LE DIRECT

Numéro 1. Sur une plage, dénudés

59 min
À retrouver dans l'émission

Francois Chaignaud et Benjamin Dukhan sur la plage du Cap d'Agde, août 2012
Francois Chaignaud et Benjamin Dukhan sur la plage du Cap d'Agde, août 2012 Crédits : Donatien Veismann

23h et s’ouvre l’atelier intérieur, dans l’été et la moiteur. Déjà un automne, un hiver, un printemps d’atelier, et c’est émouvant de recommencer par l’été. Ce soir on reste à la plage avant de la déserter. Je me suis dit : commencer par un lieu d’habillage et de déshabillage, et donc la plage. Quand on vit l’été, on est nu. Au sens propre ou figuré. C’est la belle nudité. Celle qui fait qu’on a laissé sa peau et son armure à l’année, aux mois de septembre d’octobre, à l’automne. Parce que glisser dans l’eau salée, c’est l’effet d’un premier jour. Une décharge électrique. Le corps s’abouche à un autre temps, et se ment un instant en se disant ce sera pour l’éternité. Comme l’atelier intérieur travaille l’art de la situation, ce soir, imaginons, une odeur d’iode, et un peu de sable dans le micro… le studio comme une plage vierge. Pour débuter la saison nouvelle. Prête à accueillir nos actions et vérités. L’atelier intérieur avance de 23h jusqu’à minuit, à la recherche des coïncidences entre l’art et la vie.

Comme l’année passée, on dansera, on pleurera, on s’allongera en studio, on s’autorisera.

L’image de départ ce soir serait celle-là : un jeune homme monte sur le porte bagage d’une jeune fille et c’est la première fois, ils vont vite. Commence alors une ballade adolescente collée aux images de descente. C’est le film L’été de Giacomo . C’est Adam et Eve. C’est l’été. Mais le soleil ne tue pas les questions, et comme l’écrit Pasolini, l’été c’est « la meilleure jeunesse », sa fin provoque « pluie, ciels ouvert, pleurs d’enfer »… Commençons l’année dans l’été, et pour une radio physique, de la peau, de l’expérience, commençons dénudés. Nouons avec l’été un accord secret. Ce sera action chiche ou vérité. Et on aura bien le temps de retrouver la gravité.

Le chemin ce soir, part du nord de l’Italie pour aller sur la côte d’Azur et passer par le cap d’Agde… une autre lumière arrive, les jours d’été vont s’envoler, en attendant, on se rebelle contre la rentrée, pluie, ciel ouvert, pleurs d’enfer, dans l’atelier intérieur, on est en direct et ça commence maintenant.

Écouter
2 min
Écouter

Pour le sauvage et la Méditerranée, voilà un accent italien : Alessandro Comodin, réalisateur, pour son film « L’Eté de Giacomo , qui suit dans la forêt, l’eau et le vent, deux adolescents.

Elisabeth Morcellet pour ses actions de l'été, son questionnaire sur l'amour, et « A la vie délibérée » à la Villa Arson, exposition sur la performance sur la Côte d'Azur, de 1951 à nos jours.

Au récit, François Chaignaud danseur, chorégraphe : l'été sur la plage au Cap d'Agde (à voir dans le cadre du Festival d'Automne du 24 au 28 octobre 2012)

Écouter
2 min
Écouter

A la guitare, pour la voix avec du sable dans le micro, le chanteur compositeur anglais Matt Elliott, qui vient de Bristol et que j’ai voulu parce que je l’ai vu cet été chanter à ciel ouvert…dans la Cour d'Honneur au Festival d'Avignon, pour La Mouette, mise en scène A. Nauzyciel.

Écouter
3 min
Écouter
Matt Elliott en studio, ballade de fin d'été
Matt Elliott en studio, ballade de fin d'été Crédits : Radio France

A la réalisation ce soir, c'était Philippe Boudouin

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......