LE DIRECT

Renaître à Bilbao, l'itinéraire de Bernardo

59 min

Un documentaire produit et réalisé par Christine Diger

José Irazu Garmendia est né en 1951 dans un village du Pays-Basque, à Asteasu. Lorsqu'il arrive à Bilbao en 1969 pour suivre des études de sciences économiques, il va connaître une seconde naissance. Bilbao en pleine contestation, lui offre la vision d'un nouveau monde traversé par des luttes politiques et poétiques. Cette révélation le transforme, et il la symbolise en changeant de nom. Il va alors prendre la plume en langue basque sous le pseudonyme de Bernardo Atxaga. Aujourd'hui, son œuvre est traduite dans une trentaine de langues, et recompensée par de nombreux prix. Ses textes majeurs sont traduits en français chez les éditions Christian Bourgois : Obabakoak , les gens d’Obaba (Prix national de littérature et Prix de la critique en Espagne, Prix Euskadi, Prix Millepages), L’Homme seul , Deux frères, Le Fils de l’accordéoniste (Prix Grinzane Cavour, Prix Mondello, Prix Times Literary Supplement Translation Prize), Sept maisons en France .

Bernardo Atxaga
Bernardo Atxaga Crédits : Christine Diger - Radio France

Dans une déambulation à travers la vieille ville de Bilbao, Bernardo Atxaga nous conduit sur les lieux qui ont marqué les débuts de sa jeunesse littéraire. Avec humour, profondeur et poésie, l'auteur nous raconte son arrivée à Bilbao et les rencontres qui l'ont fait naître à l'écriture. Gabriel Aresti pour qui il voue une grande admiration, publiera son premier manuscrit en 1972. C'est ainsi que José Irazu Garmendia prend son envol en confiant à Bernardo Atxaga la mission de faire vivre dans ses récits les paysages intérieurs et les sonorités de la langue basque.

Nous le suivons au centre d'un roman de sa vie qui se réécrit à notre micro. Les lieux visités prennent la couleur d'un autre temps. Les personnages prennent vie, nous atteignent par la profondeur de l'enjeu poétique, des luttes sociales et politiques. Dans le chemin que nous parcourons se dessinent les contours d'un Pays-Basque meurtri par le bombardement de Guernica, et muselé par l'interdiction de s'exprimer dans sa langue. Sans refaire l'Histoire, Bernardo Atxaga parvient, par de simples anecdotes, à nous transporter dans l'univers semi-clandestin de l'avant-garde littéraire des années 70, sous la dictature franquiste. Puis, sur le trajet, il remet en lumière les grands écrivains basco-espagnol du XXème siècle, Gabriel Aresti, Blas de Otero, Luis Cernuda ou l'andalou Antonio Machado. Il nous révèle même un poème inédit de Lauaxeta écrit en 1937, quelques heures avant d'être fusillé par les franquistes.

Dans une simple déambulation sonore, Bernardo Atxaga nous retient par la portée philosophique et la sincérité de son récit. Accompagné de textes et poèmes lus par des voix aux timbres multiples, d'une bande son qui affleure l'univers de l'auteur, l'itinéraire de Bernardo Atxaga nous maintient sur un fil entre réalité et imaginaire.

Ce parcours poétique s'achève et se perpétue dans la chanson Txoria Txori (l'oiseau en français) chantée spontanément à notre micro par les enfants de l'Ikastola d'Anglet, et par la version originale de Mikel Laboa accompagné par l'orchestre Orféon Donostiarra. Ce poème, chanté et mis en musique par Mikel Laboa, a été écrit par Joxean Artze en 1965 comme un acte de résistance contre l'interdiction faite par le régime franquiste d'utiliser la langue basque. Il est aujourd'hui devenu un hymne en Pays-Basque. Il en existe même une magnifique version chantée par Joan Baez lors d'un concert à Bilbao en 1988.

  • Il existe une voix qui surgit de l'intérieur de nous-mêmes, et cette voix me donna un ordre juste au début de l'été, alors que j'étais encore un oiseau sans expérience qui ne s'était jamais éloigné de l'arbre sur lequel il vivait. Avant d'entendre cette voix, je connaissais l'arbre lui-même et le torrent qui passait à ses pieds, mais à peu près rien d'autre ». (Bernardo Atxaga « Deux frères »)*

Avec la participation de André Gabastou, traducteur de l'oeuvre de Bernardo Atxatga en français.

Voix de Bernardo Atxaga en français : Cyril Dubreuil

Poèmes lus par : Haitzi Madariaga, Jean-Baptiste Diger, Marcel Diger, Victoria Dos-Santos, Melissa Lacrampe, Juan-Carlos Sanchez, Armand Cordobès, Jean Labat

« La maison de mon père » de Gabriel Aresti

« Les petites vieilles » de Charles Baudelaire

« Yo llevo » de Lauaxeta

« Me llamarán » et « Me queda la palabra » de Blas de Otero

Musiques de Fernando Etxepare, Ruper Ordorika, Itoiz, Max Richter, Pedro Soler, Tangerine Dream, Paco Ibanez, Julio Pereira, ballades de Haitzi Madariaga, guitare de Onra Tbl, Mikel Laboa, Orfeon Donostiarra, Joan Baez.

“Lekeitioak” de Mikel Laboa

“Txoria Txori” de Mikel Laboa

“Hautsi da Anphora » Ruper Ordorika et Bernardo Atxaga

“Ballades”de Haitzi Madariaga (composition originale)

“Bilbao” de Onra Tbl (composition originale)

Remerciements à Mylène Vergne de la Bibliothèque d'Anglet, aux enfants de l'Ikastola d'Anglet, à David Aire, Andde Iroshbehere et Iban Etcheçaharreta de France Bleu Pays-Basque, Pierre François de la discothèque de Radio France, les éditions Christian Bourgois, Instituto Etxepare.

Prise de son studio Jean Frédérix, Francis Pascal

Mixage Philippe Pallares

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......