LE DIRECT

Du funk au rap

59 min

Un documentaire de Thomas Blondeau / Réalisation Véronique Vila

DJ Junkaz Lou
DJ Junkaz Lou

Du Funk au Rap est une plongée dans les coulisses de la production rap, au-delà des mots des rappeurs, dans les studios où est né cette bande son spécifique sur laquelle les rappeurs déposent leurs rimes depuis 30 ans. Mais on ne croise ici ni rappeurs ni micros plutôt des disques de funk, des boîtes à rythmes ou des ordinateurs, agencés suivant d’étranges recettes par d’ingénieux sorciers bien souvent restés dans l’ombre des stars.

Au commencement était le funk, une matière première dont les DJ du Bronx ont exploité la rythmique dès la fin des années 1970, enchaînant les breaks pour obtenir un rythme ininterrompu, colonne vertébrale des premiers morceaux de rap. Dans les années 1980, ce sont aussi les progrès de la microélectronique qui complexifient le processus, modifiant la manière de composer le rap autant que sa définition sonore : le sampler, qui permet de répéter automatiquement de petits extraits musicaux autorise en effet leur découpage, leur modification et leur agencement selon une architecture nouvelle.

Le son du rap et son catéchisme musical s’affirment ainsi entre les doigts de metteurs en sons qui jonglent comme ils peuvent avec ces premières machines qui ne leur étaient pas destinées - puisque leur musique n’existe pas encore. Avec eux, les limites de la machine deviennent la raison d'une innovation, le creuset d’une signature sonore : samplé, découpé, recomposé sur ces stations de travail spartiates, le funk se tord, se charge d’un balancement nouveau qui devient l’archétype du rythme de rap. Dès le milieu de la décennie 1980, le funk n’est plus du funk c’est du rap.

Ordinateurs, workstations et logiciels prennent le relais dans les années 1990, faisant évoluer le son du rap comme la manière de le produire. Aux beats spartiates de Marley Marl succèdent les empilages supersoniques de Public Enemy ou le funk alourdi de Pete Rock au groove généreux de DJ Quik et Dr Dre répond l’esthétique minimale de Timbaland, l’électro des Neptunes ou les pulsations synthétiques du rap sudiste.

Du Funk au Rap explore ces rapports entre l’homme et la machine, entre les rythmes de funk des années 1970 et leur (ré)interprétation par les producteurs de rap, sous le feu de ruses et de trouvailles soniques. De quoi est fait le rap ? Qui sont les stylistes du genre ? Quel rôle a joué la technologie dans cette évolution ?

A travers des rencontres avec plusieurs générations de compositeurs, qui détaillent leurs pratiques ou manipulent leurs machines in vivo , Du Funk au Rap tente de rendre palpable cette évolution fondamentale de la musique contemporaine, de rendre intelligible les 30 années qui séparent la composition de « The Message », un des premiers morceaux de rap, de celle de « Hard in da Paint », une des plus récentes détonations du genre.

Dee Nasty, considéré comme le parrain du rap en France
Dee Nasty, considéré comme le parrain du rap en France Crédits : Victor Matet - Radio France

Avec :

DJ Dee Nasty : musicien, compositeur, issu de la culture funk avant de devenir DJ et père fondateur de la culture hip-hop en France, il a traversé 30 années d’évolution technique et musicale. Marqué par l’électro-funk des années 1980, il recrée cette esthétique en version moderne sur son nouvel album qui vient de paraître.

DJ Junkaz Lou : DJ et producteur français, il découvre le rap à la fin des années 1980, lorsqu’apparaît la SP-1200, la machine qui révolutionne le genre. Fondateur du label Junkadelic, il compose aujourd’hui pour des rappeurs américains (Kool Keith, Mr Sche) et français (Bam’s, Sinistre).

Skread : issu d’une jeune génération de producteurs français, Skread a débuté à l’ère des ordinateurs, des expandeurs et des breaks de synthèse. Il a produit de nombreux hits pour les stars du rap français Booba, Diams ou Rohff, ainsi que tous les disques de son ami Orelsan.

Skread, producteur d'Orelsan
Skread, producteur d'Orelsan

Playlist

“The rap timeline”, par DJ Junkaz Lou

  • Chic - “Good Times” - Produced By Nile Rodgers & Bernard Edwards (1979)

  • Sugar Hill Gang - “ Rapper’s Delight” - Produced By Silvia Robinson (1979)

  • Afrika Bambataa & The Soulsonic - “Planet Rock” - Produced By Arthur Baker (1982)

  • MC Shan - “The Bridge” - Produced By Marley Marl (1986)

  • Public Enemy - “Rebel Without a Pause” - Produced By The Bomb Squad (1987)

  • Ultramagnetic Mc’s - “Ease Back” - Produced By Ced Gee (1988)

  • Pete Rock & C.L Smooth - “They Reminisce Over You” - Produced By Pete Rock (1992)

  • Dr. Dre Ft. Snoop Dogg – “Nuthin' But a 'G' Thang” - Produced By Dr. Dre (1992)

  • Wu Tang Clan - “Wu-Tang Clan Ain't Nuthing ta Fuck Wit” - Produced By RZA (1993)

  • Gangstarr - “Mass Appeal” - Produced By Dj Premier (1994)

  • Missy Elliott - “Get Ur Freak On” - Produced By Timbaland (2001)

  • Lil Jon & the East Side Boyz Ft. Mystikal & Krayzie Bone - “I Don’t Give Fuck“ - Produced By Lil Jon (2002)

  • Rick Ross ft Styles P - “B.M.F” - Produced by Lex Luger (2010)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

URSA MAJOR, ça swingue sur la ligne 13 de Pascal Tessaud et Gaël Gillon (rediffusion des Passagers de la nuit 17/02/2011)

Ursa Major. Babali Show&2spee Gonzalès
Ursa Major. Babali Show&2spee Gonzalès Crédits : Pascal Tessaud - Radio France

Groupe de rap originaire de Saint Denis (93), "La grande ourse" en latin a la particularité d'avoir vendu 10000 disques de leur album sur la ligne 13 du métro parisien. Ils partent tous les jours, à 16h, de la Basilique de Saint Denis et rappent sur toute la ligne aller-retour, toute l'année, dimanche et fêtes compris, à la rencontre d'une foule séduite, amusée ou dérangée. Rencontre - ballade avec Babali show, Evil Shiro et Despee Gonzalez, spécialistes français du freestyle, qui perpétuent une philosophie de proximité, loin des affres du rap bling bling des grands médias. Prenez votre place, c'est parti!

> Le rap militant fait-il encore du bruit?

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......