LE DIRECT

Numéro 17. Famille Weber ☆~ un dîner de Noël

1h
À retrouver dans l'émission

documentation céline duval
documentation céline duval Crédits : Radio France

Autour de la table du studio, un dîner de Noël en direct

L'Atelier intérieur s’ouvre à un dîner de famille. A une famille, les Weber, père, fils, Jacques, Stanley, et sa grand-mère maternelle. Trois générations en studio. Un dîner de Noël. Attention : on va jouer un dîner. Il ne faut pas oublier que Jacques Weber a horreur de la réalité. « Je ne supporte pas le réel » répète-t-il. On lui propose alors une petite fiction. Ils sont habitués à jouer des rôles, nous sommes tous habitués à jouer des rôles. Dans la famille de Jacques Weber enfant, il y avait, comme dans toute famille bourgeoise : des non-dits et des traditions débiles dit-il, chacun joue un rôle, la mère de famille, le père de famille. Et le père qui jouait son rôle disait : vous n’avez pas la parole à table. On entendait au dîner le bruit des fourchettes. Lui, comédien pas pour rien, choisit ce qu’il joue : n’être ni père ni fils ni frère ni rien. Être plutôt Cyrano. Dire Flaubert, que l’on cite dans les dîners de famille sans savoir à quoi l’on s’attaque, lui le misanthrope. Ensauvager le théâtre –la vie – et les dîners. L’image de départ ce soir sera le titre de son dernier livre « J’aurais aimé être un rebelle ». Un rebelle ne s’assoit pas à la table d’un dîner de Noël. Il les fuit. Comme il a refusé la Comédie Française - la voix royale. Pas d’affaissement. Pas de concessions. Il sait que la vie d’acteur c’est l’inconfort et son fils Stanley a pris le relais de la passion inconfortable et belle. La passion sera au centre de ce dîner païen. Sans bénédiction mais avec une question, piquée par Weber à Diderot « Est ce nous qui menons le destin ou est ce le destin qui nous mène ? » une énigme que les 24 et 25 décembre reposent sans cesse. Au moment où l’on s’attable, face à sa famille, face à sa naissance : le jour de la Nativité. Flaubert le misanthrope disait : je quitte la famille, j’entre en littérature . Il s’émeut alors du retour de l’ordre bourgeois : morale, religion et famille. Lui qui affirme : « Il faut du sang dans la phrase et pas de la lymphe. Et quand je dis du sang, c’est du cœur, il faut que ça batte, il faut que ça palpite, il faut que ça émeuve. Il faut faire s’aimer les arbres et tressaillir le granit ». Ce sera un dîner en temps réel. Un avant-goût de ceux que vous allez vivre dans les jours qui viennent. La fiction de Noël. Mais un dîner sans phrases molles. La passion à l’intérieur d’une famille, celle du théâtre, la passion c’est une bombe, c’est violent, il faut du sang dans la phrase. Il faut que ça batte, il faut que ça palpite, c’est Noël, le temps d’un jeu de rôles, c’est un diner à chandelles, pour faire s’aimer les arbres, tressaillir la vieille pierre, et mener de plein fouet, son destin.

Stanley Weber, comédien, le fils. Et sa grand mère maternelle Françoise Dupont

Jacques Weber, comédien, le père (GUSTAVE au Théâtre de l'Atelier)

Chef du dîner : Jean-Luc André, restaurant PETRELLE, Paris 9 ème

weber0
weber0 Crédits : Radio France
weber1
weber1 Crédits : Radio France
weber2
weber2 Crédits : Radio France
weber 3
weber 3 Crédits : Radio France
weber4
weber4 Crédits : Radio France
weber5
weber5 Crédits : Radio France
weber6
weber6 Crédits : Radio France
weber7
weber7 Crédits : Radio France
Chandeliers allumés
Chandeliers allumés Crédits : DR
Le dîner se prépare
Le dîner se prépare Crédits : DR

LIVE : ODESSEY AND ORACLE

Amélie Bonnin dessine l'émission en direct

☆~ MERRY CHRISTMAS ☆~

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......