LE DIRECT

Hommage à Knud Viktor, peintre sonore

1h

Knud Viktor
Knud Viktor

1ère partie

Bon pour le son : Knud Viktor (rediffusion Le monde insolite 01/09/1974) de Michel Bichebois

Il paraît que la nuit, on obtient les meilleurs sons. Si on se tapit dans la nature, les sons de la nuit sont les plus purs. Knud Viktor le savait et était souvent sorti de sa bergerie en pleine nuit. Les Ateliers de la nuit lui rendent hommage ce soir : le peintre sonore a disparu dans l’été à 88 ans. C’est un Danois né à Copenhague dans les années 20… qui avait décidé de venir voir la lumière du sud de la France, qui fascinait tant Van Gogh. Il avait choisi une bastide au Sud d’Avignon, une ancienne bergerie du Lubéron, à Cheval Blanc, le lieu-dit lui allait parfaitement.

C’est en 1962, qu’il est « pris par le son » comme il l’a une fois dit. Qu’il se met à écouter le bruit des feuilles, des cailloux, du vers dans la pomme qui gratte, de l’infiniment petit, de ce que l’on n’entend pas. Il était un jeune peintre et photographe, attiré par la lumière du sud, et s’est retrouvé à commencer par fermer les yeux. Puisqu’en effet : « dans une pomme, il y a un vers qui gratte, disait-il, et on entend le jus de la pomme et on a l’impression que le vers se régale ».

Knud Viktor sait qu’une pierre, ça parle. Qu’on peut enregistrer une roche comme un être vivant. Que l’on peut tenter de comprendre un dialogue de cigales, d’entendre un escargot qui marche, une araignée qui tisse ou un crapaud, en réduisant les distances entre eux et nous de quelques mètres.

On sait aujourd’hui que les bruits peuvent disparaître. Que ceux de la nature sont en danger, beaucoup n’existent plus, les années les font taire, l’homme écrase, la nature se réduit. Knud Viktor en ermite, a enregistré pour nous la lumière du sud, en chasseur de sons, du secret, de l’infini petit. C’est lui qui invente une forme d’image sonore. C’est une rediffusion ce soir d’un documentaire de 1974 dans les Ateliers de la nuit ce soir : Michel Bichebois était allé enregistrer dans le Lubéron auprès du berger danois… peintre et enregistreur de sons. Nous voilà dans sa maison, dans le son de la terre, une soirée dans la bergerie avec le solitaire Knud Viktor.

2ème partie

Knud Viktor : photographie, photosonie (Rediffusion Atelier de recherche instrumentale 18/10/1982) de Jean-Loup Graton

Après la vigne qui chante… on poursuit dans les sons de Knud Viktor, puisqu’il invente lui même ce qui capte les sons, les instruments, les outils pour aller chercher le son du vers dans la pomme ou le son de l’escargot qui avance et qui mange. C’est la suite de l’hommage des Ateliers de la nuit à Knud Viktor, avec la rediffusion d’un Atelier de recherche instrumental de Jean-Louis Graton de 1982 : Photographie phonographie … nous entrons dans les coulisses de ses compositions

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

A réécouter

Création Radiophonique

13.09.2013 - L'Atelier du son Retour à la bergerie, hommage à Knud Viktor 59 minutes Knud Viktor ouvrait grand ses oreilles, dans le Luberon. Venu de son Danemark natal voir de ses yeux la lumière captée par Vincent Van Gogh, le peintre qu'il était est resté fasciné par le Vaucluse et sa nature. Installé dans une bergerie, il en fit son atelier-studio pendant plus de 40 ans. Il a capté le monde inaudible, il était sensible au magnétisme des paysages, qui passait par les ...

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......