LE DIRECT
Marguerite Duras en 1966

"Un bloc noir au milieu du monde" de Marguerite Duras

59 min
À retrouver dans l'émission

Composée d’entretiens entre Marguerite Duras et Jérôme Beaujour, La Vie matérielle est l’affirmation d’une pensée provisoire, le refus de produire du dogme, le plaisir d’une parole en promenade. Ce sont des "allers et retours entre moi et moi, entre vous et moi dans ce temps qui nous est commun".

Marguerite Duras en 1966
Marguerite Duras en 1966 Crédits : Jacques Haillot - Getty

Au départ, ce sont des entretiens entre Marguerite Duras et Jérôme Beaujour, transcrits, retouchés, puis publiés. Un monologue dans le temps du quotidien, un style entre l’écrit et l’oral qu’elle qualifie « d’écriture flottante ». La Vie matérielle est l’affirmation d’une pensée provisoire, le refus de produire du dogme ou de la définition, le plaisir de se laisser aller à une parole en promenade, sans but précis. Dans ce fantasme d’une parole libre, elle parle de son travail d’écrivain, elle cherche à décrire son processus. Elle évoque sa difficulté, ses limites, son impossibilité. L’écriture pour elle est de l’ordre d’une révélation. Révélation du lieu de l’indicible. 

Cécile Backès

Ce livre nous a fait passer le temps. Du début de l’automne à la fin de l’hiver. Tous les textes ont été dits à Jérôme Beaujour, à très peu d’exceptions près. Puis les textes décryptés ont été lus par nous. Une fois notre critique faite, je corrigeais les textes et Jérôme Beaujour les lisait de son côté. C’était difficile les premiers temps. On a très vite abandonné les questions. On a abordé des sujets, là aussi on a abandonné. La dernière partie du travail, je l’ai consacrée à abréger les textes, les alléger, les calmer. Cela de notre avis commun. Donc aucun des textes n’est exhaustif. Aucun ne reflète ce que je pense en général du sujet abordé parce que je ne pense rien en général, de rien, sauf de l’injustice sociale. Le livre ne représente tout au plus que ce que je pense certaines fois, certains jours, de certaines choses. Donc il représente aussi ce que je pense. Je ne porte pas en moi la dalle de la pensée totalitaire, je veux dire : définitive. J’ai évité cette plaie.                   
Ce livre n’a ni commencement ni fin, il n’a pas de milieu. Du moment qu’il n’y a pas de livre sans raison d’être, ce livre n’en est pas un. Il n’est pas un journal, il n’est pas du journalisme, il est dégagé de l’événement quotidien. Disons qu’il est un livre de lecture. Loin du roman mais plus proche de son écriture – c’est curieux du moment qu’il est oral – que celle de l’éditorial d’un quotidien. J’ai hésité à le publier mais aucune formation livresque prévue ou en cours n’aurait pu contenir cette écriture flottante de La Vie matérielle, ces aller-et-retour entre moi et moi, entre vous et moi dans ce temps qui nous est commun.       
Marguerite Duras

Extraits de _La Vie matérielle_de Marguerite Duras publié aux éditions POL, ainsi que de courts extraits deL’Amante anglaise, Moderato Cantabile, Le Ravissement de Lol V. Stein, Les Yeux bleus cheveux noirs Les documents d’archives sont empruntés à l’album INA - Radio France Marguerite Duras, Le ravissement de la parole par Jean Marc Turine Choix des textes Cécile Backès
Réalisation Marguerite Gateau
Avec Anne Benoit, Camille Garcia, Emmanuelle Riva, Jérôme Kircher
Bruitages Sophie Bissantz,
Equipe de réalisation, Claire Levasseur, Marie Lepeintre

Bibliographie

La vie matérielle

La Vie matérielleMarguerite DurasEditions Gallimard, 1994

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......