point de départ le centre officiel de Paris, le point 48.8534°N 2.3488°E sur le parvis de Notre-Dame.

Je ne souhaite pas être trop descriptif à propos de cette pièce, je préfère que l’auditeur se laisse guider à travers l’œuvre par son oreille et son imagination, de la même façon que j’ai été guidé à travers les rues de Paris. Traversant différents environnements, la pièce explore les liens entre leurs espaces acoustiques. Mais Dérive n’est pas seulement une œuvre documentaire : elle est avant tout poétique et mythologique, une lecture de la ville au temps présent, une exploration des sons, des espaces, des histoires et des cultures qui façonnent Paris.

J’ai marché plus de 100 kilomètres dans le but de rassembler les matériaux pour Dérive. J’ai marché la totalité de la longueur des deux rives de la Seine dans les limites du Boulevard Périphériques, enregistrant les sons des bateaux, des mouettes, des fluctuations constantes (continues ?) du fleuve, sa voix agitée et changeante, résonnant dans les tunnels et sous les ponts, se mélangeant aux sons de la circulation à l’air libre. J’ai enregistré les catafalques du Panthéon, les rues de Montmartre, l’ambiance et les chansons du Sacré-Cœur à la beauté mélancolique, Notre-Dame et ses environs le plancher craquelant du Musée Gustave Moreau, le bruit de la ville du haut de la Tour Eiffel, les tunnels du métro, des douzaines d’artistes de rue, des ouvriers jouant au ping-pong pendant leur pause déjeuner, des enfants qui jouent Place de Vosges et…

À l’issue de ce travail, il m’a semblé que Paris était une ville de flux et de friction, de mouvement et d’interruption. Mais plus encore un lieu de saturation et de juxtaposition. J’ai pu marcher 100 kilomètres et plus, suivant le flux et les rythmes changeants de la ville, dans une rêverie silencieuse.

Sam Salem
Sam Salem

Sam Salem (né en 1982), vit actuellement à Manchester (Grande-Bretagne), où il a obtenu un Master en Composition Electroacoustique en 2007 ainsi qu’un Doctorat en Composition en 2011 à l’Université de Manchester. Son travail se concentre sur les sons des environnements urbains : chacune de ses pièces est axée sur une zone géographique spécifique. Sa musique aspire à mettre en lumière et à explorer la musicalité et la beauté cachées de ses sujets géographiques, ainsi que sa propre relation à son environnement, à la fois comme source d’inspiration et comme matériau musical. Il a obtenu de nombreuses résidences de création au sein d’institutions du monde entier, parmi lesquelles la Technische Universität à Berlin en 2012, le STEIM à Amsterdam en 2011-12 et Musique et Recherches à Ohain en 2011). Il a également été nominé et récompensé à de nombreux concours internationaux de composition, dont Metamorphoses en 2012 (Nomination), Competition Destellos en 2012 (Nomination), Joensuu Soundscape Composition Contest en 2011 (Troisième Prix), 11e Concours de composition Música Viva en 2010 (Premier Prix), et Musica Nova en 2010 (Mention Honoraire). Sam est co-directeur de l’Ensemble Distractfold et enseigne actuellement au Leeds College of Music.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Julia Hanadi Al Abed (France) :

Bilad El Cham

D'origine syrienne, mon père m'a donné son sang, et dans mon corps, mes veines véhiculent ce patrimoine. Ce n'est qu'à l'âge de 15 ans que ces terres se dévoilent sous mes yeux pour la toute première fois. Depuis 2002, tournages sonores au kilomètre parcouru à Damas ou ailleurs, pendant quatre de mes voyages. Février 2011, Mon grand-père paternel décède. Mars 2011, les conflits éclatent en Syrie. Depuis, chaque jour à la radio, des correspondants de Homs ou Alep annoncent les nouvelles, explosions, combats, nombre de morts... Bilad El Cham est un documentaire sensiblement engagé avec l'intention d'être au plus proche de ce que je sais de la Syrie. Quand bien même le spectre de la distance qui d'abord a forgé le mythe et qui désormais demeure imposée, je veux être au plus juste. Je dédie ce travail à mon arrière grand père, Qanès Bacha Al abed, qui m'a-t-on dit, fut colombophile, un héritier des fameuses techniques de correspondance issu des Croisades au XIème siècle.

Julia Hanadi Al Abed
Julia Hanadi Al Abed

Chanteuse amoureuse de la capture audio, Julia Hanadi Al Abed est compositrice (D.E.M. de composition électroacoustique, Bordeaux, 2008), adepte de l'écriture acousmatique. Dès son adolescence, c'est par la voix et le chant qu'elle répond à ce qui stimule sa sensibilité auditive. L'histoire débute en effet avec un journal intime scellé sur cassettes miniatures fixant des échantillons de vie au gré de chemins improvisés. Après avoir abordé la pratique musicale au sein de diverses formations, elle intègre le milieu de la musique contemporaine par le biais de la musique improvisée en s'attachant tout particulièrement à la musique concrète qui reste l'élément primordial à la création sonore, avec la voix. Accoutumée des instruments de musique contemporains issus des technologies numériques, elle manipule le Corps Sonore digéré par deux Lemurs ou encore façonne sa voix au cœur d'AnAhAtA.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Alejandro Montes De Oca (Mexique) :

CorresponTrans

Pièce radiophonique sur la correspondance amoureuse. Correspondance, comme le lien entre deux personnes partageant un sentiment spécial et l’exprimant en écrivant l’un à l’autre. Dans cette pièce, trois histoires d’amour s’entrelacent dans le temps et l’espace. Les voix des amants créent des groupes liés de situations et de personnages formant un sonodrame multi-narratif. La perception des langues parlées varie de la compréhension totale à un son dénué de sens, qui génère de nombreux niveaux d’interprétation différents. La première histoire est japonaise et inspirée par la nouvelle Un double suicide de Yasunari Kawabata. La seconde est inspirée par différentes correspondances amoureuses historiques françaises (De Beauvoir, Sartre, Stendhal et D’Eulalie). Enfin, la dernière histoire est contemporaine, inscrite dans la mondialisation, autour de la rencontre entre deux personnes de nationalités différentes au cours d’un été. Cette œuvre n’a pas vocation à suivre la narration de ces histoires, mais tente d’explorer les qualités sonores et les images, ainsi que l’atmosphère et les sentiments particuliers qui entourent ces correspondances amoureuses.

Alejandro Montes de Oca
Alejandro Montes de Oca

Alejandro Montes de Oca (né en 1980 à Mexico City) est un compositeur, performer et artiste sonore. Il a obtenu un Master en composition électroacoustique au Collège Royal de Musique de Stockholm. Auparavant, il a étudié la musique électroacoustique à Barcelone, Vienne, Bourges et Mexico City. Son travail a été soutenu par des institutions telles que FONCA (Mexique), l’IMEB (France), le CDMC (Espagne), l’ICST (Switzerland), “Turku 2011, Capitale européenne de la culture” (Finlande), le programme UNESCO-Aschberg et le STIM (Suède). Ses œuvres ont été récompensées au 10e Concours de composition Electroacoustique Musica Viva (Portugal), au Franz Liszt Stipendium 2011 (Allemagne) et au Water Soundscape Composition Contest de l’EAH (Finlande). Certaines de ses pièces ont également été éditées sur différentes compilations et présentées dans des festivals et concerts en Europe et en Amérique.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......