LE DIRECT

Voter en temps de peur

40 min

La peur est un phénomène intrinsèquement politique. Face à une réalité qui semble échapper à tout contrôle, il semble naturel que les citoyens tentent d’enrayer le sentiment d’insécurité et de désordre social qui les animent par le pouvoir du vote.

Paris, place de la République. 15 novembre 2015
Paris, place de la République. 15 novembre 2015 Crédits : P.Rossignol - Reuters

D’abord théorisé par Hobbes qui en fait dans le Léviathan le fondement d’un ordre social et politique stable, la peur est l’une des grandes questions politiques de nos sociétés, que la récente vague d’attentats n’a fait que remettre au goût du jour.

La peur qui traverse toutes les sociétés politiques depuis l’Antiquité peut être de plusieurs ordres. Le sentiment d’insécurité personnelle a une influence politique en période d’attentats et lorsque l’impression domine que la sécurité n’est plus assurée par l’Etat. Ce type d’angoisse a pu jouer un rôle au premier tour de l’élection présidentielle de 2002.

Archives/extraits sonores

  • Raymond MARCELLIN, Ministre de l’Intérieur, analyse le résultat des élections législatives des 23 et 30 juin 1968 : « Le peuple a dit non au désordre et subversion » (01/07/1968)

  • Débat François MITTERRAND - Jacques CHIRAC, le 24 avril 1988, campagne pour le 2ème tour de l’élection présidentielle

  • Discours de Marine Le Pen à Nantes, le 25 mars 2012

La peur peut être aussi de nature plus globale, lorsque l’on craint pour la stabilité du système politique national ou international : c’était hier la crainte d’une guerre civile après 1945, celle d’une guerre atomique pendant la Guerre froide ou d’une guerre des civilisations aujourd’hui, celle enfin d’une révolution comme en juin 1968.

Enfin, il y a la peur la plus ordinaire, la plus constante, celle qui nourrit le pessimisme bien connu de nos concitoyens : c’est la peur de l’avenir, du déclin ou du déclassement. Celle-ci se manifeste par la crainte du chômage, de l’avenir du système de santé ou de retraite, mais elle s’articule aussi autour d’angoisses variées sur l’avenir de la planète, ou sur la crise des réfugiés.

S’interroger sur la conséquence de ce sentiment sur le vote, c’est tenter de comprendre le rôle des émotions en politique, cette psychologie sociale dont les effets sont encore méconnus. Loin d’être des électeurs rationnels, nos affects jouent un rôle majeur dans le fonctionnement démocratique. Le gouvernement ou les partis politiques, conscients de cette réalité, peuvent alternativement tenter d’enrayer cette peur ou parfois contribuer à l’alimenter.

La peur a-t-elle une conséquence sur le vote ? N’entraîne-t-elle pas un mécanisme politique conservateur ? Comment comprendre le rôle de l’anxiété sur nos comportements politiques ?

Ce sont les questions que nous posons aujourd’hui à nos invités: Martial Foucault, Professeur de science politique, directeur du CEVIPOF, spécialiste des émotions et du vote et Jean Glavany, député des Hautes-Pyrénées, ancien chef de cabinet de François Mitterrand, ancien directeur de campagne de Lionel Jospin

Lé séquence internationale portera sur l'alternance politique provoquée par les attentats de Madrid en 2004. Avec Alex Vicente, correspondant d'El Païs à Paris.

Jean Glavany
Jean Glavany
Martial Foucault
Martial Foucault
Intervenants
  • Journaliste espagnol, critique de cinéma
  • professeur de science politique et directeur du Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences Po
  • député, ancien ministre
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......