LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Numéro 16. Photo de famille

59 min
À retrouver dans l'émission

Julien Magre
Julien Magre Crédits : Radio France

L'Atelier intérieur s'ouvre à la photo de famille. A quelques jours de la nativité, pas de santons mais des vivants, et une famille en studio : la plus jeune a 9 ans et pendant une heure on arrête le temps. On immortalise. On va se rejouer la vie : parce qu’on a tous eu un après midi d’été, une plage, un enfant qui court, un dîner. On a tous des visages qu’on refuse de voir vieillir. On a tous voulu voir ce que finalement on n’avait jamais vu : les débuts. Tu vois, ça c’est ta mère, elle n’a pas 20 ans. Oui ce sont tes grands parents, ils n’ont pas encore d’enfants. Et surtout : oui ça c’est toi . On ne peut répliquer et pourtant on ne se reconnaît pas. Mais oui on a été comme ça, et comme ça. Si petit oui, les cheveux si longs oui. Si la photo existe c’est que le moment est terminé on peut dire : Ca a été . Ce soir on voudrait tout réactiver, secouer, avoir le son et sortir les vivants. L’image de départ ce soir serait celle-là : Julien photographie Caroline. Les années passent, elle devient la mère de leur première fille. De leur deuxième fille. Louise et Suzanne. Julien Magre va depuis 15 ans contre la photo de famille comme on l’entend, celle qui voudrait un baptême un mariage des bougies. La famille ne rentre plus dans le cadre, elle respire. Elle bouge. Ce sont des corps, des bras, des bouches, des échappées, de la forêt. Et il n’y a plus de passage obligé, pas de grandes tablées. Dans les familles, il y en a un qui fait des photos pour que les autres puissent en avoir. Un enfant nait, un album commence. Premier bain, premiers pas, premières dents. On a entendu Christian Boltanski décrire la réalité rêvée, il dit aussi : « on meurt deux fois. On meurt quand on meurt et on meurt une deuxième fois quand on trouve votre photo et que plus personne ne sait de qui il s’agit ». Puisqu’un album n’existe pas sans celui qui reconnaît, qui sait les prénoms. On pourrait aussi dire : on nait deux, trois, quatre fois . On nait quand des années après, on est re-regardé. On a tous des visages que l’on refuse de voir vieillir. Ce soir le petit oiseau va sortir et il faudra sourire. Pour que dans 20, 30 ans, on puisse y voir les jours heureux. Voilà les prénoms à noter : Julien, Caroline, Louise, Théo, Irène, Dorothée, Amélie, Aurélie en studio. Voilà notre certificat de présence. Ce soir et avant minuit, on aura la preuve, la photo aura été prise.

Écouter
5 min
Écouter

Une famille : Julien Magre , photographe, sa femme Caroline, et Louise, leur fille de 9 ans . Julien Magre photographie depuis plusieurs années une femme, qui est devenue sa femme, la mère de ses enfants, le personnage d'une histoire.

Écouter
1 min
Écouter

Theo Kooijman , danseur et chorégraphe, pour sa performance kooijman , 4 000 autoportraits en polaroïds.

Irène Jonas, sociologue et photographe, pour son livre "La mort de la photo de famille ? "

LIVE : THE RODEO

Écouter
3 min
Écouter

Amélie Bonnin dessine l'émission, comme chaque lundi

Amélie 1
Amélie 1 Crédits : Radio France
Amélie 2
Amélie 2 Crédits : Radio France
Amélie 3
Amélie 3 Crédits : Radio France
Amélie 4
Amélie 4 Crédits : Radio France
Amélie 5
Amélie 5 Crédits : Radio France
Amélie 6
Amélie 6 Crédits : Radio France
Julien Magre
Julien Magre Crédits : Radio France
Louise 3
Louise 3 Crédits : Radio France
Louise 1
Louise 1 Crédits : Radio France
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......