LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
François Hollande lors de l'entrée au Panthéon de Jean Zay, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Germaine Tillion,  le 27 mai 2015

Les présidents face à l'histoire

44 min

Quel rapport les présidents entretiennent-ils au passé ? Dans quelle mesure s’en servent-ils pour évoquer le présent ? En quoi cela nous donne-t-il des indications sur leur place tout à fait singulière dans l’imaginaire politique de la France ?

François Hollande lors de l'entrée au Panthéon de Jean Zay, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Germaine Tillion,  le 27 mai 2015
François Hollande lors de l'entrée au Panthéon de Jean Zay, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Germaine Tillion, le 27 mai 2015 Crédits : PHILIPPE WOJAZER - AFP

Ils fabriquent les images qui resteront dans les livres d’histoire, et ils le savent.

Chefs d’Etat, ils sont également des présidents historiens, des gardiens de la mémoire nationale, mais aussi les porteurs d’identités meurtries qui réclament leur place au panthéon national.

Clé de voûte des institutions, ils sont les garants du rapport à l’histoire d’un pays qui s’enthousiasme et s’inquiète pour son passé, jusqu’à sembler regarder plus souvent dans le rétroviseur d’une gloire défunte que chercher à inventer son avenir.

Penser le rapport des présidents de la République à l’histoire, c’est d’abord réfléchir à l’idée qu’ils se font de la France, et donc de leur parcours personnel, forcément singulier, qui les conduit à mettre en valeur tel ou tel épisode ou personnage de notre histoire nationale.

C’est aussi s’interroger sur leur responsabilité dans la fabrication d’une mémoire commune. Rôle ambigu, tant est grande la tentation d’instrumentaliser l’histoire, de s’en servir comme un arme culturelle au service d’une vision politique. Rôle difficile aussi, face à la multiplication des groupes qui revendiquent de voir leur mémoire intégrée à la grande histoire de France.

Dans leur rapport à l’histoire, les présidents posent la question de leur propre place dans le récit national. Commentateurs mais surtout acteurs de la vie de notre pays, obsédés par la trace qu’ils laisseront après leur passage, nos présidents s’observent dans le miroir du passé en imaginant ce que leurs successeurs retiendront d’eux, bien longtemps après leur disparition.

Quel rapport les présidents entretiennent-ils au passé ? Dans quelle mesure s’en servent-ils pour évoquer le présent ? En quoi cela nous donne-t-il des indications sur leur place tout à fait singulière dans l’imaginaire politique de la France ?

Intervenants
  • Journaliste, essayiste.
  • historien, professeur à l’université de Cergy-Pontoise, chercheur associé à l’Institut d’histoire du temps présent
  • professeur émérite de science politique à Sciences po et chercheur au CERI (Centre de recherches internationales)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......