LE DIRECT

Quel gouvernement pour le climat ?

41 min
À retrouver dans l'émission

Réfléchir à l’organisation de sommets sur le climat, c’est tenter de comprendre l’échec cinglant des conférences climatiques passées et notamment celle de Copenhague en 2009. Depuis le premier sommet mondial pour l’environnement organisé à Stockholm en 1972, les progrès sont minces et l’impatience des populations grandit.

Le Bourget, 4 septembre 2015
Le Bourget, 4 septembre 2015 Crédits : S.Mahé - Reuters

Difficile pour le grand public de comprendre ce qui est un véritable paradoxe de ces sommets sur le climat. Comment expliquer que les avancées dans ce domaine soient si lentes et l’échec des conférences si fréquent alors que tout le monde s’accorde à dire que le climat est un enjeu prioritaire, grave et qui concerne tous les pays du monde ?

Et bien la réponse tient peut-être en une maxime : le diable est dans les détails. Et ces détails, ce sont les conditions d’organisation et de fonctionnement des négociations internationales sur le climat. L’exercice de ce que les spécialistes de science politique appellent la gouvernance du climat.

Un subtil mélange d’enjeux politiques, diplomatiques, économiques et scientifiques autour desquels les délégations dialoguent, et parfois s’affrontent.

La complexité des négociations sur le climat tient à ces priorités différentes et au décalage entre un monde de l’ONU civilisé et consensuel, et celui de la dure réalité des intérêts nationaux faite d’égoïsmes nationaux, de lutte effrénée pour l’accès aux ressources et d’un fonctionnement de l’économie mondiale encore basé sur l’exploitation des énergies fossiles qui sont les grands productrices de gaz à effet de serre, causes du réchauffement climatique.

Derrière la question du climat se dissimulent toute une série de questions sous-jacentes très complexes dans les esprits de toutes les délégations : quel peut être un modèle de développement pour les pays moins avancés qui soit respectueux de l’environnement ? Comment instaurer un dialogue équitable entre pays riches et pays en développement ? Qui doit faire les efforts les plus importants, et comment aider les pays les plus pauvres à en faire sans gêner leur croissance ?

Ces questions sont au centre des négociations de tous les sommets sur le climat et c’est pourquoi nous allons les poser à nos invités dans cet Atelier du pouvoir consacré aux coulisses des négociations internationales sur le climat.

S.Aykut, G.Mentré et A.Baillat
S.Aykut, G.Mentré et A.Baillat

Avec Gilles Mentré, conseiller diplomatique de plusieurs ministres, ancien directeur adjoint du cabinet de Jean-Louis Borloo, auteur de Le monde froid ou Les coulisses des sommets internationaux (éd. Dumesnil, 2012) :

Stefan Aykut, politologue et sociologue des sciences, chercheur associé au Centre Marc-Bloch de Berlin, auteur avec Amy Dahan de Gouverner le climat ? 20 ans de négociations internationales (Presses de Sciences Po, 2015) :

Alice Baillat, doctorante au CERI, ses recherches portent sur diplomatie climatique du Bangladesh au sein de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques;

et Ibila Djibril, négociateur, Point Focal National du Bénin en matière de Changements Climatiques, conseiller technique au Ministère chargé de l'Environnement du Bénin.

Intervenants
  • conseiller technique au Ministère chargé de l'Environnement du Bénin
  • chercheuse à l’Iris. Sa thèse porte sur la question des migrations climatiques au Bangladesh
  • ancien conseiller diplomatique
  • Maître de conf au LATTS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée et IFRIS (LabEx SITES), Chercheur associé Centre Marc Bloch de Berlin, Responsable de la rubrique franco-allemande de l'Annuaire français des relations internationales (AFRI).
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......