LE DIRECT

Numéro 18. Une soirée berlinoise

1h
À retrouver dans l'émission

A Berlin en partenariat avec le Goethe Institut

Le Bal Clärchens Bauhaus
Le Bal Clärchens Bauhaus

L’Atelier intérieur s'ouvre à la nuit berlinoise. Nous sommes le 30 décembre… avant de passer à la nouvelle année, nous allons traverser les hivers les automnes les printemps les étés , repartir en 1913, ouverture d’une salle de bal à Berlin…pour arriver 100 ans après à aujourd’hui et bientôt demain. Un pas en arrière avant d’aller de l’avant. Un pas de danse pour un voyage dans le temps. Etre ensemble et dans le mouvement pour célébrer. A Berlin on danse : en couple, en salon, on prend des cours, le tango ou le swing, ce n’est pas désuet. C’est du passé qui engage le présent. L’image de départ ce soir sera celle là : nous sommes devant le Ballhaus. Il a 100 ans. Le dancing n’a pas changé. Il a vu les corps passer, les couples s’approcher s’éloigner, il est témoin des guerres et des partitions du siècle dernier. Mais le bois est toujours là, le parquet est toujours là. Les miroirs sont intacts. Rien n’a bougé. La musique fait encore tourner, et on peut glisser ses pas légers dans ceux des anciens. Nous partirons de la première danse. Aussi parce que dans l’Atelier intérieur , nous avons ouvert l’année avec un bal, le bal des 50 ans de France Culture, ce sont des anniversaires et des futurs. La danse interroge les gestes passés, elle imagine les gestes à venir. La danse est en avance, elle attend nos corps nouveaux. Berlin permet ça. Berlin permet de ne plus compter les heures. De danser en plein jour. De se rejouer les années 20. D’aller au bal puis d’entrer en club. D’inverser les époques. D’embrasser les années en une seule soirée. Berlin ne fait pas de chronologie, Berlin ne divise pas le jour et la nuit. La ville ouvre le temps. Alors avant de compter, avant les douze coups de minuit, c’était parfait. Un 30 décembre berlinois. Un jour avant le dernier jour. Pour réveiller les fantômes, appeler ceux qui nous suivront l’année qui vient. On retient quelles silhouettes et quelles danses ? On choisit quel cavalier ? Pour l’avant dernière soirée de cette année, au programme swing, bal et karaoké. Jour et nuit. Nuit et jour. Et toutes les années. Il n’y a plus de temps, on n’a pas d’âge, on ne vieillit pas, on ne fait que danser, même miroirs et même parquet

Le chemin ce soir suit une nuit un matin un après midi à Berlin. De 1913 à 2013, juste avant de passer à 14. 100 ans pour se rappeler les fantômes dansants … pour passer de la jupe plissée à la nudité, et ça commence au Clarchens Ballhaus, cours de swing avant de se lancer dans la soirée.

Soirée swing et années 20 avec Marion Kiesow, historienne, au Clärchens Ballhaus : la salle de bal ouvert en 1913, elle a eu 100 ans : elle a survécu à toutes les guerres et à la partition de l’Allemagne.

Le swing peut être électro : promenade au marché turc avec legroupe DIRTY HONKERS.

Le Bal
Le Bal
Florent des Dirty Honkers
Florent des Dirty Honkers

Berlin aime danser ET chanter : rencontre avec Joe Hatchiban, ce coursier qui il y a quelques années, a initié les Karaokés du dimanche à Mauerpark qui réunissent 800 personnes chaque semaine.

Oliver Rath, photographe chic and trash, pour ses soirées berlinoises érotiques et alcoolisées.

Olivier Rath
Olivier Rath
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......