LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Double Stein

59 min
À retrouver dans l'émission

Textes de Gertrude Stein

Traduits par Olivier Cadiot,

Extraits de Doctor Faustus lights the lights , Oui dit le très jeune homme , To be sung , de l’Autobiographie d’Alice Toklas traduite par Bernard Fay et d’Alice d’Olivier Cadiot

Création Radiophonique mise en voix et en son par Ludovic Lagarde

Choix des textes et dramaturgie : Dominic Glynn

Réalisation : Jacques Taroni

Rediff du 12/07/2010

Gertrude Stein est une femme aux multiples visages. Une artiste avant-gardiste qui tient un salon mondain, une écrivaine pop qui n’aime pas la radio, une femme qui ne discute pas avec les femmes des ‘génies’.

C’est en mélangeant les deux autobiographies de Gertrude Stein, ses textes de théâtre traduits par Olivier Cadiot et Fairy queen de ce dernier, que l’on pénètre dans l’univers et l’œuvre de cet auteur connu et reconnu mais peu lu. Au fil du parcours, on croisera une jeune femme aux quatre prénoms qui se perd dans des bois sauvages une Française pétainiste et une Américaine sympathisante de la résistance qui se disputent pendant l’occupation un coucou qui chante sur un polonia une fée, performeuse de poésie sonore, qui a un rendez-vous important au 27, rue de Fleurus.

Avec : Constance Larrieu, Camille Panonacle, Christèle Tual, Valérie Dashwood

Née en 1874 en Pennsylvanie, Gertrude Stein est décédée en 1946 à Neuilly-sur Seine. Poétesse, écrivain, dramaturge et féministe américaine, elle passa la majeure partie de sa vie en France et fut un catalyseur dans le développement de l’art moderne. Gertrude Stein arrive à Paris en 1902 en compagnie de son frère Leo Stein. Attirés par l’effervescence artistique du quartier de Montparnasse du début du XXème siècle, ils sont tous les deux collectionneurs : Gertrude défend l’art moderne, notamment Picasso qui fera un célèbre portrait d’elle en 1906 et les cubistes. Elle devient à ce titre l’un des grands collectionneurs de la jeune génération de l’École de Paris. Gertrude Stein est aussi l’inspiratrice de la nouvelle littérature américaine de l’entre-deux guerres qu’elle définit dans une formule devenue célèbre comme la « génération perdue ». Privilégiant l’emploi du présent et de structures répétitives, elle renouvelle les formes théâtrales et lyriques et déconstruit la notion de genre. Son appartement du 27 rue de Fleurus devient un lieu de rencontres pour l’avant-garde du monde entier, dans la tradition des salons du XVIIIème siècle.

Elle se fait connaître du grand public avec L’autobiographie d’Alice B. Toklas, qu’elle rencontre en 1907, et qui vécut à ses côtés jusqu’à sa mort.

Assistant à la réalisation : Benjamin Hû

Intervenants
L'équipe
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......