LE DIRECT

A quoi sert la région?

41 min
À retrouver dans l'émission

Les régions sont les grandes absentes de cette séquence électorale, dont l’enjeu semble plus celui des manœuvres entre partis au plan national que celui de l’élection d’équipes compétentes pour diriger les pouvoirs exécutifs des 17 régions de France, 13 dans l’hexagone et 4 dans les départements d’outre-mer. Et pourtant, les régions sont appelées à devenir des centres de pouvoir essentiels, couvrant des territoires très vastes et dotés de budgets conséquents.

Hémicycle du Conseil régional d'Alsace, mars 2010
Hémicycle du Conseil régional d'Alsace, mars 2010 Crédits : J-M Loos - Reuters

Mais pour voter en conscience, encore faudrait-il que les électeurs sachent à quoi elles servent ces régions, quelles sont leurs compétences, qui en sont les élus. Ceux qui, loin des caméras et des studios de télévision, vont passer les 6 prochaines années à inventer l’avenir de nos territoires.

La manière dont se déroulent les élections régionales en dit également long sur le rapport entre centre et périphérie dans notre pays. Comme si le pouvoir ne pouvait exister qu’au centre, les régions étant condamnées à singer le débat national sans jamais trouver leur autonomie politique.

C’est d’autant plus regrettable que les citoyens attendent beaucoup d’un état interventionniste mais respectueux du désir croissant de prise en compte de la parole citoyenne au niveau local. Et qu’à défaut d’obtenir d’une telle prise en compte, de plus en plus d’électeurs sont prêts à renverser la table et à faire porter leur vote sur des partis anti-système.

Alors pour mieux comprendre pourquoi nous allons voter demain à défaut de dire pour qui, certaines questions s’imposent : à quoi servent les régions, que va changer la réforme territoriale sur leur fonctionnement, quelle peut être leur avenir ? Voici les questions que nous posons à nos invités:

Romain Pasquier et Jean-Pierre Balligand
Romain Pasquier et Jean-Pierre Balligand

Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS et rattaché au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE/Sciences Po Rennes), auteur de Le pouvoir régional. Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France (Presses de Sciences Po, 2012);

Jean-Pierre Balligand, ancien député de l’Aisne co-président de l’Institut de la Gouvernance Territoriale et de la Décentralisation;

et Alistair Cole (par téléphone), professeur de science politique à Sciences Po Lyon (TRIANGLE).

Chronique livre: Laurent Davezies, Le nouvel égoïsme territorial. Le grand malaise des nations (Seuil/ La République des idées, 2015)

.
. Crédits : Radio France

** On assiste, nous dit Davezies, à un déplacement de la lutte des classes de l’entreprise vers les Etats : ce qu’hier l’ouvrier essayait d’arracher au patron, certaines régions riches essaient aujourd’hui de le prendre aux Etats nationaux au nom du fait qu’elles refusent de participer à l’effort collectif.**

Cette obsession des petits pays et de la fragmentation est une erreur pour l’économiste : si les petites nations disposent d’une homogénéité culturelle plus grande, leur taille est un handicap pour répondre aux défis de la mondialisation.

> Environnement, économie, culture, formation, transports... retrouvez ici nos 5 cartes animées sur les politiques menées par les régions

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......