LE DIRECT
Avril 2009

Duo (lorsqu'un oiseau se pose sur une toile blanche) de Julie Rossello

57 min
À retrouver dans l'émission

Il s’agit d’une pièce en deux solos, – pour trois comédiens – où les mots sont autant de pas pour avancer vers la fin

Avril 2009
Avril 2009 Crédits : J.L. Pino - Radio France

Réalisation Alexandre Plank

Conseillère littéraire Céline Geoffroy

Enregistré au Théâtre ouvert en public Le Lundi 25 Février 2012.

Note d’intention de DUO, lorsqu’un oiseau se pose sur une toile blanche. :

Pina Bausch
Pina Bausch Crédits : FEDERICO GAMBARINI - Maxppp

Dans Duo, lorsqu’un oiseau se pose sur une toile blanche, j’ai choisi de faire « revivre » le temps d’un entretien, entre deux eaux, ces deux artistes de la danse, Merce Cunningham et Pina Bausch, décédés tous deux, pendant l’été 2009. Certains faits, souvenirs évoqués sont empruntés à leurs biographies, ils appartiennent à la réalité, d’autres, contenus dans leurs paroles, sont pure fiction. Leurs paroles réelles sont en italique dans le texte. Le psychanalyste Daniel Sibony, dans Le corps et sa danse, au sein d’un paragraphe intitulé : Le saut, écrit : (…) la danse concerne de près la Loi - donc, explique-t-il, la jouissance, le corps, l’amour, le fantasme, le langage, le silence, la conscience de l’autre, l’espace, le temps, l’image, les liens, l’absence de lien, la scène, l’obscène, le rituel, le théâtral, le vulgaire, le sublime, le terrien, le cosmique, l’ombre et la lumière. Dans cette phrase, ce qui m’intéresse est la liste. Elle constitue, à mon sens, une définition très juste de ce qui fait la danse. Chaque listé est présent dans les pas dansés, des pas qui, assemblés, forment une œuvre chorégraphique. J’ai tenté de faire infuser cette liste grâce aux outils qui étaient les miens ; les mots. Mots qui, sur ces feuilles blanches, assemblés constituent un dialogue. Il s’agit donc d’une pièce en deux solos, – pour trois comédiens – où les mots sont autant de pas pour avancer vers la fin.

Julie Rossello-Rochet

Biographie :

Née en 1987 à Lyon, Julie Rossello-Rochet intègre, après des études de Droit, de Lettres modernes et d’Espagnol à Lyon, Montréal et Madrid, le département d’Écriture de l’ENSATT dirigé par Enzo Cormann et Mathieu Bertholet. Elle poursuit ses études en Art de la scène à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, sous la direction de Jean-Loup Rivière.

Festival d'Automne à Paris en décembre 2007
Festival d'Automne à Paris en décembre 2007 Crédits : ANNE BARTHELEMY - Maxppp

En 2009, elle écrit Valse con algunas naranjas y un poco de agua, mis en scène par Lucie Rébéré et joué au festival « Second Sight », à Saint-Ouen. Courant 2009-2010, elle écrit DUO, lorsqu’un oiseau se pose sur une toile blanche, un entretien post-mortem avec Pina Bausch et Merce Cunningham, texte pour lequel elle obtient l’aide à la création du Centre National du Théâtre (novembre 2012) ; Le Monologue du prestataire au service de l’État, écrit pour une création collective en prélude à un spectacle de lis : sanga dance company, joué à Tempelhof à Berlin et dans le cadre de la Biennale de la danse, à Lyon ; Zone, variation des Bacchantes d’Euripide, une pièce jouée à l’Exposition Universelle puis à l’Académie de Théâtre de Shanghaï, dans une mise en scène de Guillaume Fulconis et une scénographie d’Amandine Livet et Cage, pièce pour poupées aux articulations très perfectionnées ou marionnettes de pluie, mise en scène par Eloi Recoing avec les élèves-comédiens de l’ENSATT. En 2011, elle écrit Q.G. (quartier général), créée par Guillaume Fulconis au Théâtre 145 (Grenoble), jouée au Petit Théâtre du TNP, et au festival « Théâtre en Mai » de Dijon. Le spectacle obtient la Bourse « jeunes pousses 2012 », remise par Michel Vinaver. Des extraits du texte sont lus au festival des rencontres de Brangues, enregistrés et diffusés sur France Culture, dans une réalisation de Jacques Taroni. Elle a traduit Le Petit Retable de Don Cristobal de Federico Garcia Lorca, mis en scène par Éloi Recoing au Théâtre aux Mains Nues et à la Maison Marguerite Duras à Paris, en 2010. Elle écrit deux pièces pour la marionnettiste Emilie Valantin, Cartouche et Dia de muertos (Le « Castelet des scriptophages », spectacle joué au festival « ambivalence(s) » du CDN de Valence, et au festival mondial de la marionnette de Charleville-Mézières en 2012). Courant 2011-2012, elle écrit Eleonora, (dreams about Billie Holiday’s lies and life). Elle est assistante de recherche pour l’écriture de la pièce 1913 de Mathieu Bertholet, mise en scène par Nalini Menamkat (Comédie de Genève, 2013). Elle anime par ailleurs, des ateliers d’écriture (TNP Villeurbanne ; Université de Nancy ; Maison George Sand).

Elle collabore avec la compagnie Ring Théâtre et ses artistes associés : Amandine Livet, Guillaume Fulconis, Lucie Rébéré, et Quentin Dumay de l’équipe Password (spectacle Une mèche dans l’œil et trois cheveux plus loin, au Théâtre de l’Elysée, 2013) et avec la compagnie MuFuThe dirigé par Mathieu Bertholet. Elle intervient cette année à l’ENSATT, à la Manufacture (Lausanne) et à l’Académie de Théâtre de Shanghaï.

DUO (lorsqu'un oiseau se pose sur une toile blanche), précédé de "Pas de deux" avant propos d'Enzo Cormann, est paru aux éditions l'Entretemps, dans la collection "Ligne de corps" en 2014.

Avec :

Dominique Reymond (Pina Bausch)

Goeffrey Carey (Merce Cunningham)

Gabriel Dufay (L’homme à la blouse blanche)

Et les musiciens :

Quentin Sirjac (piano et célesta)

Steve Arguelles (électronique)

Prise de son, montage et mixage Philippe Bredin et Marie Lepeintre

Assistant à la réalisation Vivien Demeyere

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......